Il y a 232 fiches.

Alleins - sans vocable

Département : 13
Adresse postale : mairie
Code postal : 13980
Ville : Alleins
Date de première mention : 01.01.1300
Date de destruction : 30.11.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Taxe synodale vers 1300: Hospitale Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
AlleinsSansVocable (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 10.11.2019 à 09:59, mise à jour le 11.05.2020 à 08:52.

Ansouis - sans vocable

Département : 84
Adresse postale : mairie
Code postal : 84240
Ville : Ansouis
Date de première mention : 30.11.2019
Date de destruction : 30.11.2019
Etat du bâti : Autres
Ordre religieux : Autres
AnsouisSansVocable (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 09.11.2019 à 18:18, mise à jour le 09.11.2019 à 18:18.

Aurons - sans vocable

Département : 13
Adresse postale : mairie
Code postal : 13121
Ville : Aurons
Date de première mention : 01.01.1300
Date de destruction : 30.11.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Taxe synodale vers 1300: Hospitale Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
AuronsSansVocable (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 10.11.2019 à 10:29, mise à jour le 11.05.2020 à 08:52.

Bagnols en Forêt (Sans vocable)

Département : 83
Adresse postale : Route de Draguignan
Code postal : 83600
Ville : Bagnols
Date de première mention : 01.01.1101
Date de destruction : 31.10.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Bâtiment en cours de recherches.
Ordre religieux : Autres
BagnolsEnForetSansVocable (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 24.10.2019 à 10:02, mise à jour le 24.10.2019 à 10:02.

Bonnieux - sans vocable

Département : 84
Adresse postale : 29 rue Droite
Code postal : 84480
Ville : Bonnieux
Date de première mention : 01.01.1300
Date de destruction : 30.11.2019
Etat du bâti : Changement de destination
Commentaires : Adresse très précise : 29 rue Droite.
Vocable Inconnu
Destination d'origine incertaine : hospice? Charité? Hôpital?
Ordre religieux : Autres
BonnieuxSansVocable (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 17.11.2019 à 16:18, mise à jour le 17.11.2019 à 16:18.

Brue-Auriac - sans vocable

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83119
Ville : Brue-Auriac
Date de première mention : 01.01.1300
Date de destruction : 30.11.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Taxe synodale vers 1300: Hospitale Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
BrueAuriacSansVocable (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.11.2019 à 10:49, mise à jour le 11.05.2020 à 08:24.

Châteauvert - sans vocable

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83670
Ville : Châteauvert
Date de première mention : 01.01.1300
Date de destruction : 30.11.2019
Etat du bâti : Bâtiment en ruines
Commentaires : Taxe synodale vers 1300: Hospitale Pouillés d'Aix, Arles et Embrun de Clouzot (1923)
Ordre religieux : Autres
ChateauvertSansVocable (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.11.2019 à 11:04, mise à jour le 11.05.2020 à 08:17.

Crémadès

Prénom : Didier
CremadeS (Contributeurs), écrite par WikiAdmin
créée le 11.05.2020 à 17:13, mise à jour le 11.05.2020 à 17:13.

Eguilles - sans vocable

Département : 13
Adresse postale : mairie
Code postal : 13510
Ville : Eguilles
Date de première mention : 01.01.1300
Date de destruction : 30.11.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Taxe synodale vers 1300: Hospitale Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
EguillesSansVocable (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.11.2019 à 10:45, mise à jour le 11.05.2020 à 08:40.

Fuveau - sans vocable

Département : 13
Adresse postale : mairie
Code postal : 13710
Ville : Fuveau
Date de première mention : 01.01.1300
Date de destruction : 30.11.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Taxe synodale vers 1300: Hospitale Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
FuveauSansVocable (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.11.2019 à 11:19, mise à jour le 11.05.2020 à 08:56.

Gardanne - sans vocable

Département : 13
Adresse postale : mairie
Code postal : 13120
Ville : Gardanne
Date de première mention : 01.01.1300
Date de destruction : 30.11.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Taxe synodale vers 1300: Hospitale Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
GardanneSansVocable (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.11.2019 à 11:42, mise à jour le 11.05.2020 à 08:57.

Ginasservis

Département : 83
Adresse postale : Mairie
Code postal : 83560
Ville : Ginasservis
Date de première mention : 01.01.1240
Date de destruction : 30.11.2019
Etat du bâti : Bâtiment en ruines
Commentaires : Ordre à vérifier
Vers 970, les moines de Saint-Victor de Marseille ont fondé un prieuré à la Foux. À cette époque le village de Ginasservis a déjà un site fortifié et un seigneur ; l’un d’eux est cité en 1031, un autre en 1113 sert d’otage pour son suzerain. En 1175, d’autres prieurés existent aussi à Saint-Damase et Saint-Antoine. L’histoire bien connue de Ginasservis commence vers 1240 quand ce territoire revient à l’ordre des chevaliers hospitaliers d’Aix. Jusqu’en 1792 cet ordre reste le seigneur du lieu. Il construit ici un important château fort où réside souvent le commandeur et dont il reste aujourd’hui quelques ruines. Ce château est plusieurs fois délabré ; reconstruit une dernière fois au xviie siècle, il était devenu, comme ailleurs, une simple résidence seigneuriale entièrement démolie à la Révolution. Les hospitaliers bâtirent aussi une enceinte fortifiée à Saint-Antoine dans un domaine de plusieurs centaines d’hectares. Sources: Wikipédia

Taxe synodale vers 1300: Hospitale Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Saint-Jean de Jérusalem
GinasserviS (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 10.11.2019 à 10:17, mise à jour le 11.05.2020 à 08:32.

Grambois - sans vocable

Département : 84
Adresse postale : Mairie
Code postal : 84240
Ville : Grambois
Date de première mention : 01.12.2019
Date de destruction : 02.12.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Probabilité que l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem en soit à l'origine (à vérifier)
Ordre religieux : Autres
GramboisSansVocable (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 09.11.2019 à 17:21, mise à jour le 09.11.2019 à 17:21.

Hopital sans vocable - Sault

Département : 84
Adresse postale : mairie
Code postal : 84390
Ville : Sault
Date de première mention : 08.07.1490
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Inexistant
Commentaires : Extraits de l'inventaire de 1492 : Anno Nativitatis ejusdem millesimo quadringentesimo nonagesimo secundo, indictione cum eodem anno more Romane curie sumpta, die vero octava mensis jullii, dominus Johannes Charchuoti, firmarius prioratus de Saltu, in absencia domini Guidonis de Chapellis, alias de Vinea, manisfestavit michi notario predicto dictum prioratum de Saltu habere, tenere et possidere
quoddam hospitium dictum claustrale situm in eodem loco de Saltu et juxta ecclesiam Sancti Salvatoris
Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
HopitalSansVocableSault (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.05.2020 à 13:31, mise à jour le 11.05.2020 à 13:31.

Hospice des pauvres

Département : 83
Adresse postale : Mairie
Code postal : 83670
Ville : Barjols
Date de première mention : 01.01.1410
Date de destruction : 06.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Sources: AD83, E 800 f°46
Ordre religieux : Autres
HospiceDesPauvres (Saisie nouvel Hôpital)
créée le 05.05.2020 à 16:53, mise à jour le 05.05.2020 à 16:53.

Hospice du Bourg Savoureux

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Saône-et-Loire (71)
Adresse postale : Place Saint Antoine
Numéro INSEE (code officiel géographique 2019) : 71270
Code postal : 71000
Ville : Mâcon
Ancien diocèse : Mâcon
Date de première mention : 01.05.1266
Certitude des dates de 1ère mention : Année confirmée, Jour et mois approximatifs
Date de dernière mention : 01.01.1959
Certitude des dates de dernière mention : Année confirmé, Jour et mois approximatifs
Devenir de l'établissement : Durant le XXème sicèle, le bâtiment a été respectivement collège et lycée jusqu'en 1959.
Etat du bâti : Changement de destination
Bibliographie : Maladie, Médecine et Hôpitaux à Mâcon aux XIIIème et XIVème siècles de Henri Renaudier
HospiceDuBourgSavoureux (Formulaire de saisie HOFRAME)
créée le 08.06.2020 à 18:17, mise à jour le 09.06.2020 à 16:11.

Hospice du Prieuré Saint-Pierre

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Saône-et-Loire (71)
Adresse postale : Place de la barre
Numéro INSEE (code officiel géographique 2019) : 71270
Code postal : 71000
Ville : Mâcon
Ancien diocèse : Mâcon
Date de première mention : 01.01.967
Certitude des dates de 1ère mention : Année confirmée, Jour et mois approximatifs
Date de dernière mention : 01.01.1470
Certitude des dates de dernière mention : Année confirmé, Jour et mois approximatifs
Localisation sur le terrain : A l'intérieur du monastère
Cimetière proche : Cimetière dans l'enceinte du monastère donc juxtant l'hospice.
Population de l'établissement : Malades et pauvres.
Religieux du prieuré. En 1339, c'est l'aumônier qui à la charge du soin des pauvres et qui veille au soulagement des malades.
Règle, statut, règlement : Statuts promulgués par Séguin, êvéque de Mâcon en 1248
Etat du bâti : Inexistant
Bibliographie : Henri Renaudier "Maladies, Médecine et hôpitaux à Macon aux XIII et XIVème siècle"
HospiceDuPrieureSaintPierre (Formulaire de saisie HOFRAME)
créée le 04.06.2020 à 17:44, mise à jour le 04.06.2020 à 17:44.

Hôpital - Cadarache

Département : 13
Adresse postale : mairie
Code postal : 13115
Ville : Cadarache
Date de première mention : 01.01.1300
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Taxe synodale vers 1300: Hospitale Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
HopitalCadarache (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.05.2020 à 08:35, mise à jour le 11.05.2020 à 08:35.

Hôpital - sans vocable

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83670
Ville : Montmeyan
Date de première mention : 01.01.1450
Date de destruction : 06.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : maison dans l'enceinte confrontant "casal" de l'hôpital
Sources: AD83, E 817 f° 17
Ordre religieux : Autres
HopitalSansVocable (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 05.05.2020 à 18:34, mise à jour le 05.05.2020 à 18:34.

Hôpital Jehan Le Scellier d'Abbeville

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Somme (80)
Adresse postale : 36, rue des Capucins
Code postal : 80100
Ville : Abbeville
Ancien diocèse : Amiens
Doyenné : Saint-Eloy d'Abbeville
Ancienne paroisse : Idem
Date de première mention : 08.09.1361
Certitude des dates de 1ère mention : Année confirmée, Jour et mois confirmés
Date de dernière mention : 01.01.1998
Certitude des dates de dernière mention : Année confirmé, Jour et mois approximatifs
Population de l'établissement : Filles repenties
Première reconnaissance autorité laïque : 07/05/1484
Etat du bâti : Bâtiment en ruines
Bibliographie : Dinet-Lecomte Marie-Claude et Montaubin Pascal Les hôpitaux de Picardie du Moyen Âge à la Révolution, Amiens, Encrage, 2014.
HopitalJehanLeScellierDAbbeville (Formulaire de saisie HOFRAME), écrite par WikiAdmin
créée le 24.06.2020 à 11:40, mise à jour le 24.06.2020 à 11:40.

Hôpital Les Hermes - La Verdière

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83560
Ville : La Verdière
Date de première mention : 01.01.1252
Date de destruction : 30.11.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : ERC, n° 366, 384-389 " [...] medietatem quartonis vinee subtus hospitale [...]"

Au départ possession des Templiers puis à l'Ordre de Saint Jean de Jérusalem

Taxe synodale vers 1300: Hospitale de Verderia Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Les Templiers
LaVerdiereSansVocable (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 10.11.2019 à 10:43, mise à jour le 13.05.2020 à 11:44.

Hôpital Notre Dame de Boulogne

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Somme (80)
Adresse postale : 66, chaussée Marcadé
Code postal : 80110
Ville : Abbeville
Ancien diocèse : Amiens
Doyenné : Saint Jacques d'Abbeville
Ancienne paroisse : Saint-Jacques d'Abbeville
Date de première mention : 01.01.1472
Certitude des dates de 1ère mention : Année confirmée, Jour et mois approximatifs
Date de dernière mention : 01.01.1617
Certitude des dates de dernière mention : Année confirmé, Jour et mois approximatifs
Localisation sur le terrain : Situé près du pont Touvoyon, le long de la chaussée Marcadé conduisant vers le Nord
Description des vestiges : Aucun vestige
Population de l'établissement : Pèlerins allant vers Boulogne sur Mer
Etat du bâti : Inexistant
Bibliographie : Dinet-Lecomte Marie-Claude et Montaubin Pascal Les hôpitaux de Picardie du Moyen Âge à la Révolution, Amiens, Encrage, 2014.
HopitalNotreDameDeBoulogne (Formulaire de saisie HOFRAME), écrite par WikiAdmin
créée le 24.06.2020 à 13:35, mise à jour le 24.06.2020 à 13:35.

Hôpital Notre Dame de l'Annonciade - Marseille.

Département : 13
Adresse postale : mairie
Code postal : 13000
Ville : Marseille
Date de première mention : 01.01.1372
Date de destruction : 29.02.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Sources Archives 13
Ordre religieux : Autres
HopitalNotreDameDeLAnnonciadeMarseille (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 19.02.2020 à 17:23, mise à jour le 19.02.2020 à 17:23.

Hôpital Saint Esprit - Sisteron

Département : 04
Adresse postale : mairie
Code postal : 04200
Ville : Sisteron
Date de première mention : 01.01.1274
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Compte de décimes de 1274: Rector hospitalis Sancti Spiritus de Sistarico Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintEspritSisteron (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.05.2020 à 11:05, mise à jour le 11.05.2020 à 11:05.

Hôpital Saint Jean - Arles

Département : 13
Adresse postale : mairie
Code postal : 13200
Ville : Arles
Date de première mention : 01.01.1252
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Enquêtes sur les revenus de Charles d'Anjou n°726 " Domus hospitalis Sancti Johannis, de terra in Anfurana, tascam, que fuit R de Mefre.
Aujourd'hui, il s'agit du quartier de la Furane, quartier du secteur AH dit de Corrège du cadastre de la commune d'Arles.
Ordre religieux : Autres
HopitalSaintJeanArles (Saisie nouvel Hôpital)
créée le 13.05.2020 à 12:03, mise à jour le 13.05.2020 à 12:03.

Hôpital Saint Jean - Castillon

Département : 13
Adresse postale : mairie
Code postal : 13520
Ville : Paradou
Date de première mention : 01.01.1370
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Convocations aux synodes de 1370: Fratres hospitalis et cappelanus Sancti Johannis de Castillono. Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
HopitalSaintJeanCastillon (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.05.2020 à 12:11, mise à jour le 11.05.2020 à 12:11.

Hôpital Saint Jean - La Roque-Esclapon

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83840
Ville : La Roque-Esclapon
Date de première mention : 01.01.1252
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : ERC n° 809 "majus dominium et quicquid tenet dictum hospitale, in dicto castro et ejus territorio, tenet sub dominio et senoria
Ordre religieux : Autres
HopitalSaintJeanLaRoqueEsclapon (Saisie nouvel Hôpital)
créée le 13.05.2020 à 12:53, mise à jour le 13.05.2020 à 12:53.

Hôpital Saint Jean - Marignane

Département : 13
Adresse postale : mairie
Code postal : 13700
Ville : Marignane
Date de première mention : 01.01.1350
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Taxe de la décime vers 1350: Preceptor hospitalis Sancti Johannis de Marinhana Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
HopitalSaintJeanMarignane (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.05.2020 à 12:04, mise à jour le 11.05.2020 à 12:04.

Hôpital Saint Jean - Roussillon

Département : 84
Adresse postale : mairie
Code postal : 84220
Ville : Roussillon
Date de première mention : 01.01.1350
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Compte de décimesvers 1350: Preceptor hospitalis Sancti Johannis de Rossilione Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Saint-Jean de Jérusalem
HopitalSaintJeanRoussillon (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.05.2020 à 09:25, mise à jour le 11.05.2020 à 09:25.

