Abbaye de Mormant

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Haute-Marne (52)
Adresse postale : mairie
Code postal : 52210
Ville : Leffonds
Etat du bâti : Bâtiment en ruines
Commentaires : Située le long de la voie romaine menant de Langres à Reims, la maison-Dieu de Mormant reçoit dès son origine une vocation de maison hospitalière, assurant le relais indispensable aux "passants" sur une route très fréquentée.

On ignore la date de fondation de la Maison-Dieu ; les deux premières mentions datent de 1121 : dans un premier acte l’évêque de Langres confirme les possessions de l’hôpital de Grosse-Sauve, il indique parmi les témoins " Hubertus fundator Mormenti " ; dans un second acte, établi également par l’évêque de Langres, ce dernier notifie la donation faite à la Maison-Dieu de Mormant par Simon 1er, seigneur de Broyes et de Châteauvillain, pour compléter celle de son père Hugues à Herbert, fondateur de cet hôpital.

Gérée à l’origine par des frères obéissant à la règle de St Augustin, et assistés de convers, Mormant reçoit de nombreuses donations de seigneurs laïques et s’agrandit par acquisition.
Vers 1200-1225 l’évêque de Langres cède aux Hospitaliers de St-Jean de Jérusalem l’hôpital. Devant l’opposition du chapitre de Langres et le maître de la Maison-Dieu ayant porté l ‘affaire en cour de Rome, la cession fut annulée le 16 septembre 1227 par le pape Grégoire IX. L’établissement reprend sa règle antérieure sous la dénomination " Hôpital Saint-Nicolas ".
En 1300, dans un esprit de réforme, le pape Boniface VIII donne aux Templiers, l’abbaye " ruinée par la négligence et l’incurie de ses abbés et chanoines ". Ces derniers conserveront Mormant jusqu’à la dissolution de l’ordre en 1314.
Les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem recueillent les biens des Templiers ; résidant dans un premier temps à Leffonds-le-Haut, ils regagnent Mormant au XVI°s et font des aménagements : construction des cellules, fresque, enceinte extérieure, maison-forte, canonnières percées dans un mur de l’hôpital…
En 1772-1775 l’Ordre de Malte divise les biens de la commanderie, et en 1796 le domaine est vendu en plusieurs lots.