Hôpital Saint Jean - Saint Saturnin Lès Avignon

Département : 84
Adresse postale : mairie
Code postal : 84490
Ville : Saint-Saturnin-lès-Avignon
Date de première mention : 01.01.1350
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Bâtiment en ruines
Commentaires : Taxe synodale vers 1300: Preceptor Sancti Mauricii hospitalis Sancti Johannis Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintJeanSaintSaturninLesAvignon (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.05.2020 à 09:29, mise à jour le 11.05.2020 à 09:29.

Hôpital Saint Jean - Sisteron

Département : 04
Adresse postale : mairie
Code postal : 04200
Ville : Sisteron
Date de première mention : 01.01.1274
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Bâtiment en ruines
Commentaires : Compte de décimes de 1274: Hospitale Sancti Johannis supradicti quod est situm in civitate Sistaricensi Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
HopitalSaintJeanSisteron (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.05.2020 à 11:41, mise à jour le 11.05.2020 à 11:41.

Hôpital Saint Jean de Jérusalem

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83149
Ville : Bras
Date de première mention : 01.01.1300
Date de destruction : 30.11.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Taxe synodale vers 1300: Hospitale Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
28 juillet 1427: Privilège accordé aux habitants de Bras mentionnant l'hôpital Saint Jean de Jérusalem (https://archives.var.fr/ark:/73531/s005767a5e5e7fde/5767a66d1de34)
Dans l'inventaire des Archives de Saint-Maximin cote DD5, il ya cette mention "Jacques Reguinali, commandeur de Saint-Maurice, diocèse de Riez et de l'hôpital Saint Jean de Jérusalem de Bras daté du 23/10/1390
Ordre religieux : Saint-Jean de Jérusalem
BrasSansVocable (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.11.2019 à 11:16, mise à jour le 25.06.2020 à 10:37.

Hôpital Saint Jean de Jérusalem

Département : 83
Adresse postale : Mairie
Code postal : 83780
Ville : Flayosc
Date de première mention : 01.01.1351
Date de destruction : 05.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Sources: Pouillés des provinces d'Aix, d'Arles et d'Embrun [Texte imprimé] / publiés, sous la direction de M. Maurice Prou,... par M. Étienne Clouzot,... page 69 - Lieu-dit Ruou
Compte de décimes de 1351: Secuntur domus hospitalis sancti johannis jherosolimitani, domus de Rua de Flayosco Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Saint-Jean de Jérusalem
HopitalSaintJeanDeJerusalem3 (Saisie nouvel Hôpital)
créée le 05.05.2020 à 17:35, mise à jour le 11.05.2020 à 09:39.

Hôpital Saint Jean de Jérusalem - Cogolin

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83310
Ville : Cogolin
Date de première mention : 01.01.1351
Date de destruction : 06.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Sources: Pouillés des provinces d'Aix, d'Arles et d'Embrun [Texte imprimé] / publiés, sous la direction de M. Maurice Prou,... par M. Étienne Clouzot,... page 69
Compte de décimes de 1351: Secuntur domus hospitalis sancti johannis jherosolimitani, domus de Cogollino Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Saint-Jean de Jérusalem
HopitalSaintJeanDeJerusalem (Saisie nouvel Hôpital)
créée le 05.05.2020 à 17:31, mise à jour le 11.05.2020 à 09:42.

Hôpital Saint Jean de Jérusalem - Comps

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83840
Ville : Comps sur Artuby
Date de première mention : 01.01.1351
Date de destruction : 06.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Sources: Pouillés des provinces d'Aix, d'Arles et d'Embrun [Texte imprimé] / publiés, sous la direction de M. Maurice Prou,... par M. Étienne Clouzot,... page 69
Compte de décimes de 1351: Secuntur domus hospitalis sancti johannis jherosolimitani, domus de Comis Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Saint-Jean de Jérusalem
HopitalSaintJeanDeJerusalem2 (Saisie nouvel Hôpital)
créée le 05.05.2020 à 17:34, mise à jour le 11.05.2020 à 09:37.

Hôpital Saint Jean de Jérusalem - Joucas

Département : 84
Adresse postale : mairie
Code postal : 84220
Ville : Joucas
Date de première mention : 01.01.1274
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Compte de décimes en 1274: Preceptor hospitalis Sancti Johannis Jerosolimitani de Joucatio cum suis membris Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Saint-Jean de Jérusalem
HopitalSaintJeanDeJerusalemJoucas (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.05.2020 à 09:21, mise à jour le 11.05.2020 à 09:21.

Hôpital Saint Jean de Jérusalem - Marseille

Département : 13
Adresse postale : mairie
Code postal : 13000
Ville : Marseille
Date de première mention : 01.01.1300
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Compte de décimes vers 1300: Item, hospitale Sancti Johannis Jerosolimitani Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Saint-Jean de Jérusalem
HopitalSaintJeanDeJerusalemMarseille (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.05.2020 à 13:40, mise à jour le 11.05.2020 à 13:40.

Hôpital Saint Jean de Jérusalem - Montfort sur Argens

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83570
Ville : Montfort-surArgens
Date de première mention : 01.01.1351
Date de destruction : 31.12.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Sources: Pouillés des provinces d'Aix, d'Arles et d'Embrun [Texte imprimé] / publiés, sous la direction de M. Maurice Prou,... par M. Étienne Clouzot,... page 69
Il fait mention de l'hôpital Saint Jean de Jérusalem à Montfort en 1404 dans une enquête sur les biens du clergé dans le bailliage de Brignoles Source: AD13 Cote B1175
Compte de décimes de 1351: Secuntur domus hospitalis sancti johannis jherosolimitani, domus Templi de Monteforti Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Saint-Jean de Jérusalem
HopitalSaintJeanDeJerusalemMontfortSur (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 19.12.2019 à 16:45, mise à jour le 11.05.2020 à 09:41.

Hôpital Saint Jean de Jérusalem - Roquebrune

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83520
Ville : Roquebrune sur Argens
Date de première mention : 01.01.1351
Date de destruction : 06.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Sources: Pouillés des provinces d'Aix, d'Arles et d'Embrun [Texte imprimé] / publiés, sous la direction de M. Maurice Prou,... par M. Étienne Clouzot,... page 69
Compte de décimes de 1351: Secuntur domus hospitalis sancti johannis jherosolimitani, domus de ruete de roquabruna Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Saint-Jean de Jérusalem
HopitalSaintJeanDeJerusalem4 (Saisie nouvel Hôpital)
créée le 05.05.2020 à 17:37, mise à jour le 11.05.2020 à 09:40.

Hôpital Saint Jean-Baptiste

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Somme (80)
Adresse postale : mairie
Code postal : 80220
Ville : Bouttencourt
Ancien diocèse : Amiens
Doyenné : Gamaches
Ancienne paroisse : Saint-Etienne-en-Séry
Date de première mention : 25.02.1204
Certitude des dates de 1ère mention : Année confirmée, Jour et mois confirmés
Date de dernière mention : 01.01.1672
Certitude des dates de dernière mention : Année confirmé, Jour et mois approximatifs
Localisation sur le terrain : Indéterminée
Description des vestiges : Aucun vestige
Etat du bâti : Bâtiment en ruines
Bibliographie : Dinet-Lecomte Marie-Claude et Montaubin Pascal Les hôpitaux de Picardie du Moyen Âge à la Révolution, Amiens, Encrage, 2014.
Commentaires : Le 25 février 1204, Guillaume seigneur de Cayeux, fonde à Bouttencourt un hôpital en l'honneur de Dieu et saint Jean-Baptiste. Il était destiné à abriter douze personnes au moins : sept pauvres et cinq personnes à leur service : un prêtre, un clerc, un religieux ad disponendum ipsi domui (appelé magister dès 1225), deux domestiques rémunérés. Les convers et les converses ne devaient être admis que sous le contrôle de l'abbé de Séryet du fondateur. Guillaume lui assura une dotation foncière et des revenus, dont une rente de mille anguilles par an.

L'établissement est mentionné à plusieurs reprises entre 1269 et 1318. Un maître, des frères et des sœurs sont attestés en 1315. Mais il fut sans doute ruiné durant la guerre de Cent Ans.
HopitalSaintJeanBaptiste (Formulaire de saisie HOFRAME), écrite par WikiAdmin
créée le 29.06.2020 à 17:09, mise à jour le 29.06.2020 à 17:09.

Hôpital Saint Julien le Pauvre

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Somme (80)
Adresse postale : Rue Jean Jaurès
Code postal : 80100
Ville : Abbeville
Ancien diocèse : Amiens
Doyenné : Saint-Paul d'Abbeville
Ancienne paroisse : Saint-Paul d'Abbeville
Date de première mention : 01.01.1217
Certitude des dates de 1ère mention : Année confirmée, Jour et mois approximatifs
Date de dernière mention : 01.01.1792
Certitude des dates de dernière mention : Année confirmé, Jour et mois approximatifs
Description des vestiges : Aucun vestige
Population de l'établissement : Pauvres
Première reconnaissance ecclésiastique : Evêque Evrard de Fouilloy (sd.)
Première reconnaissance autorité laïque : 1553
Devenir de l'établissement : Fermeture lors de la Révolution
Etat du bâti : Bâtiment en ruines
Bibliographie : Dinet-Lecomte Marie-Claude et Montaubin Pascal Les hôpitaux de Picardie du Moyen Âge à la Révolution, Amiens, Encrage, 2014.
Commentaires : Chaussée d'Hocquet (lieu précis)
HopitalSaintJulienLePauvre (Formulaire de saisie HOFRAME)
créée le 25.06.2020 à 10:02, mise à jour le 25.06.2020 à 10:02.

Hôpital Saint Lazare - Carpentras

Département : 84
Adresse postale : mairie
Code postal : 84200
Ville : Carpentras
Date de première mention : 01.01.1437
Date de destruction : 31.12.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Il existait à Carpentras un hôpital Saint-Lazare pour lépreux installé hors agglomération, vers la route d’Orange. L’établissement appelé «la Maloutière» mais aussi «lazaret», est mentionné en 1437 et perdure jusqu’au début du XVIIIe siècle.
Ordre religieux : Saint-Lazare
HopitalSaintLazareCarpentras2 (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 22.12.2019 à 14:46, mise à jour le 22.12.2019 à 14:46.

Hôpital Saint Lazare - Manosque

Département : 04
Adresse postale : mairie
Code postal : 04100
Ville : Manosque
Date de première mention : 01.01.1351
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Compte royal de 1351: Rectir domus hospitalis pauperum dicti loci Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Saint-Lazare
HopitalSaintLazareManosque (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.05.2020 à 11:45, mise à jour le 11.05.2020 à 11:45.

Hôpital Saint Quentin

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Somme (80)
Adresse postale : Rue au Lin
Code postal : 80000
Ville : Amiens
Ancien diocèse : Saint Martin au Bourg
Doyenné : Saint Martin au Bourg
Ancienne paroisse : Saint Martin au Bourg
Date de première mention : 01.01.1475
Certitude des dates de 1ère mention : Année confirmée, Jour et mois approximatifs
Date de dernière mention : 01.01.1795
Certitude des dates de dernière mention : Année confirmé, Jour et mois approximatifs
Population de l'établissement : Malades atteints d'hydropisie.
Première reconnaissance autorité laïque : Roi Philippe V en février 1317
Etat du bâti : Bâtiment en ruines
Bibliographie : Dinet-Lecomte Marie-Claude et Montaubin Pascal Les hôpitaux de Picardie du Moyen Âge à la Révolution, Amiens, Encrage, 2014.
Commentaires : L'hôpital de la chapelle Saint-Quentin tire son origine du pèlerinage à une source miraculeuse située au centre de l'ancienne cité, au nord de l'église Saint-Martin-au-Bourg et de l'Hôtel des Cloquiers (siège des réunions échevinales de 1316 à 1595), à l'emplace_ ment de la prison où avait été enfermé saint Quentin. Les malades atteints d'hydropisie (ou maladie Saint-Quentin) venaient y boire l'eau d'une fontaine abritée dès 1316 par une voûte. Par voie testamentaire, Liénard le Sec, ancien maire de la ville mort en 1314, fonda une chapelle, qui fut confirmée et amortie par le roi Philippe V en février 1317 et fut construite à l'emplacement de deux maisons d'une superficie de 36 sur 22 pieds. Le 10 juillet 1334, ses exécuteurs testamentaires firent une transaction avec l'évêque au sujet du droit de présentation à la chapelle de Saint-Quentin.

Un important pèlerinage s'y développa au XV siècle. En 1436, la confrérie de la chapelle acquit une maison contiguë pour accueillir les malades; l'échevinage nomma Jeanne Agaches pour la garder. L'hôpital disposait de deux lits en 1550. L'échevinage en avait l'administration.
Hôpital situé dans la rue Saint-Martin aux Waides
HopitalSaintQuentin (Formulaire de saisie HOFRAME)
créée le 28.06.2020 à 13:41, mise à jour le 28.06.2020 à 13:41.

Hôpital Saint Thomas - Trinquetaille

Département : 13
Adresse postale : mairie
Code postal : 13200
Ville : Trinquetaille
Date de première mention : 01.01.1213
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Taxe Synodale de 1213: Domus hospitalis Sancti Tome, pro ecclesia et pro cimiterio pro curtibus et porto et pro vinea que est ante domum, debet dare in festitate sancti Thome apostoli 25 solidos melgoriensium. Et pro loco illo ubi solebat lieri navis hospitalis, debent portare fratres unum clericum ultra mare, cum suo arnezio, sine precio, quociens faciunt navem. Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
HopitalSaintThomasTrinquetaille (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.05.2020 à 11:59, mise à jour le 11.05.2020 à 11:59.

Hôpital Saint-Antoine

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Saône-et-Loire (71)
Adresse postale : 15 rue Saint Antoine
Numéro INSEE (code officiel géographique 2019) : 71270
Code postal : 71000
Ville : Mâcon
Ancien diocèse : Mâcon
Date de première mention : 01.01.1240
Certitude des dates de 1ère mention : Année approximative, Jour et mois approximatifs
Date de dernière mention : 01.01.1502
Certitude des dates de dernière mention : Année confirmé, Jour et mois approximatifs
Population de l'établissement : Personnes atteintes du mal des ardents appelé ergotisme.
Règle, statut, règlement : Statut de Saint-Antoine en Viennois
Première reconnaissance pontificale : Alexandre VI, le 28 octobre 1502 pour rattacher l'hôpital Saint-Antoine à la Mense conventuelle de la maison mère (Saint-Antoine-en-viennois)
Etat du bâti : Autres
Bibliographie : Maladies, médecine, et hôpitaux à Mâcon aux XIIIème et XIVème siècles de Henri Renaudier
HopitalSaintAntoine (Formulaire de saisie HOFRAME)
créée le 08.06.2020 à 17:49, mise à jour le 08.06.2020 à 17:49.

Hôpital Saint-Antoine - Aix en Provence

Département : 13
Adresse postale : Mairie
Code postal : 13100
Ville : Aix en Provence
Date de première mention : 01.01.1251
Date de destruction : 09.12.1388
Etat du bâti : Autres
Commentaires : En tout cas, des actes du 18 janvier 1387/8 et du 9 décembre 1388 parlent l'un de l'église Saint-Antoine détruite, l'autre de la « maison détruite » de la même église (46), expression qui me paraît ne pouvoir désigner que l'établissement hospitalier joint à ce sanctuaire. Sources: Les hôpitaux d'Aix - Jean Pourrière - Page 26
Compte de décimes de Aix en 1274: De hospitali Sancti Antoniis de Aquis Pouillés d'Aix, Arles et Embrun de Clouzot (1923)
Ordre religieux : Saint-Antoine
HopitalSaintAntoineAixEnProvence (Saisie nouvel Hôpital)
créée le 27.10.2019 à 17:48, mise à jour le 11.05.2020 à 08:15.

Hôpital Saint-Antoine - Avignon

Département : 84
Adresse postale : Joseph Vernet
Code postal : 84000
Ville : Avignon
Date de première mention : 01.01.1210
Date de destruction : 31.10.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Bâtiment en cours de recherches
Ordre religieux : Saint-Antoine
HopitalSaintAntoineAvignon (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 24.10.2019 à 10:18, mise à jour le 24.10.2019 à 10:18.

Hôpital Saint-Antoine - Lyon

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Rhône (69)
Adresse postale : Mairie
Numéro INSEE (code officiel géographique 2019) : 69123
Code postal : 69000
Ville : Lyon
Ancien diocèse : Diocèse de Vienne (38)
Ancienne paroisse : Abbaye de Saint-Antoine
Date de première mention : 04.03.1361
Certitude des dates de 1ère mention : Année confirmée, Jour et mois confirmés
Date de dernière mention : 23.11.1718
Certitude des dates de dernière mention : Année confirmé, Jour et mois confirmés
Etat du bâti : Bâtiment en ruines
Commentaires : Un acte conservé aux Archives départementales du Rhône, fait connaître d’une manière certaine l’origine de la commanderie des Antonins. En voici le contenu succinct : « La maison de Saint-Antoine de Lyon est une annexe de l’abbaye de Saint-Antoine, située au diocèse de Vienne. Cette vérité est établie par un titre très ancien et très authentique, une sentence rendue, le 4 mars 1361, par l’official de Lyon, commis par monseigneur l’évêque du Puy, délégué par Sa Sainteté, sur une contestation entre l’abbé de Saint-Antoine et frère Armand de Rochebaron, commandeur de Bourbonne. Cette sentence a été rendue avec une entière connaissance de cause. Après avoir examiné plusieurs titres, et avoir ouï témoins et parties, elle a jugé que la maison de Saint-Antoine de Lyon a été d’ancienneté, et est de la mense de l’abbaye de Saint-Antoine, qui l’avait fondée par le démembrement d’une partie de son ancien patrimoine dont elle a donné les revenus à ladite maison de Lyon. C’est par cette raison qu’elle n’a pas été comprise dans les rôles des décimes ordinaires et extraordinaires de ce diocèse, ou quand on a voulu les y comprendre Mgr Camille de Neuville, connaissant l’injustice et l’irrégularité de cette imposition, en a arrêté l’effet par deux ordonnances, l’une du 28 février 1672, et l’autre du 18 septembre 1676, parce que les abbayes payent dans les diocèses où elles sont situées pour leurs membres et annexes y unies. » Une ordonnance rendue par François-Paul de Neuville de Villeroi, archevêque de Lyon, ajoutée au bas du mémoire précédent, porte : « Vu ladite requête, la sentence de l’official de ce diocèse du 4 mars 1361, les deux ordonnances de Mgr Camille de Neuville du 28 février 1672 et du 18 septembre 1676, nous avons déclaré la maison de Saint-Antoine de cette ville être véritablement annexe de l’abbaye de Saint-Antoine. Fait à Lyon le 23 novembre 1718. »

On le voit, la Commanderie de Lyon était bien une fille directe de la célèbre abbaye dauphinoise. Cherchons maintenant à quelle époque appartient le monastère lyonnais.

Dès 1246, la Commanderie Saint-Antoine était fixée à Lyon, car une bulle d’Innocent IV, datée du 8 janvier de cette année, confirme les dons faits à l’hôpital lyonnais de la Commanderie. Cette bulle exempte les religieux de tout droit de dîmes, tant à cause de leur hôpital situé à Lyon, que de deux granges l’une appelée Chaussagnon et l’autre Salomon, et du droit appelé vingtain ou carthelage prélevé par cet hôpital sur les grains qui se vendent à la Grenette de Lyon. Ces biens avaient été accordés à l’hôpital par Renaud de Forez, archevêque de notre ville, avec d’autres privilèges et libertés mentionnés dans cette bulle.

Les archevêques de Lyon continuèrent à se montrer généreux à l’égard de ce nouvel essaim de l’abbaye-mère du Dauphiné. On trouve encore aux Archives départementales une donation faite aux religieux Antonins en 1279, et qui indique le but et les œuvres de la Commanderie lyonnaise. En voici des extraits :

« Messire Aymard, archevêque de Lyon, du consentement de monsieur le doyen et du chapitre de l’église de Lyon, fit donation, au profit du grand maître de l’hôpital de Saint-Antoine de Viennois : savoir, de l’église dédiée à Saint-André avec son cimetière et de l’hôpital et les maisons en dépendantes appelées la Contracterie, situées à Lyon, que le seigneur archevêque dit lui appartenir de plein droit, pour le tout, jouir et posséder à l’avenir paisiblement par le grand maître et ses successeurs, avec pouvoir au grand maître, pour faire desservir l’église et l’hôpital de Saint-André, d’y mettre le commandeur et les religieux qu’il jugera à propos. » Cette donation fut faite aux conditions suivantes : « 1° le recteur et les religieux établis pour la direction de l’église et de l’hôpital, seront tenus d’y observer l’hospitalité et de recevoir à l’hôpital les pauvres et infirmes de Lyon et du diocèse, tant ceux qui sont atteints du mal appelé le feu de Saint-Antoine, qu’ils seront obligés de nourrir selon leur pouvoir, comme il se pratique dans les autres hôpitaux dépendant de l’ordre, que ceux qui sont aussi atteints du mal nommé de Saint-André, pourvu qu’ils soient de Lyon ou du diocèse, avec cette différence que, pour ces derniers, le recteur et les religieux ne seront obligés que de les nourrir pendant neuf jours et non au-delà. Quant aux autres pauvres, quelque maladie ou infirmité qu’ils aient, excepté dans les deux cas susdits, on ne sera point obligé de les recevoir dans l’hôpital ; 2° le recteur et les religieux seront tenus d’accepter les domestiques de messieurs les chanoines de Saint-Jean, et des autres qui sont du corps de ladite église, lorsqu’ils seront infirmes pour quelque accident et hors d’étal d’agir, exceptant toutefois ceux qui auront été blessés, lesquels seront nourris et habillés par le recteur et les religieux de l’hôpital pendant le temps qu’ils y demeureront, pourvu qu’ils gardent et observent les règles de l’hôpital. » Comment se procurer les ressources ? La suite du document va l’indiquer : « Permet le seigneur archevêque de quêter dans la ville de Lyon et dans le diocèse, pour subvenir à l’entretien des pauvres, et d’enterrer en leur église et cimetière tous ceux qui y auront choisi leur sépulture, sans préjudicier aux droits de l’église paroissiale. »


Les Antonins, en 1550.
En 1303, on voit la Commanderie Saint-Antoine installée rue Écorche-bœuf, où l’on établit, en 1320, une place entre les bâtiments du monastère et la maison d’un nommé Anziacs. L’ordre Saint-Antoine de Viennois fut autorisé, en janvier 1502, à placer dans ses armoiries un écusson d’or, à l’aigle de sable, au vol éployé. En septembre 1697 seulement, la Commanderie de Lyon vit son blason enregistré à l’armoriai Lyonnais ; il portait : « Un aigle à deux têtes, au vol éployé, diadème et couronné d’or, chargé d’un écusson d’or, attaché à un collier de gueules, au taf d’azur. »

En 1562 le monastère fut pillé par les protestants et privé de tous ses biens ; toutefois, en juillet 1563, « suivant l’édit de paix, le lieutenant général du roi en Lyonnais, Dauphiné, Provence et Languedoc, M. de Vieilleville, enjoint à Barthélémy, Gabiano et autres détenteurs de la Commanderie de restituer au procureur tous ses biens, granges, maisons, et lui rendre ensemble les reliquaires, meubles, titres, par eux pris. »

Au milieu du xviie siècle, on dut démolir une partie des bâtiments qui tombaient en ruine ; on construisit alors un nouvel édifice et on répara les maisons et magasins attenant au monastère. Il importe d’entrer, à ce sujet, dans quelques détails tirés des documents provenant des archives du couvent.

Le 27 août 1611, le grand conseil rendait un arrêt décisif ordonnant « que par le prévôt des marchands de Lyon, alignement sera donné aux religieux de Saint-Antoine pour la construction des bâtiments de la Commanderie sur la rue Mercière, à la charge de laisser par les religieux sur ladite rue une portée et entrée principale, sur laquelle seront les marques de la Commanderie ou hôpital, et de satisfaire par eux aux charges de leur fondation pour la retraite et nourriture des pauvres malades. »

Les réparations et constructions furent importantes comme on en peut juger par les prix-faits et factures datés de 1645 et années suivantes. On reconstruisit aussi l’église avec six chapelles, la sacristie, l’arrière-sacristie, enfin les marches d’entrée de l’église. La nef fut éclairée par dix fenêtres, les chapelles par six et les deux grandes portes surmontées chacune d’un dorman, le tout pour le prix de 800 livres. Les balustres de fer du chœur et des chapelles, coûtèrent 1900 livres tournois. Le beffroi fut construit en 1654 ; les jougs étaient en bois de noyer, le beffroi lui-même, la charpente et les montants en bois de chêne. La même année, le père Basile Graillat, supérieur et procureur de la commanderie, à qui est due la majeure partie de ces réparations, commanda à Pierre Livet, fondeur à Lyon, huit cloches formant accord musical, au prix de 75 livres le quintal de bronze. La première serait du poids de 55 à 60 livres, les sept autres à proportion en augmentant de poids ; les cloches devaient donner respectivement les notes ré, mi, fa, sol, ré, mi, fa. Deux ans plus tard, le même religieux commandait aux sieurs Marchai et de Taux, fondeurs de cloches, demeurant à Martini en Lorraine, pour la vieille église du monastère, six cloches de bon métal, la plus grosse de 6 quintaux et les autres à proportion, en sorte que toutes ensemble atteignissent le poids de deux milliers et deux quintaux. L’accord serait parfait et offrirait les six tons : ut, ré, mi, fa, sol, la.

Dès 1642, le père Graillai, avait commandé à Innocent Madin, peintre de Lyon, six grands tableaux à l’huile avec leurs ornements, moyennant la somme de 565 livres tournois. Le couvent se chargeait de fournir les châssis, molières et toiles. Plus tard, en 1697, on donnait 90 livres au sieur Bernard pour un tableau : Joseph vendu par ses frères ; tableau qui fut posé sur la galerie.

Pour faciliter le passage des chapelles situées « du côté de vent » au chœur de l’église, le père Graillat acheta, au prix de 100 livres tournois, à Claude Fayolle, maître forgeur à Lyon, « l’étendue de 18 pouces d’enfoncement dans la muraille de sa maison, outre le gros de mur et de 6 pieds 8 pouces de hauteur, pour le posage de deux portes en l’angle de muraille mitoyenne séparant la maison de Fayolle sise en la rue Saint-Antoine de Lyon, d’avec les fonds de la commanderie des côtés de bise et du soir ».

Un état des dépenses faites pour la reconstruction du couvent, en 1695, se monte à la somme de 18.731 livres 15 sous. Pour subvenir à cette dépense on emprunta 17.510 livres. La construction de l’église achevée, on songea à procéder à la consécration solennelle. Une difficulté se présentait : la chapelle était contiguë à des maisons particulières, en sorte qu’on ne pouvait en faire le tour comme le réclame le cérémonial. On consulta la Congrégation des rites, qui, par rescrit du 22 août 1655, signé du cardinal de Médicis, évêque d’Ostie, accorda toute dispense, pourvu que dans la cérémonie du sacre on gardât les règles du pontifical Romain.

L’église Saint-Antoine de Lyon possédait de nombreuses reliques, qu’elle conservait avec un soin jaloux. Citons-en quelques-unes. Le 4 février 1650, « Antoine Panotus de Velletri, auditeur de son Éminence Mgr Martius Ginet, cardinal prêtre du titre de Saint-Pierre-aux-Liens et vicaire général de notre Saint Père le pape et de la ville de Rome, en conséquence de l’ordre du cardinal-vicaire », donne au Père Graillat » des ossements de saint René, saint Maxime, saint Simple, saint Aurélian, saint Félix et saint Germain, martyrs ; lesquelles reliques ont été tirées, par commandement d’Innocent X, des cimetières de Rome, et ont été enveloppées séparément de papier blanc, avec au-dessus écrits les noms desdits saints ; les dites reliques mises dans une petite châsse carrée de bois, longue de huit doigts et large de six et trois doigts de haut, couverte d’un tafetas attaché avec trois filets de chanvre, en forme de croix, scellé au-dessus et au-dessous de cire d’Espagne aux armes dudit seigneur cardinal-vicaire. » Le 19 mars 1650, le même cardinal avait donné des reliques de sainte Agathe et de saint Honoré, martyrs, à messire Henri Othenin, chanoine de Besançon, reliques tirées aussi des cimetières de Rome. Elles furent remises, le 8 juin 1603, au P. Graillat par le pieux chanoine.


Antoine de Neuville, abbé de Saint-Just et vicaire général de Lyon.
Le digne supérieur de Saint-Antoine savait reconnaître les services rendus et être généreux à l’occasion. Le 14 janvier 1653, la Compagnie des Pénitents blancs de Lyon, avait assisté processionnellement à la translation des reliques des saints martyrs Marcel, Benoît, Basile, Clément, Denis et Théodore, translation faite de l’ancienne église de la commanderie, dans celle qui venait d’être nouvellement construite. Le Père Graillat, pour donner une marque de la reconnaissance et de l’estime que sa communauté et lui avaient de la piété des confrères, remit, le 31 janvier, aux recteur, vice-recteur et conseillers de celle compagnie, six parcelles de ces corps saints. Le 21 mai 1657, les Pénitents blancs de Notre-Dame du Confalon à Lyon, portèrent processionnellement deux châsses apportées de Rome par Antoine de Neuville, abbé de Saint-Just au diocèse de Beauvais et vicaire général de Lyon. Elles contenaient des reliques de sainte Barbe et de sainte Périgrine, vierges et martyres. En reconnaissance, le père Graillat donna aux confrères quelques parcelles de ces reliques. Le digne supérieur obtint, le 21 mars 1658, de l’abbaye Saint-Antoine de Viennois une relique insigne, conservée dans la sacristie du monastère dauphinois : une dent de sainte Apollonie, vierge et martyre, qui, ayant eu la mâchoire brisée par le bourreau, était particulièrement invoquée par ceux qui souffrent des dents. Cette précieuse relique fut placée, avec honneur, dans la chapelle de la Sainte-Trinité, de l’église des Antonins.

Puisque nous parlons des chapelles de l’église, mentionnons qu’elles furent souvent choisies par des familles de Lyon comme lieu de sépulture. Le 6 mai 1667, noble François Dufaure, conseiller du roi et trésorier des ponts et chaussées en la généralité de Lyon, du consentement du Père Antoine Garrot, supérieur de la commanderie, fonde une messe annuelle dans la chapelle Notre-Dame, située à droite, la plus proche du maître-autel, à condition d’avoir l’usage de cette chapelle et le droit exclusif de sépulture pour lui et sa famille à perpétuité. Il promet d’entretenir la chapelle à ses frais, et établit pour cela une rente annuelle de 150 livres. Les religieux lui permettent de placer en tel endroit de la chapelle que bon lui semble, son écusson, et de mettre sur la voûte du caveau une grande pierre avec ses armes et son épitaphe.

Le 7 octobre 1693, le Père Alexis Dufresne, supérieur de la Commanderie, accorde à Gaspard Fayard, bourgeois de Lyon, le droit de sépulture pour lui, Marguerite Lalive, sa femme, leurs enfants, gendres et descendants, à perpétuité, dans le caveau situé sous la chapelle Saint-Joseph, sans qu’aucune autre personne y puisse être ensevelie. Fayard fonde une messe quotidienne, et pour cela crée une rente annuelle de 200 livres au capital de 4.000 livres. On permet à Fayard de faire graver ses armes sur la pierre qui ferme l’ouverture et de placer contre le mur une pierre où seront transcrites les conditions de la fondation.

Au début du xviiie siècle, de nouvelles réparations furent faites à l’église des Antonins. Les religieux s’adressèrent pour cela à Marc Chabry, peintre et sculpteur de Lyon. Cet artiste de mérite orna l’intérieur de l’édifice de remarquables embellissements. On en trouve le détail dans un acte du 30 janvier 1704, passé entre le supérieur et Marie Andrée Blampignon, femme de Chabry. Cette dernière s’engage à faire terminer les travaux commencés, moyennant la somme de 15.000 livres. « En premier lieu de finir la corniche de marbre et la table d’autel conformément au dessin ; de faire deux aigles jetés en bronze, et dorés ; de faire un cadre de bronze doré autour du bas-relief de marbre blanc qui sert de devant d’autel et de lustrer ce bas-relief ; de dorer les fleurons de cuivre, au nombre de 34, qui doivent orner la bordure du tableau et de fournir les fleurons ; de faire en stuc les deux grandes figures représentant saint Athanase et saint Augustin qui doivent être posées sur les piédestaux avec les génies qui les accompagnent, aussi de stuc, le tout couleur de marbre ; d’achever toute la gloire et ornement en bois avec les anges et génies, suivant le dessin avec les palmiers des côtés, et tout le couronnement qui sera aussi de bois et lequel est dessus le soc posé sur la grande corniche de marbre blanc, ainsi que les consoles des deux chapiteaux des deux pilastres ; de dorer tout ce qui est ornement en bois, les figures et génies blanches de blanc de marbre ; de faire le ruban qui entoure la baguette qui est au-dessus de la face de la grande corniche de cuivre doré de même que tout le reste ; de fournir de plus tous les matériaux et l’échafaud pour l’achèvement du corps d’architecture en marbre, suivant qu’il a été commencé, le tout conformément au dessin ; de peindre le fond de l’autel autour de l’architecture et retable en grisaille, selon qu’il conviendra, et à cet effet de plâtrer le fond d’autel ; d’achever le tableau du maître-autel, et celui qui est inachevé d’un des côtés de cet autel avec les corniches ; de repasser la corniche de pierre blanche de l’église, depuis l’arc-doubleau qui joint la porte de la sacristie jusqu’à l’autel, et de même de l’autre côté ; de faire toutes les baguettes de bois doré, qui doivent faire comme une petite bordure à tous les panneaux de marbre jaspé, au nombre de douze, et aux pilastres, pour séparer le marbre blanc d’avec celui de couleur et de rendre le tout fait et parfait suivant le dessin, pour la fête de saint Antoine 1705. Outre cela, de faire lever les encombres qui seront en l’église à ses frais ; de délaisser à la maison de saint Antoine les deux blocs de marbre blanc qui sont destinés pour les deux grandes figures de saint Athanase et de saint Augustin, avec le marbre des deux génies, et enfin de faire un fond dais de sapin au tableau de l’autel pour le garantir de l’humidité. » Les religieux se réservent le tableau qui servait auparavant au grand autel avec sa bordure et le devant d’autel de bois doré avec ses aigles. Le 30 janvier 1704, mademoiselle Blampignon et Louis Pérille, marchands de Lyon, s’obligent à faire faire par le sieur Chabry, six marches pour l’autel, depuis la porte de la sacristie jusqu’à l’autel, les plafonds et compartiments différenciés de marbre blanc et de pierre. Enfin, le 26 mai 1701, les religieux payent 2.449 livres à Louis Pérille pour l’achat et le transport des marbres destinés à la construction du maître-autel.

Telle est l’histoire de la chapelle des Antonins de Lyon ; cet ordre religieux n’arriva même pas jusqu’à l’époque révolutionnaire. Il fut dissous par décret de Louis XVI, sanctionné par le souverain pontife, et ses biens réunis à l’ordre des chevaliers de Malte dont le futur Louis XVIII était un des principaux membres. Ce qui lit dire aux mauvaises langues que le roi de France avait par ce décret, trouvé un apanage pour son frère.

La commanderie des Antonins de Lyon n’a pas disparu complètement. Sur le quai Saint-Antoine se dresse encore une belle maison dont la façade transformée et l’intérieur aménagé pour des habitations familiales, ont bien un peu changé l’aspect, mais où l’œil exercé n’a pas de peine à reconnaître les restes de l’ancienne commanderie.

Lorsqu’on entre dans la maison du n° 30, quai Saint-Antoine, et que l’on prend à gauche le petit escalier d’une dizaine de marches, on se trouve aussitôt sur un large promenoir en pierre qui devait jadis contourner les bâtiments des religieux. De nos jours ce promenoir n’existe que de trois côtés : de l’autre, il a été remplacé par une installation de bains toute moderne. Ce promenoir se développe sur un vaste rectangle, adossé aux maisons avoisinantes, qui, peut-être, possèdent des pans de murailles du monastère, et il surplombe la cour, de plus d’un mètre.

On accède à la cour par un escalier qui rejoint le promenoir sur l’un des petits côtés du vaste rectangle. Près de l’escalier aux pierres vieilles et usées par plusieurs générations, se trouve une fontaine en pierre datant du temps des religieux : elle manque de style architectural : c’est une masse rectangulaire et haute de près de 1m50. Elle est placée en avant du promenoir sur une petite tour en maçonnerie tronquée dans sa hauteur. Au bas de la tour se voit une gargouille ancienne.

En face de la fontaine et de la tour, le petit côté du rectangle ne possède pas d’escalier, mais le promenoir est percé d’ouvertures dans lequel se trouve quelques marches qui permettent de passer de cette cour dans celle de la maison voisine, avec sortie sur la rue Mercière. Les maisons voisines sont modernes. Pourtant le corps de bâtiments de droite contient des arcs-boutants reliant une maison basse à un bâtiment plus élevé, et, dans un des angles, une vieille tour carrée.
HopitalSaintAntoineLyon (Formulaire de saisie HOFRAME), écrite par WikiAdmin
créée le 31.05.2020 à 14:22, mise à jour le 31.05.2020 à 14:22.

Hôpital Saint-Antoine - Marseille

Département : 13
Adresse postale : 17 rue Saint Antoine
Code postal : 13000
Ville : Marseille
Date de première mention : 01.01.1100
Date de destruction : 31.10.2019
Etat du bâti : Bâtiment en ruines
Commentaires : Date à redéfinir.
Ordre religieux : Saint-Antoine
HopitalSaintAntoineMarseille (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 28.10.2019 à 14:29, mise à jour le 28.10.2019 à 14:31.

Hôpital Saint-Bénézet - Avignon

Département : 84
Adresse postale : Joseph Vernet
Code postal : 84000
Ville : Avignon
Date de première mention : 01.01.1181
Date de destruction : 31.10.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Bâtiment en cours de recherches.
Ordre religieux : Autres
HopitalSaintBenezetAvignon (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 24.10.2019 à 10:29, mise à jour le 24.10.2019 à 10:29.

Hôpital Saint-Castor

Département : 84
Adresse postale : Mairie
Code postal : 84400
Ville : Apt
Date de première mention : 01.01.1389
Date de destruction : 31.10.2019
Etat du bâti : Bâtiment en ruines
Ordre religieux : Autres
HopitalSaintCastor (Saisie nouvel Hôpital)
créée le 20.10.2019 à 18:01, mise à jour le 20.10.2019 à 18:01.

Hôpital Saint-Castor - Apt

Département : 84
Adresse postale : Avenue de Viton
Code postal : 84400
Ville : Apt
Date de première mention : 01.01.1389
Date de destruction : 31.10.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Bâtiment en cours de recherches.
Ordre religieux : Autres
HopitalSaintCastorApt (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 24.10.2019 à 10:04, mise à jour le 24.10.2019 à 10:04.

Hôpital Saint-Esprit

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Maine-et-Loire (49)
Adresse postale : mairie
Lieu-dit : mairie
Numéro INSEE (code officiel géographique 2019) : 49007
Code postal : 49000
Ville : Angers
Date de première mention : 01.01.1288
Date de dernière mention : 01.01.1710
Mention dans les pouillés : Cette ville reçut, dès le courant du XIIIème siècle, une colonie de l'hôpital de Dijon. La maison était déjà florissante en 1288 et dépassait son chef par le nombre de ses filiations. Elle jouissait à ce moment là d'une léproserie en dehors des portes de la ville, de l'hôpital du Lion d'Angers et des maladreries d'Ambillou, Brissac, Chemillé, Fontis Londone, Longué, La Magdeleine, Mérannes, Pont de Cé, Les Rosiers, Sablé et Teurdres. Malgré son importance, Angers fut toujours sous la dépendance de Dijon. L'ordre de Saint Lazare en prit possession, en vertu de l'édit de 1672. Mais le recteur de Dijon, frère Joseph Dupont, ayant prouvé son droit par une suite de titres, par devant l'Intendant, M de Chauvelin, obtint en 1710 un arrêt qui lui rendit cette maison dans laquelle quatre frères donnaient l'hospitalité à 250 pauvres (Arch Nat M45, S4913). Voici les noms de quelques recteurs: frères françois Hudrin, nommé e 1519. Bulles, à partir de Grégoire IX (1372)
Etat du bâti : Autres
HopitalSaintEsprit2 (Formulaire de saisie HOFRAME), écrite par WikiAdmin
créée le 18.05.2020 à 11:27, mise à jour le 18.05.2020 à 11:27.

Hôpital Saint-Esprit - Aix en Provence

Département : 13
Adresse postale : 40 de la rue Espariat
Code postal : 13100
Ville : Aix en Provence
Date de première mention : 27.07.1229
Date de destruction : 01.01.1700
Etat du bâti : Changement de destination
Commentaires : 1229¨: fondation de l’hôpital

Au XIIIe siècle est fondé un hôpital rattaché à l’Ordre des hospitaliers du Saint-Esprit, le charisme de cet ordre étant de venir en aide à tous les « déshérités de la vie », les religieux accueillent les orphelins, les malades et les mourants, malgré un nombre limité de places (entre cinq et huit). L’édifice est alors aux limites ouest de la ville, à l’entrée de la cité, au bord de la campagne.

Par testament du 27/07/1229 de Pierre Tapie, l'hôpital reçoit un leg. Source: Jean Pourrière - Les hôpitaux d'Aix - page 21

Suivant les Annales de la Sainte Eglise, l'hôpital fut fondé vers 1213. Il se déchargea plus tard, lors de la fondation de l'Hôtel-Dieu de Saint Jacques, du soin des enfants trouvés ou bâtards, moyennant une rente de 489. Il est probable néanmoins que l'hôpital du Saint-Esprit conserva toujours les orphelins légitimes. Il devint promptement un prieuré conventuel important, dont relevaient Brignoles, Correns, Lambesc, Pertruis, Rians, Rougiers, Saint Vallier et les riches confréries de Gonfaron, Grambois, Jouques, Peyrolles, Porrion (visite de 1288). L'état de la maison, pour le spirituel et le temporel, était florissant lors de la visite de Frère Monette. Elle n'est cependant citée dans les bulles qu'à partir de Grégoire XI, en 1372. Frère Gérard Méchery fut pourvu en 1409 (Diplom II, p215). En 1431, Antoine de Dijon donna à frère Jean Benoît, prieur d'Aix et vicaire général de Guérin Teler, de Montpellier, une bastide importante, dont le revenu montait encore, au XVIIème, à 200 livres. Source: Histoire des hôpitaux du Saint Esprit - Abbé Brune.
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintEspritAixEnProvence (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 26.10.2019 à 14:09, mise à jour le 17.12.2019 à 08:40.

Hôpital Saint-Esprit - Ansouis.

Département : 84
Adresse postale : mairie
Code postal : 84240
Ville : Ansouis
Date de première mention : 01.01.1288
Date de destruction : 31.12.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Hôpital dépendant de Steffansfeld en 1288. L'Ordre de Saint-Lazare en a joui (Pouillé, 438). Source: Histoire des hôpitaux du Saint Esprit - Abbé Brune.
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintEspritAnsouis (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 17.12.2019 à 08:45, mise à jour le 17.12.2019 à 08:45.

Hôpital Saint-Esprit - Aubagne.

Département : 13
Adresse postale : mairie
Code postal : 13400
Ville : Aubagne
Date de première mention : 01.01.1288
Date de destruction : 31.12.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Frère Jean Monette fit la visite de Thôp. en 1288 ; à cette date, le recteur avait la prééminence sur les maisons du Bausset, du Castellet, de Clairac, La Penne, Signes, auxquelles il faut ajouter celles de S. Gêniez aux Martigues, d'Aubagne et trois hôtelleries ou refuges dans ses domaines ; en outre, des confréries très florissantes étaient établies à Cassis, Flessans, Cuges, La Cadière, OUiers, S. Maximin et dans toute la région. On connaît quelques recteurs : Frère Pierre Serena (1296), F. Jean (1306), F. Lombard.
Source: Histoire de l'Ordre Hospitalier du Saint Esprit par l'abbé BRUNE - 1842 - Paris
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintEspritAubagne (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 08.12.2019 à 09:39, mise à jour le 08.12.2019 à 09:39.

Hôpital Saint-Esprit - Auriol.

Département : 13
Adresse postale : mairie
Code postal : 13390
Ville : Auriol
Date de première mention : 01.01.1288
Date de destruction : 31.12.2019
Etat du bâti : Inexistant
Commentaires : Hôpital dépendant de Steffansfeld en 1288; il n'en restait que la confrérie, lorsque Saint-Lazare en prit possession. Source: Histoire des hôpitaux du Saint Esprit - Abbé Brune.
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintEspritAuriol (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 17.12.2019 à 08:53, mise à jour le 17.12.2019 à 08:53.

Hôpital Saint-Esprit - Bagnoles-en-forêt (83).

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83600
Ville : Bagnols-en-forêt
Date de première mention : 01.01.1288
Date de destruction : 31.12.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Hôpital et confrérie dépendant de Fréjus, dont s'empara l'Ordre de Saint-Lazare; mais l'hôpital fut rendu à la confrérie, par arrêt du 03 août 1693.
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintEspritBagnolesEnForet83 (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 17.12.2019 à 08:56, mise à jour le 17.12.2019 à 08:56.

Hôpital Saint-Esprit - Bargemon.

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83830
Ville : Bargemon
Date de première mention : 01.01.1288
Date de destruction : 31.12.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Hôpital et confrérie, cités dans la bulle de 1372, et dont Saint-Lazare a joui. Source: Histoire des hôpitaux du Saint Esprit - Abbé Brune.
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintEspritBargemon (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 17.12.2019 à 09:00, mise à jour le 17.12.2019 à 09:00.

Hôpital Saint-Esprit - Brignoles.

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83170
Ville : Brignoles
Date de première mention : 01.01.1288
Date de destruction : 31.12.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Compte de l'archiprêtré de Aix en 1251: De hospitali Brinonie
1288: Visite de Jean Monette.
Taxe synodale vers 1300: Hospitale Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Hôpital dépendant de Aix. Par son testament du 16 juillet 1361, Guillaume Gilly, marchand drapier à Brignoles, nomma les recteurs de l'hôpital collateurs de la chapelle de Notre-Dame, dans l'église paroissiale de Saint-Sauveur. Il fonda, en outre, pour les femmes qui allaient en romevage , un hospice particulier, garni de six lites, de traversins, matelas et linceulx, qu'il voulut annexé à l'hôpital et confié aux frères qui le desservaient (Arch.Nat, S 4812). L'Ordre de Saint-Lazare, après avoir joui de la maison du Saint-Esprit dut le rendre, en vertu d'un arrêt du 20 juillet 1696.
Source: Histoire des hôpitaux du Saint Esprit - Abbé Brune.
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintEspritBrignoles (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 17.12.2019 à 09:09, mise à jour le 11.05.2020 à 08:18.

Hôpital Saint-Esprit - Cabasse.

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83340
Ville : Cabasse
Date de première mention : 01.01.1288
Date de destruction : 31.12.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Hôpital ou confrérie dépendant de fréjus en 1288. Attribuée à Saint-Lazare.
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintEspritCabasse (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 17.12.2019 à 09:12, mise à jour le 17.12.2019 à 09:12.

Hôpital Saint-Esprit - Callas.

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83830
Ville : Callas
Date de première mention : 01.01.1288
Date de destruction : 31.12.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Confrérie ou hôpital dépendant de Fréjus en 1288. L'ordre de Saint-Lazare en jouit, mais dut la rendre aux confrères en 1696.
Source: Histoire des hôpitaux du Saint Esprit - Abbé Brune.
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintEspritCallas (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 17.12.2019 à 09:15, mise à jour le 17.12.2019 à 09:15.

Hôpital Saint-Esprit - Cassis.

Département : 13
Adresse postale : mairie
Code postal : 13260
Ville : Cassis
Date de première mention : 01.01.1288
Date de destruction : 31.12.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Frère Jean Monette fit la visite de Thôp. en 1288 ; à cette date, le recteur avait la prééminence sur les maisons du Bausset, du Castellet, de Clairac, La Penne, Signes, auxquelles il faut ajouter celles de S. Gêniez aux Martigues, d'Aubagne et trois hôtelleries ou refuges dans ses domaines ; en outre, des confréries très florissantes étaient établies à Cassis, Flessans, Cuges, La Cadière, OUiers, S. Maximin et dans toute la région. On connaît quelques recteurs : Frère Pierre Serena (1296), F. Jean (1306), F. Lombard.
Source: Histoire de l'Ordre Hospitalier du Saint Esprit par l'abbé BRUNE - 1842 - Paris
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintEspritCassis (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 08.12.2019 à 09:40, mise à jour le 08.12.2019 à 09:40.

Hôpital Saint-Esprit - Correns.

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83570
Ville : Correns
Date de première mention : 01.01.1288
Date de destruction : 31.12.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Hôpital dépendant d'Aix en 1288; les confrères, après avoir payé à Saint-Lazare un cens de 30 livres, rentrèrent dans leurs droits par arrêt du 16 juillet 1696.
Source: Histoire des hôpitaux du Saint Esprit - Abbé Brune.
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintEspritCorrens (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 17.12.2019 à 09:19, mise à jour le 17.12.2019 à 09:19.

Hôpital Saint-Esprit - Cuers.

Département : 83
Adresse postale : chemin des charrettes
Code postal : 83390
Ville : Cuers
Date de première mention : 01.01.1234
Date de destruction : 31.10.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : 1234 : Confirmation de l'existence de l'hôpital (hospice) suivant acte de donation.
Hôpital dépendant de Toulon en 1288. Après avoir été possédé par l'Ordre de Saint-Lazare, il fut réuni, en 1696, à l'hôpital de son chef-lieu.
Source: Histoire des hôpitaux du Saint Esprit - Abbé Brune.
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalDeCuers (Saisie nouvel Hôpital)
créée le 26.10.2019 à 11:54, mise à jour le 17.12.2019 à 09:21.

Hôpital Saint-Esprit - Cuges les Pins.

Département : 13
Adresse postale : Mairie
Code postal : 13780
Ville : Cuges les Pins
Date de première mention : 01.01.1288
Date de destruction : 31.12.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Frère Jean Monette fit la visite de Thôp. en 1288 ; à cette date, le recteur avait la prééminence sur les maisons du Bausset, du Castellet, de Clairac, La Penne, Signes, auxquelles il faut ajouter celles de S. Gêniez aux Martigues, d'Aubagne et trois hôtelleries ou refuges dans ses domaines ; en outre, des confréries très florissantes étaient établies à Cassis, Flessans, Cuges, La Cadière, OUiers, S. Maximin et dans toute la région. On connaît quelques recteurs : Frère Pierre Serena (1296), F. Jean (1306), F. Lombard.
Source: Histoire de l'Ordre Hospitalier du Saint Esprit par l'abbé BRUNE - 1842 - Paris
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintEspritCugesLesPins (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 09.12.2019 à 13:24, mise à jour le 09.12.2019 à 13:24.

Hôpital Saint-Esprit - Cuges.

Département : 13
Adresse postale : mairie
Code postal : 13780
Ville : Cuges-les-Pins
Date de première mention : 01.01.1288
Date de destruction : 31.12.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Hôpital et confrérie dépendant de Marseille en 1288. En 1696, la confrérie obtint sa désunion de Saint-Lazare et rentra en possession de ses droits.
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintEspritCuges (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 17.12.2019 à 09:23, mise à jour le 17.12.2019 à 09:23.

Hôpital Saint-Esprit - Draguignan.

Département : 83
Adresse postale : rue trans (?)
Code postal : 83300
Ville : Draguignan
Date de première mention : 01.01.1288
Date de destruction : 30.11.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Prieuré hospitalier, fondateur des hôpitaux de Fayence et de Grasse, ainsi que de la confrérie du Luc en 1288. L'Ordre de Saint-Lazare en prit possession; le revenu n'était alors que de 480 livres. Cité dans la bulle de Grégoire XI en 1372.
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintEspritDraguignan (Saisie nouvel Hôpital)
créée le 12.11.2019 à 11:08, mise à jour le 17.12.2019 à 09:46.

Hôpital Saint-Esprit - Fayence.

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83440
Ville : Fayence
Date de première mention : 01.01.1288
Date de destruction : 31.12.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Hôpital dépendant de Draguignan en 1288. Il ne restait que la confrérie, lorsque son revenu fut uni à Saint-Lazare, en 1683.
Source: Histoire des hôpitaux du Saint Esprit - Abbé Brune.
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintEspritFayence (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 17.12.2019 à 09:50, mise à jour le 17.12.2019 à 09:50.

Hôpital Saint-Esprit - Flassans sur Issole

Département : 83
Adresse postale : Mairie
Code postal : 83340
Ville : Flassans-sur-Issole
Date de première mention : 01.01.1288
Date de destruction : 31.12.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Frère Jean Monette fit la visite de Thôp. en 1288 ; à cette date, le recteur avait la prééminence sur les maisons du Bausset, du Castellet, de Clairac, La Penne, Signes, auxquelles il faut ajouter celles de S. Gêniez aux Martigues, d'Aubagne et trois hôtelleries ou refuges dans ses domaines ; en outre, des confréries très florissantes étaient établies à Cassis, Flessans, Cuges, La Cadière, OUiers, S. Maximin et dans toute la région. On connaît quelques recteurs : Frère Pierre Serena (1296), F. Jean (1306), F. Lombard.
Source: Histoire de l'Ordre Hospitalier du Saint Esprit par l'abbé BRUNE - 1842 - Paris
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintEspritFlassansSurIssole (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 09.12.2019 à 13:23, mise à jour le 09.12.2019 à 13:23.

Hôpital Saint-Esprit - Fréjus.

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83600
Ville : Fréjus
Date de première mention : 01.01.1288
Date de destruction : 31.12.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Prieuré hospitalier et confrérie importante, qui donna naissance à celles de Baldière, Cabasse, Callas, Montferrat, Salernes, Ninii, et aux hôpitaux des Arcs et Bagnols en 1288. Au moment de l'édit de 1672, il ne restait du prieuré qu'une maison en ruines, dans la quelle les vieillards témoignaient avoir vu deux prêtres entretenus par la confrérie et chargés d'enseigner la doctrine aux enfants.
Source: Histoire des hôpitaux du Saint Esprit - Abbé Brune.
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintEspritFrejus (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 17.12.2019 à 09:54, mise à jour le 17.12.2019 à 09:54.

Hôpital Saint-Esprit - Gonfaron.

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83590
Ville : Gonfaron
Date de première mention : 01.01.1288
Date de destruction : 31.12.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Hôpital ou confrérie dépendant d'Aix en 1288 lors de la visite de Frère Monette.
Source: Histoire des hôpitaux du Saint Esprit - Abbé Brune.
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintEspritGonfaron (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 17.12.2019 à 09:58, mise à jour le 17.12.2019 à 09:58.

Hôpital Saint-Esprit - Grambois.

Département : 84
Adresse postale : mairie
Code postal : 84240
Ville : Grambois
Date de première mention : 01.01.1288
Date de destruction : 31.12.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Hôpital ou confrérie dépendant d'Aix. Les confrères récupèrent leurs revenus su l'ordre de Saint-Lazare en 1696.
Taxe synodale vers 1300: Hospitale, pro synodo Sancte Luce Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintEspritGrambois (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 17.12.2019 à 10:00, mise à jour le 11.05.2020 à 09:08.

Hôpital Saint-Esprit - Hyères.

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83400
Ville : Hyères
Date de première mention : 01.01.1288
Date de destruction : 31.12.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Maladrerie et confrérie citée dans la bulle de 1372. Les consuls, pour la conserver, payèrent à Saint Lazare un tribut de 60 livres jusqu'en 1696, où ils furent déchargés et les biens unis à l'Hôpital Saint-Jacques de la ville.
Source: Histoire des hôpitaux du Saint Esprit - Abbé Brune.
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintEspritHyeres (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 17.12.2019 à 10:04, mise à jour le 17.12.2019 à 10:04.

Hôpital Saint-Esprit - Jouques.

Département : 13
Adresse postale : mairie
Code postal : 13490
Ville : Jouques
Date de première mention : 01.01.1288
Date de destruction : 30.11.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Hôpital ou confrérie dépendant d'Aix. Après la désunion à Saint-Lazare, les confrères rentrèrent en possession du revenu, en 1696.
Source: Histoire des hôpitaux du Saint Esprit - Abbé Brune.

Taxe synodale vers 1300: Hospitale Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Saint-Esprit
JouquesSansVocable (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 10.11.2019 à 10:59, mise à jour le 11.05.2020 à 08:35.

Hôpital Saint-Esprit - La Cadière.

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83740
Ville : La Cadiere d'Azur
Date de première mention : 01.01.1288
Date de destruction : 31.12.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Frère Jean Monette fit la visite de Thôp. en 1288 ; à cette date, le recteur avait la prééminence sur les maisons du Bausset, du Castellet, de Clairac, La Penne, Signes, auxquelles il faut ajouter celles de S. Gêniez aux Martigues, d'Aubagne et trois hôtelleries ou refuges dans ses domaines ; en outre, des confréries très florissantes étaient établies à Cassis, Flessans, Cuges, La Cadière, OUiers, S. Maximin et dans toute la région. On connaît quelques recteurs : Frère Pierre Serena (1296), F. Jean (1306), F. Lombard.
Source: Histoire de l'Ordre Hospitalier du Saint Esprit par l'abbé BRUNE - 1842 - Paris
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintEspritLaCadiere (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 09.12.2019 à 13:26, mise à jour le 09.12.2019 à 13:26.

Hôpital Saint-Esprit - La Garde-Freinet.

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83680
Ville : La Garde-Freinet
Date de première mention : 01.01.1288
Date de destruction : 31.12.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Hôpital ou confrérie dépendant de Toulon en 1288. Son revenu, revendiqué par l'ordre de Saint-Lazare, fut rendu aux confrères en 1696.
Source: Histoire des hôpitaux du Saint Esprit - Abbé Brune.
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintEspritLaGardeFreinet (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 17.12.2019 à 09:56, mise à jour le 17.12.2019 à 09:56.

Hôpital Saint-Esprit - La Penne.

Département : 13
Adresse postale : mairie
Code postal : 13821
Ville : La Penne-sur-Huveaune
Date de première mention : 01.01.1288
Date de destruction : 31.12.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Frère Jean Monette fit la visite de Thôp. en 1288 ; à cette date, le recteur avait la prééminence sur les maisons du Bausset, du Castellet, de Clairac, La Penne, Signes, auxquelles il faut ajouter celles de S. Gêniez aux Martigues, d'Aubagne et trois hôtelleries ou refuges dans ses domaines ; en outre, des confréries très florissantes étaient établies à Cassis, Flessans, Cuges, La Cadière, OUiers, S. Maximin et dans toute la région. On connaît quelques recteurs : Frère Pierre Serena (1296), F. Jean (1306), F. Lombard.
Il est cité dans les bulles de 1291, 1294, 1343 et 1372.
Source: Histoire des hôpitaux du Saint Esprit - Abbé Brune.
Source: Histoire de l'Ordre Hospitalier du Saint Esprit par l'abbé BRUNE - 1842 - Paris
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintEspritLaPenne (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 08.12.2019 à 09:32, mise à jour le 17.12.2019 à 10:29.

Hôpital Saint-Esprit - Lambesc.

Département : 13
Adresse postale : mairie
Code postal : 13410
Ville : Lambesc
Date de première mention : 01.01.1288
Date de destruction : 30.11.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Hôpital dépendant de Aix.
Source: Histoire des hôpitaux du Saint Esprit - Abbé Brune.
Taxe synodale vers 1300: Hospitale Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Saint-Esprit
LambescSansVocable (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 10.11.2019 à 10:25, mise à jour le 11.05.2020 à 08:50.

Hôpital Saint-Esprit - Le Beausset

Département : 83
Adresse postale : Mairie
Code postal : 83300
Ville : Le Beausset
Date de première mention : 01.01.1288
Date de destruction : 31.12.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Frère Jean Monette fit la visite de Thôp. en 1288 ; à cette date, le recteur avait la prééminence sur les maisons du Bausset, du Castellet, de Clairac, La Penne, Signes, auxquelles il faut ajouter celles de S. Gêniez aux Martigues, d'Aubagne et trois hôtelleries ou refuges dans ses domaines ; en outre, des confréries très florissantes étaient établies à Cassis, Flessans, Cuges, La Cadière, OUiers, S. Maximin et dans toute la région. On connaît quelques recteurs : Frère Pierre Serena (1296), F. Jean (1306), F. Lombard.
Source: Histoire de l'Ordre Hospitalier du Saint Esprit par l'abbé BRUNE - 1842 - Paris
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintEspritLeBeausset (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 07.12.2019 à 15:41, mise à jour le 07.12.2019 à 15:41.

Hôpital Saint-Esprit - Le Castellet

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83300
Ville : Le Castellet
Date de première mention : 01.01.1288
Date de destruction : 31.12.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Frère Jean Monette fit la visite de Thôp. en 1288 ; à cette date, le recteur avait la prééminence sur les maisons du Bausset, du Castellet, de Clairac, La Penne, Signes, auxquelles il faut ajouter celles de S. Gêniez aux Martigues, d'Aubagne et trois hôtelleries ou refuges dans ses domaines ; en outre, des confréries très florissantes étaient établies à Cassis, Flessans, Cuges, La Cadière, OUiers, S. Maximin et dans toute la région. On connaît quelques recteurs : Frère Pierre Serena (1296), F. Jean (1306), F. Lombard.
Source: Histoire de l'Ordre Hospitalier du Saint Esprit par l'abbé BRUNE - 1842 - Paris
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintEspritLeCastellet (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 07.12.2019 à 15:43, mise à jour le 07.12.2019 à 15:43.

Hôpital Saint-Esprit - Marseille

Département : 13
Adresse postale : 6 place Daviel
Code postal : 13002
Ville : Marseille
Date de première mention : 01.01.1166
Date de destruction : 31.12.2006
Etat du bâti : Classement Monuments Historiques
Commentaires : Le plus ancien hôpital de Marseille a été fondé par la confrérie du Saint-Esprit, association laïque, sans doute en 1188 ; il semble que l’Ordre hospitalier du Saint-Esprit de Montpellier, créé à la même époque, n’ait de commun avec la confrérie marseillaise que le nom ; malgré les prétentions que la maison de Montpellier éleva par la suite, l’hôpital de Marseille conserva son indépendance.
L’administration fut assurée, dès l’origine, par deux recteurs annuels, élus le 30 novembre en séance de Conseil de Ville par le viguier et six conseillers municipaux. Les recteurs étaient toujours choisis parmi les notables les plus en vue, membres de la confrérie du Saint-Esprit ; la commune surveillait leur gestion et s’y immisçait même parfois en cas de vente d’immeubles en particulier. Dès l’origine, les rapports étroits de l’hôpital et de la commune sont donc évidents ; les deux institutions étaient même à ce point unies que les recteurs de l’hôpital devinrent ceux de la ville pendant un temps (1218) et participèrent au rachat des droits seigneuriaux des vicomtes ; plus tard, (XIVème siècle), les recteurs de l’hôpital faisaient partie du Conseil de Ville. A plusieurs reprises (1256, puis de 1348 à 1480), le Conseil municipal siègea dans une salle de l’hôpital, faute de local ; l’emplacement de l’hôpital (sur une partie de celui occupé par l’actuel Hôtel-Dieu, au cœur de la vieille ville) facilitait la chose. Les origines de la commune de Marseille sont intimement liées à celles de l’hôpital et de la confrérie du Saint-Esprit.
Le service de l’hôpital était rempli par une communauté religieuse, celle des « Frères du Saint-Esprit », qu’il ne faut pas confondre avec les recteurs, membres de la confrérie du même nom. Il s’agissait de donats des deux sexes, sous l’autorité d’un précepteur ou commandeur élu par la communauté. L’hôpital du Saint-Esprit ne reçut jamais un grand nombre de malades et parfois il n’y en avait qu’un seul. Après la fondation de l’hôpital Saint Jaques de Galice (1344), qui était réservé aux femmes, il ne reçut plus, apparemment, que des hommes. En 1424, après le pillage de la ville par les Aragonais, le Saint-Esprit partagea avec l’hôpital Saint Jacques de Galice les biens des hôpitaux de Notre Dame de l’Annonciade et de Notre Dame d’Espérance, supprimés.
Les troubles du XVIème ne furent guère favorables à la prospérité des hôpitaux, de sorte que le conseil municipal et les recteurs du Saint-Esprit et de Saint Jacques de Galice décidèrent l’union des deux hôpitaux (1593) ; pour réaliser cette réunion, des agrandissements considérables aux bâtiments de l’hôpital du Saint-Esprit furent entrepris. Le nouvel établissement fut connu sous le nom d’Hôtel-Dieu.

Source: Archives Départementales des Bouches du Rhône (13).

On trouve la première trace de médicalisation en 1331, lorsque l'hôpital Saint-Esprit fait appel, ponctuellement, aux services d'un chirurgien et d'un barbier. Source: Comité du Vieux Marseille - La santé à Marseille - page 125.

Ses origines remontent donc au Moyen-Âge, après la 2ème Croisade qui marque la défaite des armées françaises et de nombreux blessés de guerre sont déchargés à Marseille. En 1166, l’ouverture de l’hôpital du Saint-Esprit, situé dans le quartier des Accoules ouvre ses portes aux nombreux malades et nécessiteux mais aussi aux enfants abandonnés. On peut encore voir de nos jours les restes d’une chapelle datant du XIIème siècle. Vous pouvez admirer son sol en mosaïques depuis le rez-de-chaussée de l’Hôtel Dieu. En 1593, les hôpitaux Saint-Jacques de Galice et de Saint-Esprit fusionnent sous le nom d’Hôtel Dieu. Source : https://www.marseilletourisme.fr/fr/que-voir/patrimoine-culture/monuments/hotel-dieu/
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintEspritMarseille (Saisie nouvel Hôpital)
créée le 23.10.2019 à 18:55, mise à jour le 17.12.2019 à 10:10.

Hôpital Saint-Esprit - Martigues.

Département : 13
Adresse postale : mairie
Code postal : 13500
Ville : Martigues
Date de première mention : 14.01.1211
Date de destruction : 31.12.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Hôpital dépendant de Marseille. Hugues des Baux, vicomte de Marseille, le prit sous sa protection, le 14 janvier 1211; l'année suivante, l'évêque d'Aix accorda cinq jours d'indulgences et celui de Marseille trois cents jours aux bienfaiteurs de l'hôpital et du pont (Fabre, Hop. de Marseille, ch II).
Source: Histoire des hôpitaux du Saint Esprit - Abbé Brune.
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintEspritMartigues (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 17.12.2019 à 10:15, mise à jour le 17.12.2019 à 10:15.

Hôpital Saint-Esprit - Mazaugues

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83136
Ville : Mazaugues
Date de première mention : 01.01.1398
Date de destruction : 29.02.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : - Mazaugues : Le testament de Florent de Castellane (1398) contenait un legs de 40 sous à la confrérie du Saint-Esprit (Du Cange, Glossarium, v°Confraria) - Source: Histoire de l'Ordre des Hospitaliers de Saint-Esprit de l'abbé Brune
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintEspritMazaugues (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 21.02.2020 à 16:55, mise à jour le 21.02.2020 à 16:55.

Hôpital Saint-Esprit - Montferrat.

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83131
Ville : Montferrat
Date de première mention : 01.01.1288
Date de destruction : 31.12.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Hôpital dépendant de Fréjus lors de la visite en 1288.
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintEspritMontferrat (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 17.12.2019 à 10:21, mise à jour le 17.12.2019 à 10:21.

Hôpital Saint-Esprit - Ollières

Département : 83
Adresse postale : Rue de la mairie
Code postal : 83470
Ville : Ollières
Date de première mention : 01.01.1363
Date de destruction : 31.10.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Bâtiment en cours de recherches.
Vocable probablement Saint-Esprit si l'on en croit l'abbé BRUNE : Frère Jean Monette fit la visite de Thôp. en 1288 ; à cette date, le recteur avait la prééminence sur les maisons du Bausset, du Castellet, de Clairac, La Penne, Signes, auxquelles il faut ajouter celles de S. Gêniez aux Martigues, d'Aubagne et trois hôtelleries ou refuges dans ses domaines ; en outre, des confréries très florissantes étaient établies à Cassis, Flessans, Cuges, La Cadière, OUiers, S. Maximin et dans toute la région. On connaît quelques recteurs : Frère Pierre Serena (1296), F. Jean (1306), F. Lombard.
Source: Histoire de l'Ordre Hospitalier du Saint Esprit par l'abbé BRUNE - 1842 - Paris

Taxe synodale vers 1300: Hospitale Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Saint-Esprit
OllieresSansVocable (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 22.10.2019 à 11:04, mise à jour le 11.05.2020 à 08:21.

Hôpital Saint-Esprit - Orange

Département : 84
Adresse postale : hôpital
Code postal : 84100
Ville : Orange
Date de première mention : 01.01.1291
Date de destruction : 30.11.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Hôpital mentionné pour la première fois dans la bulle de Nicolas IV en 1291.En 1438, le maître de Besançon y nommait un recteur en qualité de vicaire général. Frère Latinus de Castro S.Elia en était pourvu le 10 février 1472 et Charles de Pomayrol en 1532. (Arch.hop de Besançon, chap II n°2; Arch rom, lib 19, feuillet 168, lib 36, feuillet 24)
Source: Histoire des hôpitaux du Saint Esprit - Abbé Brune.
À Orange, on a pu dénombrer jusqu'à onze établissements hospitaliers souvent tous limités à quelques lits. Au moyen âge, l'hôpital Saint-Lazare attesté avant 1472 est réservé aux lépreux, celui de Saint-Esprit, mentionné en 1490, est destiné aux enfants trouvés et l'hôpital de Cartes (1527) sert de refuge pour les pestiférés.
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintEspritOrange (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 17.11.2019 à 16:09, mise à jour le 17.12.2019 à 10:27.

Hôpital Saint-Esprit - Pertuis

Département : 84
Adresse postale : mairie
Code postal : 84120
Ville : Pertuis
Date de première mention : 01.01.1288
Date de destruction : 31.12.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Hôpital et confrérie dépendants de Marseille en 1288. Unis à Saint-Lazare, puis rendus aux confrères.
Source: Histoire des hôpitaux du Saint Esprit - Abbé Brune.
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintEspritPertuis (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 17.12.2019 à 10:32, mise à jour le 17.12.2019 à 10:32.

Hôpital Saint-Esprit - Peyrolles.

Département : 13
Adresse postale : mairie
Code postal : 13860
Ville : Peyrolles-en-Provence
Date de première mention : 01.01.1288
Date de destruction : 30.11.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Hôpital et confrérie dépendant d'Aix en 1288. Les confrères recouvrèrent leurs biens après l'édit de désunion.
Source: Histoire des hôpitaux du Saint Esprit - Abbé Brune.
Taxe synodale vers 1300: Hospitale Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Saint-Esprit
PeyrollesSansVocable (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 10.11.2019 à 10:35, mise à jour le 11.05.2020 à 08:36.

Hôpital Saint-Esprit - Pomègue en Frioul (13).

Département : 13
Adresse postale : Mairie
Code postal : 13000
Ville : Marseille
Date de première mention : 01.01.1288
Date de destruction : 31.12.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Hôpital dépendant de Marseille, cité dans les bulles de 1294, 1343, 1372.
Source: Histoire des hôpitaux du Saint Esprit - Abbé Brune.
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintEspritPomegueEnFrioul13 (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 17.12.2019 à 10:40, mise à jour le 17.12.2019 à 10:40.

Hôpital Saint-Esprit - Pourcieux.

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83470
Ville : Pourcieux
Date de première mention : 01.01.1288
Date de destruction : 31.12.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Hôpital et confrérie dépendants d'Aix en 1288. Les confrères rentrèrent en possession en 1696.
Source: Histoire des hôpitaux du Saint Esprit - Abbé Brune.
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintEspritPourcieux (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 17.12.2019 à 10:47, mise à jour le 17.12.2019 à 10:47.

Hôpital Saint-Esprit - Rians.

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83560
Ville : Rians
Date de première mention : 01.01.1288
Date de destruction : 31.12.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Hôpital dépendant d'Aix en 1288. Rendu aux confrères en 1696.
Source: Histoire des hôpitaux du Saint Esprit - Abbé Brune.
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintEspritRians (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 17.12.2019 à 10:49, mise à jour le 17.12.2019 à 10:49.

Hôpital Saint-Esprit - Salernes.

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83690
Ville : Salernes
Date de première mention : 01.01.1288
Date de destruction : 31.12.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Hôpital et confrérie dépendants de Fréjus en 1288. Les confrères donnaient 20 livres à Saint-Lazare pendant l'union.
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintEspritSalernes (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 17.12.2019 à 10:54, mise à jour le 17.12.2019 à 10:54.

Hôpital Saint-Esprit - Signes.

Département : 83
Adresse postale : Rue Marseillaise
Code postal : 83870
Ville : Signes
Date de première mention : 01.01.1261
Date de destruction : 01.01.1890
Etat du bâti : Changement de destination
Commentaires : Hôpital visité par le Frère Jean Monette de l'Ordre Hospitalier de Saint-Esprit en 1288. Sources: Histoire des Hôpitaux Saint-Esprit par l'abbé Brune.
Hôpital dépendant de Marseille lors de la visite en 1288. La confrérie payait à Saint-Lazare, pendant l'union, une rente de 130 livres (Arch Nat S 4812)
Source: Histoire des hôpitaux du Saint Esprit - Abbé Brune.
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintEsprit (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 20.10.2019 à 17:09, mise à jour le 17.12.2019 à 10:57.

Hôpital Saint-Esprit - Tarascon.

Département : 13
Adresse postale : mairie
Code postal : 13150
Ville : Tarascon
Date de première mention : 01.01.1288
Date de destruction : 31.12.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Hôpital dépendant de Besançon lors de la visite de frère Monette en 1288.
Pouillé de 1455: Rector hospitalis Tharasconis Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintEspritTarascon (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 17.12.2019 à 10:59, mise à jour le 11.05.2020 à 12:24.

Hôpital Saint-Esprit - Tavernes.

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83670
Ville : Tavernes
Date de première mention : 01.01.1288
Date de destruction : 31.12.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Hôpital dépendant de Steffansfeld en 1288. La confrérie rentra dans ses droits en 1693, après avoir payé une rente de 21 livres à Saint-Lazare.
Source: Histoire des hôpitaux du Saint Esprit - Abbé Brune.
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintEspritTavernes (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 17.12.2019 à 11:01, mise à jour le 17.12.2019 à 11:01.

Hôpital Saint-Esprit - Toulon

Département : 83
Adresse postale : pelloutier
Code postal : 83000
Ville : Toulon
Date de première mention : 01.01.1300
Date de destruction : 31.10.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : HOPITAL SAINT-ESPRIT :
Peu connu avant le XVe s. l'hôpital Saint-Esprit fut probablement fondé au XIIe s. par les Frères hospitaliers du Saint-Esprit pour secourir les malades et les enfants trouvés. Il s'agit vraisemblablement du premier hôpital toulonnais.
Il était installé dans la maison des frères hospitaliers de cet ordre, dans le bourg Sainte-Catherine près des fortifications (à l'emplacement du Palais de justice construit au XIXe s.).
Il fut démoli sous Henri IV lors de l'agrandissement de la ville et rebâti au milieu du XVe s. rue des Maurels (actuelle rue F. Pelloutier).
Les femmes y étaient exclues jusqu'en 1475.
La direction de l'hôpital était confiée à un bureau composé d'une dizaine de recteurs et fonctionnait avec quelques domestiques. Le service médical ne fut exercé par un médecin attaché à l'hôpital qu'à partir de 1483.
Sources: AD83

1300 : L' Hôpital est tenu par les Frères du Saint-Esprit. Il est installé rue Maurels (aujourd'hui rue F. Pelloutier).
Sources: http://www.ch-toulon.fr/nous-connaitre/histoire-611.html

Hôpital conventuel en 1288 et dont le recteur commandait aux maisons de Albia, Hendaye, Antibes, Cuers et à la confrérie de la Garde-Freinet. Sa première mention dans les bulles est seulement en 1372. L'hospitalité paraît n'y avoir jamais cessé. En 1611, les magistrats lui attribuèrent une donation de 4 écus, 2 sols.
Source: Histoire des hôpitaux du Saint Esprit - Abbé Brune.
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintEspritToulon (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 26.10.2019 à 12:30, mise à jour le 17.12.2019 à 11:22.

Hôpital Saint-Esprit - Tourves.

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83170
Ville : Tourves
Date de première mention : 01.01.1300
Date de destruction : 31.12.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : hospitale de Turreves : 2 lb cere Pouillés des provinces d'Aix, d'Arles et d'Embrun [Texte imprimé] / publiés, sous la direction de M. Maurice Prou,... par M. Étienne Clouzot taxe synodale
sur Saysson : terre confrontant "cum terra hospitalis dicti castri" 1332 EGL Basse Provence, p. 149 reconnaissances des biens appartenant à la cour

1446 : Autorisation à la "Dona qui nune gubernat hospitale pauperum" d'exercer la profession d'accoucheuse "sive de bailha" (f°36).
1448 : Voyage des mêmes commissaires à Aix tant pour le fait de l'hôpital que pour porter les dits fonds (f°80).
1460 : Nomination des recteurs de l'hôpital des pauvres (f°139).
1472 : - Intervention en faveur d'un particulier condamné par la juridiction du lieu, à raison d'une construction élevée sur un fonds mouvant de la directe de l'hôpital et appel à Aix (f°84v°)
- Maintien de l'hospitalier et de l'hospitalière dans leurs fonctions aussi longtemps qu'ils administreront l'hôpital comme ils l'ont fait jusqu'ici (f°105v°)
1484 : Désignation de commissaires pour inventorier le trésor des chapelles de St Lazare, de l’hôpital des pauvres, de Notre Dame et du purgatoire (f°74).
Réception comme hospitalier: de l’hôpital des pauvres, de la « Grossa Peyrossa » qui se propose de faire le plus grand bien à l’établissement dont elle recevra 9 écus et qu’elle entretiendra, d’une femme de la Cadière, également disposée « facun multa bona in eodem ospitali » (f°112). - Proposition de renouveler les prieurs de ce dernier hôpital; sans suite.
Sources: Association d'Histoire Populaire Tourvaine (Nous les remercions chaleureusement pour cette information)
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintEspritTourves (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 20.12.2019 à 10:05, mise à jour le 05.05.2020 à 23:24.

Hôpital Saint-Jacques

Dénomination : ou Liénart le Secq d'Amiens
Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Somme (80)
Adresse postale : 178, rue Saint-Leu
Code postal : 80000
Ville : Amiens
Ancien diocèse : Saint-Sulpice d'Amiens
Doyenné : Saint-Sulpice d'Amiens
Ancienne paroisse : Saint-Sulpice d'Amiens
Date de première mention : 01.01.1314
Certitude des dates de 1ère mention : Année confirmée, Jour et mois approximatifs
Date de dernière mention : 01.01.1603
Certitude des dates de dernière mention : Année confirmé, Jour et mois approximatifs
Localisation sur le terrain : Situé sur le grand axe Nord-Sud de la ville d'Amiens, dans le quartier Saint-Leu, devant le pont "où Dieu ne passa oncques" à la limite des paroisses de Saint-Leu et Saint-Sulpice.
Population de l'établissement : Pauvres.
Première reconnaissance autorité laïque : Délibération communale du 25/02/1466
Etat du bâti : Inexistant
Bibliographie : Dinet-Lecomte Marie-Claude et Montaubin Pascal Les hôpitaux de Picardie du Moyen Âge à la Révolution, Amiens, Encrage, 2014.
Commentaires : Hôpital fondé en 1314 par le testament de Liénart le Sec (ou le Secq), un riche marchand qui fut six fois maire d'Amiens entre 1296 et 1311. L'établissement resta aux mains de la famille sous le contrôle de la commune qui en surveillait l'administration et en défendait les biens. En 1358, en raison de la déchéance de Jacques de Saint-Fuscien (fils de Robert de Saint-Fuscien, héritier de Liénart le Sec, accusé de n'avoir pas repoussé les Navarrais, il tomba entre les mains du roi et fut attribué aux Augustins en novembre 1358, mais la ville fit appel au Parlement qui lui donna gain de cause le 16 août 1365: le bailli dut rechercher les héritiers.
Au milieu du XVème siècle, le maître et administrateur Jaquot le Petit, géra mal les biens et laissa les bâtiments tomber en ruines, si bien que les fonctions hospitalières ne pouvaient plus être remplies. Le nouveau maître Colinet Clabaut voulut redresser la situation. Le 19 mai 1460, la municipalité organisa une commission d'enquête chargée de constater sur place l'état délabré de l'hôpital; elle accepta de remettre le calice à Colinet et les ornements liturgiques pour rétablir le service religieux dans la chapelle de l'hôpital. Dans son oeuvre de redressement, Colinet obtint l'appui du roi Louis IX et de la municipalité d'Amiens (délibération du 25/02/1466), remettant en cause les baux à 50 u 60 ans moyennant un petit loyer concédés par son prédécesseur.
Par délibération du 24/12/1478, la commune y installa 6 soeurs grises chassées de Montreuil par la guerre, avec la mission de garder les malades. Le 23/10/1481, les échevins décidèrent que l'établissements n'hébergerait plus pour la nuit que les hommes tandis que les femmes et les enfants iraient à l'hôpital Saint-Nicolas en Coquerel. Le 26/02/1482, la municipalité entendit désormais avoir un double des titres de l'hôpital afin de mieux surveiller les biens et la gestion.
HopitalSaintJacques (Formulaire de saisie HOFRAME), écrite par WikiAdmin
créée le 27.06.2020 à 17:00, mise à jour le 27.06.2020 à 17:00.

Hôpital Saint-Jacques - Aix en Provence

Département : 13
Adresse postale : mairie
Code postal : 13100
Ville : Aix en Provence
Date de première mention : 01.01.1129
Date de destruction : 01.01.1483
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Sources: Les hôpitaux d'Aix - Jean Pourrière - Page 20
Ordre religieux : Autres
HopitalSaintJacquesAixEnProvence (Saisie nouvel Hôpital)
créée le 28.10.2019 à 09:43, mise à jour le 28.10.2019 à 09:43.

Hôpital Saint-Jacques - Aix en Provence

Département : 13
Adresse postale : mairie
Code postal : 13100
Ville : Aix en Provence
Date de première mention : 01.01.1129
Date de destruction : 30.11.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Hôpital bâti en 1129. Source: Jean Pourrière - Les hôpitaux d'Aix - page 20
Compte de l'archiprêtré de Aix en 1251: De hospitali Sancti Jaachobi de Aquis, pro duobus annis Pouillés d'Aix, Arles et Embrun de Clouzot (1923)
Taxe synodale vers 1300: Hospitale Sancti Jacobi de Aquis, in synodo sancti Luce Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Saint-Jacques
HopitalSaintJacquesAixEnProvence2 (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.11.2019 à 16:12, mise à jour le 11.05.2020 à 09:03.

Hôpital Saint-Jacques - Draguignan

Département : 83
Adresse postale : Avenue de la Grande Armée
Code postal : 83300
Ville : Draguignan
Date de première mention : 01.01.1277
Date de destruction : 31.10.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Bâtiment en cours de recherches
Ordre religieux : Saint-Jacques
HopitalSaintJacquesDraguignan (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 22.10.2019 à 11:13, mise à jour le 22.10.2019 à 11:13.

Hôpital Saint-Jacques d'Abbeville

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Somme (80)
Adresse postale : Rue Amiral Courbet
Code postal : 80100
Ville : Abbeville
Ancien diocèse : Amiens
Doyenné : Saint-Eloy d'Abbeville
Ancienne paroisse : Saint-Eloy d'Abbeville
Date de première mention : 07.07.1345
Certitude des dates de 1ère mention : Année confirmée, Jour et mois confirmés
Date de dernière mention : 01.01.1871
Certitude des dates de dernière mention : Année confirmé, Jour et mois approximatifs
Description des vestiges : Aucun vestige
Population de l'établissement : Pèlerins et voyageurs nécessiteux
Règle, statut, règlement : Confrérie de Saint-Jacques
Première reconnaissance pontificale : Bulle de Clément VII 17/07/1394 pour permettre aux fidèles d'assister à la messe.
Devenir de l'établissement : Détruit après 1871
Etat du bâti : Bâtiment en ruines
Bibliographie : Dinet-Lecomte Marie-Claude et Montaubin Pascal Les hôpitaux de Picardie du Moyen Âge à la Révolution, Amiens, Encrage, 2014.
HopitalSaintJacquesDAbbeville (Formulaire de saisie HOFRAME)
créée le 25.06.2020 à 09:53, mise à jour le 25.06.2020 à 09:53.

Hôpital Saint-Jacques de Gallice - Marseille

Département : 13
Adresse postale : mairie
Code postal : 13000
Ville : Marseille
Date de première mention : 29.02.2020
Date de destruction : 29.02.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Sources Archives 13
Ordre religieux : Saint-Jacques
HopitalSaintJacquesDeGalliceMarseille (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 19.02.2020 à 17:25, mise à jour le 19.02.2020 à 17:25.

Hôpital Saint-Jean - Aix en Provence

Département : 13
Adresse postale : Mairie
Code postal : 13100
Ville : Aix en Provence
Date de première mention : 27.07.1229
Date de destruction : 31.10.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Sources: Les hôpitaux d'Aix de Jean Pourrière page 19 et 84
Compte de l'archiprêtré de Aix en 1251: De hospitali Sancti Johannis de Aquis Pouillés d'Aix, Arles et Embrun de Clouzot (1923)
Compte de décimes de Aix en 1274: De hospitali Sancti Johannis Jerosolimitani de Aquis cum apenditiis suis. Pouillés d'Aix, Arles et Embrun de Clouzot (1923)
Taxe synodale vers 1300: Hospitale Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Saint-Jean de Jérusalem
HopitalSaintJeanAixEnProvence (Saisie nouvel Hôpital)
créée le 27.10.2019 à 17:37, mise à jour le 11.05.2020 à 09:01.

Hôpital Saint-Jean - Brignoles

Département : 83
Adresse postale : Place Carami
Code postal : 83170
Ville : Brignoles
Date de première mention : 22.10.2019
Date de destruction : 22.10.2019
Etat du bâti : Inexistant
Commentaires : Bâtiment en cours de recherches.
Ordre religieux : Autres
HopitalSaintJeanBrignoles (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 22.10.2019 à 10:57, mise à jour le 22.10.2019 à 10:57.

Hôpital Saint-Jean de Jérusalem - Mallemort

Département : 13
Adresse postale : Mairie
Code postal : 13370
Ville : Mallemort
Date de première mention : 01.01.1229
Date de destruction : 01.01.1317
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Taxe synodale vers 1300: Hospitale Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Saint-Jean de Jérusalem
HopitalSaintJeanDeJerusalemMallemort (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 09.11.2019 à 18:26, mise à jour le 11.05.2020 à 08:51.

Hôpital Saint-Julien

Dénomination : Minor hospitale (par rapport au grand hôpital Hôtel-Dieu de la Somme)
Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Somme (80)
Adresse postale : 21, rue Saint-Leu
Code postal : 80000
Ville : Amiens
Ancien diocèse : Saint-Leu d'Amiens
Doyenné : Saint-Leu d'Amiens
Ancienne paroisse : Saint-Leu d'Amiens
Date de première mention : 01.11.1233
Certitude des dates de 1ère mention : Année confirmée, Jour et mois confirmés
Date de dernière mention : 14.07.1792
Certitude des dates de dernière mention : Année confirmé, Jour et mois approximatifs
Population de l'établissement : Dès 1466 il se spécialise dans l'accueil des femmes et de enfants. Dès 1482, la commune lui impose de recevoir aussi les hommes.
Première reconnaissance autorité laïque : 1466 - L'échevinage imposait un maître, en contrôlait les comptes et exerçait un droit de visite
Etat du bâti : Bâtiment en ruines
Bibliographie : Dinet-Lecomte Marie-Claude et Montaubin Pascal Les hôpitaux de Picardie du Moyen Âge à la Révolution, Amiens, Encrage, 2014.
Commentaires : Il s'agit sans doute d'une fondation bourgeoise, placée sous le patronage de la commune.
HopitalSaintJulien (Formulaire de saisie HOFRAME), écrite par WikiAdmin
créée le 27.06.2020 à 17:09, mise à jour le 27.06.2020 à 17:09.

Hôpital Saint-Julien

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Somme (80)
Adresse postale : rue du 11 novembre 1918
Code postal : 80460
Ville : Ault
Ancien diocèse : Amiens
Doyenné : Gamaches
Ancienne paroisse : Saint-Pierre d'Ault
Date de première mention : 01.08.1266
Certitude des dates de dernière mention : Année confirmé, Jour et mois confirmés
Description des vestiges : Aucun vestige
Cimetière proche : Cimetière de l'église paroissiale Saint-Pierre d'Ault.
Etat du bâti : Bâtiment en ruines
Bibliographie : Dinet-Lecomte Marie-Claude et Montaubin Pascal Les hôpitaux de Picardie du Moyen Âge à la Révolution, Amiens, Encrage, 2014.
Commentaires : Fondé en août 1266 par Gauthier Carrue, bailli de Saint-Valéry sur Somme et son épouse Marguerite en l'honneur de Dieu, de Notre-Dame et de tous les saints. En novembre 1267, Marie, comtesse de Dreux, dame de Braine et son fils Robert, comte de Dreux et de Montfort et sire de Saint-Valéry- sur Somme, lui firent don de 159 journaux et 41 verges de terre sis à Ault, ainsi que de tout l'enclos où l'établissement était situé et d'un four à son usage. Il se trouvait attenant au cimetière entourant l'église paroissiale Saint-Pierre d'Ault. Dès 1371, sa chapelle Saint-Julien était taxée à 12 livres dans les comptes de décimes.
HopitalSaintJulien2 (Formulaire de saisie HOFRAME), écrite par WikiAdmin
créée le 29.06.2020 à 10:15, mise à jour le 29.06.2020 à 10:15.

Hôpital Saint-Lazare - Aix en Provence

Département : 13
Adresse postale : Mairie
Code postal : 13100
Ville : Aix en Provence
Date de première mention : 01.01.1200
Date de destruction : 31.10.2019
Etat du bâti : Inexistant
Ordre religieux : Saint-Lazare
HopitalSaintLazareAixEnProvence (Saisie nouvel Hôpital)
créée le 27.10.2019 à 17:55, mise à jour le 27.10.2019 à 17:55.

Hôpital Saint-Lazare - Arles

Département : 13
Adresse postale : Minimes
Code postal : 13200
Ville : Arles
Date de première mention : 01.01.1183
Date de destruction : 01.01.1783
Etat du bâti : Changement de destination
Commentaires : PRÉSENTATION

Aperçu des bâtiments aujourd'hui
Dans le paysage caritatif arlésien, la léproserie Saint-Lazare connut une pérennité peu commune à ce type d’établissement.

A l’écart de la ville, en lisière de la nécropole des Alyscamps, l’établissement, apparu au Moyen Age, demeurera en fonction jusqu’au XVIIIe siècle.

De par son implantation, et l’intérêt architectural de ses vestiges, l’établissement se trouve aujourd’hui associé aux divers projets initiés dans le cadre de la requalification du site des anciens ateliers SNCF.
HISTOIRE
Mentionnée dès la fin du XIIe siècle, la léproserie existait peut-être antérieurement.

A l’origine associée à l’église prieurale de Notre-Dame-de-Bellis, son vocale de Saint-Lazare
Lépreux agitant sa crécelle
apparaît au XVe siècle, alors qu’une chapelle sous cette titulature est édifiée.

A cette même époque, la recrudescence des épidémies entraîne une reconstruction de l’établissement.

Au XVIIe siècle, la léproserie connaît un dernier programme architectural d’envergure. On y entreprend la construction d’un « quartier neuf » comprenant cinq chambres hautes et quatre au-dessous et la galerie y conduisant.

Mais la fondation n’allait pas tarder à connaître des difficultés, et en 1696, l’établissement fut rattaché à l’hôtel-Dieu.

Saint-Lazare devait cependant conserver son rôle charitable pendant près d’un siècle, notamment lors de la grande peste de 1720-1721.

En 1783 la léproserie est mise en vente et sera transformée en moulin à huile.

Aujourd’hui, les bâtiments font l’objet d’un projet d’habitat résidentiel, reprenant une partie de l’existant, une fois restauré.
LOCALISATION

L'ancienne léproserie se situe entre la route de Pont de Crau et le chemin des Minimes.
DESCRIPTIF
Si l’église a disparu, le bâtiment de l’hôpital est encore relativement lisible.

L’édifice forme un quadrilatère se développant autour d’une cour fermée et offre, vers l’est, deux
Figuration de l'édifice
sur un dessin de 1707
étages de galeries couvertes à loggia.

Vers l’ouest, une autre cour, d’une belle ordonnance, borde la principale.

Le bâtiment médiéval, d’un étage, est caractérisé par son moyen appareil à joints vifs. La façade méridionale en est conservée et l’accès s’effectue par une porte à arcade en plein cintre.

Postérieurement fut accolé un bâtiment en grand appareil de blocs à joints maigres.

Cet ensemble a été largement détruit ou englobé dans la construction du corps de bâtiment nord en moellons et blocs liés à joints gras.

La façade méridionale est percée d’une porte à linteau à accolade et d’une fenêtre et, à l’étage, d’une porte à encadrement chanfreiné et d’une croisée à meneau.

Un portique à deux arcs en anses relie l’aile occidentale. De même type de maçonnerie, elle a conservé son pignon sud et sa façade ouest.

Au rez-de-chaussée, la pièce centrale, divisée par des murs de refend, s’ouvre sur l’extérieur par une porte à arc en plein cintre faisant face à une grande arcade donnant sur la cour centrale.

Partiellement visible de l'extérieur.
Ordre religieux : Saint-Lazare
HopitalSaintLazareArles (Saisie nouvel Hôpital)
créée le 28.10.2019 à 09:28, mise à jour le 28.10.2019 à 09:28.

Hôpital Saint-Lazare - Avignon

Département : 84
Adresse postale : Joseph Vernet
Code postal : 84000
Ville : Avignon
Date de première mention : 01.01.1163
Date de destruction : 31.10.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Une maladrerie, fondée entre 1163 et 1174, fut placée sous la protection du pape en 1185. Elle accueille les lépreux. Jean XXII, en 1322, confie une partie des biens à la collégiale Saint-Agricol, et Clément VII, vers 1387, unit à l'établissement le prieuré de Fenouillet. Finalement, le bénéfice ecclésiastique est supprimé au XVe siècle afin que les revenus soient affectés essentiellement aux malades - une douzaine à cette époque. Un recteur est nommé par la ville, mais le nombre des malades diminua fortement au XVIIe siècle. Dans les années 1670, la désaffection de l'hôpital est totale et les recteurs se contentent d'assurer le service religieux, si bien que le vice-légat d'Avignon décide en janvier 1679 la réunion à l'hôpital Saint-Bénézet. L'ancienne léproserie est quasiment en ruine, et par la suite, l'hôpital Saint-Bénézet se limita à tirer quelques revenus des biens qui lui furent remis.
Ordre religieux : Saint-Lazare
HopitalSaintLazareAvignon (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 24.10.2019 à 10:22, mise à jour le 24.10.2019 à 10:22.

Hôpital Saint-Lazare - Carpentras

Département : 84
Adresse postale : Avenue de la Libération
Code postal : 84200
Ville : Carpentras
Date de première mention : 01.01.1437
Date de destruction : 30.11.2019
Etat du bâti : Changement de destination
Commentaires : LA PRESENCE DE L’ORDRE DE SAINT-LAZARE DE JERUSALEM EN COMTAT VENAISSIN

Ce qu’on appelle aujourd’hui le «Comtat Venaissin» correspond à l’ancien marquisat de Provence, lequel a appartenu aux comtes de Provence puis aux comtes de Toulouse, avec pour capitale Carpentras.

Par le traité de Meaux de 1229, le comte de Toulouse Raymond VII abandonna au pape Grégoire IX tout ce qu’il possédait sur la rive gauche du Rhône, autrement dit le marquisat. Cette cession est confirmée en 1274, par le roi de France Philippe III le Hardi.

Suite à l’élection du pape français Clément V en 1305, la cour pontificale s’installe en Avignon quatre ans plus tard, la ville de Rome étant en proie à l’insécurité. Dans les faits, le pape Clément réside peu en Avignon pourtant proche de ses Etats comtadins ; il préfère Carpentras et les châteaux environnants.

L’Ordre de Saint-Lazare fut particulièrement présent dans le Comtat et en Avignon, cité relevant des comtes de Provence et vendue par la reine Jeanne en 1348 au pape Clément VI.

Un hôpital ou maison de Saint-Lazare est confirmé hors des murs d’Avignon par une bulle du pape Urbain III du 12 décembre 1185, soit deux ans auparavant le désastre de Hattin et la perte par les latins de Jérusalem. Bulle n°23 : « domus pauperum sangti lazari extra muros avinonis. » L’établissement hospitalier était proche de la porte dite

« Saint-Lazare» qui était la plus fortifiée, recevant les voyageurs venant du port sur le Rhône et les grandes routes du Nord et du Sud. C’est aussi par cette porte dite «du Roi» que se faisaient les «Grandes Entrées».

Il existait à Carpentras un hôpital Saint-Lazare pour lépreux installé hors agglomération, vers la route d’Orange. L’établissement appelé «la Maloutière» mais aussi «lazaret», est mentionné en 1437 et perdure jusqu’au début du XVIIIe siècle.

De même, il existait avant 1387 à l’Isle sur Sorgue, ancienne cité indivise entre les comtes de Forcalquier, de Provence et de Toulouse, un hôpital de Saint-Lazare qui se trouvait à l’emplacement de l’usine du «Moulin vert».

A Sarrians sur la route de Carpentras au lieu dit «la Beaumette» se situait un ancien lazaret qui avait notamment servi lors de la peste de 1629.
Ordre religieux : Saint-Lazare
HopitalSaintLazareCarpentras (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 17.11.2019 à 15:53, mise à jour le 22.12.2019 à 14:48.

Hôpital Saint-Lazare - Draguignan

Département : 83
Adresse postale : rue trans (?)
Code postal : 83300
Ville : Draguignan
Date de première mention : 01.01.1300
Date de destruction : 30.11.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Sources: AD 83
Ordre religieux : Saint-Lazare
HopitalSaintLazareDraguignan (Saisie nouvel Hôpital)
créée le 12.11.2019 à 11:09, mise à jour le 12.11.2019 à 11:09.

Hôpital Saint-Lazare - L'Isle sur la Sorgue

Département : 84
Adresse postale : Avenue de la Libération
Code postal : 84800
Ville : Isle-sur-la-Sorgue
Date de première mention : 01.01.1387
Date de destruction : 30.11.2019
Etat du bâti : Changement de destination
Commentaires : LA PRESENCE DE L’ORDRE DE SAINT-LAZARE DE JERUSALEM EN COMTAT VENAISSIN

Ce qu’on appelle aujourd’hui le «Comtat Venaissin» correspond à l’ancien marquisat de Provence, lequel a appartenu aux comtes de Provence puis aux comtes de Toulouse, avec pour capitale Carpentras.


Par le traité de Meaux de 1229, le comte de Toulouse Raymond VII abandonna au pape Grégoire IX tout ce qu’il possédait sur la rive gauche du Rhône, autrement dit le marquisat. Cette cession est confirmée en 1274, par le roi de France Philippe III le Hardi.


Suite à l’élection du pape français Clément V en 1305, la cour pontificale s’installe en Avignon quatre ans plus tard, la ville de Rome étant en proie à l’insécurité. Dans les faits, le pape Clément réside peu en Avignon pourtant proche de ses Etats comtadins ; il préfère Carpentras et les châteaux environnants.


L’Ordre de Saint-Lazare fut particulièrement présent dans le Comtat et en Avignon, cité relevant des comtes de Provence et vendue par la reine Jeanne en 1348 au pape Clément VI.


Un hôpital ou maison de Saint-Lazare est confirmé hors des murs d’Avignon par une bulle du pape Urbain III du 12 décembre 1185, soit deux ans auparavant le désastre de Hattin et la perte par les latins de Jérusalem. Bulle n°23 : « domus pauperum sangti lazari extra muros avinonis. » L’établissement hospitalier était proche de la porte dite

« Saint-Lazare» qui était la plus fortifiée, recevant les voyageurs venant du port sur le Rhône et les grandes routes du Nord et du Sud. C’est aussi par cette porte dite «du Roi» que se faisaient les «Grandes Entrées».


Il existait à Carpentras un hôpital Saint-Lazare pour lépreux installé hors agglomération, vers la route d’Orange. L’établissement appelé «la Maloutière» mais aussi «lazaret», est mentionné en 1437 et perdure jusqu’au début du XVIIIe siècle.


De même, il existait avant 1387 à l’Isle sur Sorgue, ancienne cité indivise entre les comtes de Forcalquier, de Provence et de Toulouse, un hôpital de Saint-Lazare qui se trouvait à l’emplacement de l’usine du «Moulin vert».


A Sarrians sur la route de Carpentras au lieu dit «la Beaumette» se situait un ancien lazaret qui avait notamment servi lors de la peste de 1629.
Ordre religieux : Saint-Lazare
HopitalSaintLazareLIsleSurLaSorgue (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 17.11.2019 à 15:58, mise à jour le 17.11.2019 à 15:58.

Hôpital Saint-Lazare - Marseille

Département : 13
Adresse postale : Rue Desaix
Code postal : 13000
Ville : Marseille
Date de première mention : 01.01.1290
Date de destruction : 30.11.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : L'hôpital Saint-Lazare était une ancienne léproserie fondée au XIII e siècle par les chevaliers de Saint-Lazare, et située approximativement dans l'angle formé actuellement par la rue Desaix et J'avenue Camille Pelletan.
Ordre religieux : Saint-Lazare
HopitalSaintLazareMarseille (Saisie nouvel Hôpital)
créée le 12.11.2019 à 14:00, mise à jour le 12.11.2019 à 14:00.

Hôpital Saint-Lazare - Orange

Département : 84
Adresse postale : Mairie
Code postal : 84100
Ville : Orange
Date de première mention : 01.01.1472
Date de destruction : 30.11.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : À Orange, on a pu dénombrer jusqu'à onze établissements hospitaliers souvent tous limités à quelques lits. Au moyen âge, l'hôpital Saint-Lazare attesté avant 1472 est réservé aux lépreux, celui de Saint-Esprit, mentionné en 1490, est destiné aux enfants trouvés et l'hôpital de Cartes (1527) sert de refuge pour les pestiférés.
Ordre religieux : Saint-Lazare
HopitalSaintLazareOrange (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 17.11.2019 à 16:08, mise à jour le 17.11.2019 à 16:08.

Hôpital Saint-Nicolas des Pauvres Clercs

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Somme (80)
Adresse postale : Rue des Otages
Code postal : 80000
Ville : Amiens
Ancien diocèse : Saint-Michel d'Amiens
Doyenné : Saint-Michel d'Amiens
Ancienne paroisse : Saint-Michel d'Amiens
Date de première mention : 01.01.1237
Certitude des dates de 1ère mention : Année confirmée, Jour et mois approximatifs
Date de dernière mention : 01.01.1850
Certitude des dates de dernière mention : Année approximative, Jour et mois approximatifs
Population de l'établissement : Clercs pauvres
Première reconnaissance pontificale : Innocent IV 19/11/1246
Etat du bâti : Bâtiment en ruines
Bibliographie : Dinet-Lecomte Marie-Claude et Montaubin Pascal Les hôpitaux de Picardie du Moyen Âge à la Révolution, Amiens, Encrage, 2014.
Commentaires : La maison-hôpital Saint-Nicolas fut créée en 1237 ou peu avant, pour accueillir des clercs pauvres qui y étaient nourris et logés, mais qui devaient suivre les cours de l'école capitulaire. Le magister et les fratres sont mentionnés dès 1246. Le projet de construction de la chapelle entraîna un litige avec le curé de Saint-Michel, paroisse territoriale de l'hôpital. Un accord fut trouvé grâce à un arbitre délégué par le cardinal-légat Eudes de Châteauroux, ce que le pape Innocent IV confirma le 19 novembre 1246. En août 1253, le chanoine Hugues de Courcelles acheta et donna une maison située en face du prieuré Saint-Denis, alors hors les murs dans le faubourg sud-est de la ville, sur la route de Paris. par la suite (avant 1378), des maisons et jardins mitoyens faisant face au couvent des Jacobins furent acquis pour agrandir l'établissement. L'écolâtre exerçait sur lui la juridiction au nom du chapitre cathédral et en nommait le maître. Il est fort probable que cette institution découlait de la volonté de l'évêque et du chapitre de réorganiser l'éducation des clercs à Amiens, dans la suite de l'institution de l'écolâtre en 1219. Une chapellenie y fut fondée le 29 juin 1296 par l'échevinage d'Amiens avec les biens et revenus que lui avait légués Drieu Malherbe, ancien maire, et son épouse Marie. La municipalité versait la rente au chapelain (30 livres, encore en 1730) et le chapitre cathédral en était le collateur.

L'hôpital fut reconstruit en 1364 par Guillaume Barbier, pénitencier du chapitre d'Amiens, après le coup de force des Navarrais en 1358, qui ravagèrent les anciens faubourgs, situés entre la muraille du XIIe siècle et celle alors inachevée du milieu du XIV siècle.
HopitalSaintNicolasDesPauvresClercs (Formulaire de saisie HOFRAME), écrite par WikiAdmin
créée le 27.06.2020 à 17:23, mise à jour le 27.06.2020 à 17:23.

Hôpital Saint-Nicolas en Coquerel

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Somme (80)
Adresse postale : Rue du Général Leclerc
Code postal : 80000
Ville : Amiens
Ancien diocèse : Saint-Germain-l'Ecossais d'Amiens
Doyenné : Saint-Germain-l'Ecossais d'Amiens
Ancienne paroisse : Saint-Germain-l'Ecossais d'Amiens
Date de première mention : 01.01.1380
Certitude des dates de 1ère mention : Année approximative, Jour et mois approximatifs
Certitude des dates de dernière mention : Non renseignée
Population de l'établissement : Pauvres
Etat du bâti : Bâtiment en ruines
Commentaires : L'hôpital Saint-Nicolas a été fondé entre 1359 et 1380, par don testamentaire de dame Colaye (Nicole) le Monnier (Monnoyer), veuve de Gilles Ravin, ancien maire d'Amiens, afin d'y loger les femmes pèlerines. Il fut établi sur le terrain de l'hôtel de Cocquerel, détruit en 1358, dans le faubourg de la Hotoie, quartier commerçant que venaient de quitter les béguines. Dans son testament, Nicole Le Monnier laissait 3000 écus pour fonder un hôpital de 20 lits destiné à héberger 40 pauvres. Elle dotait l'établissement de rentes sur des moulins dans Amiens. Il serait placé sous le contrôle du maire qui toucherait 100 sous par an pour cela. S'il restait des biens disponibles à l'issue de l'exécution testamentaire, ils seraient affectés à la fondation d'une chapellenie dans l'hôpital. Elle désignait comme administrateur Hurés de la Trenquie, puis ce serait au maire d'Amiens de choisir l'administrateur, rétribué par 10 livres de rente et un logement dans l'hôpital. Plusieurs documents du XVe siècle montrent que l'établissement était en effet dirigé par un maître, gouverneur et administrateur (clerc ou laïc) qui était nommé et contrôlé par la municipalité, en concertation avec les héritiers de la fondatrice. Les échevins supervisaient aussi la gestion et les biens.

Par délibération du 13 février 1481, l'échevinage autorisa les religieuses du Tiers Ordre de saint François, ou soeurs grises de Sainte-Élisabeth, qui avaient quitté leurs monastères artésiens d'Hesdin et de Mainneville en raison des guerres, à s'installer dans les bâtiments de l'hôpital Saint-Nicolas-en-Coquerel, à charge pour elle de s'occuper des femmes nécessiteuses et à condition de n'être pas plus de 12 soeurs. Elles obtinrent de la

municipalité, le 23 octobre 1481, de ne plus héberger les hommes la nuit dans leur établissement (ils étaient renvoyés vers l'hôpital Sire Liénard) pour ne garder que les femmes et les enfants. Elles oeuvraient aussi au soin des malades à domicile et à l'instruction des jeunes filles. L'établissement des soeurs grises fut confirmé par le pape Sixte IV le 9 septembre 1483 ; elles avaient entre autres le droit d'avoir un chapelain et un cimetière ou encore de faire des quêtes. Mais l'échevinage continuait à contrôler la gestion de l'hôpital. Il repoussa en 1506 la plainte des saieteurs contre les sœurs accusées de faire de la concurrence déloyale en fabriquant des saies dans leur couvent, entre autres grâce aux jeunes filles pauvres qu'elles hébergeaient. Elles retapèrent l'hôpital entièrement dès le 4 mai 1514, lorsque l'échevinage les autorisa à y rester à perpétuité.
HopitalSaintNicolasEnCoquerel (Formulaire de saisie HOFRAME), écrite par WikiAdmin
créée le 27.06.2020 à 18:40, mise à jour le 27.06.2020 à 18:40.

Hôpital Saint-Photin

Département : 83
Adresse postale : Mairie
Code postal : 83670
Ville : Varages
Date de première mention : 01.01.1300
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Taxe synodale vers 1300: Hospitale Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
HopitalSaintPhotin (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.05.2020 à 08:26, mise à jour le 11.05.2020 à 08:26.

Hôpital Saint-Pierre

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Somme (80)
Adresse postale : Rue Eloi Morel
Code postal : 80000
Ville : Amiens
Ancien diocèse : Amiens
Doyenné : Amiens
Ancienne paroisse : Saint-Pierre d'Amiens
Date de première mention : 01.01.1328
Certitude des dates de 1ère mention : Année confirmée, Jour et mois approximatifs
Date de dernière mention : 28.10.1404
Certitude des dates de dernière mention : Année confirmé, Jour et mois confirmés
Etat du bâti : Bâtiment en ruines
Bibliographie : Dinet-Lecomte Marie-Claude et Montaubin Pascal Les hôpitaux de Picardie du Moyen Âge à la Révolution, Amiens, Encrage, 2014.
Commentaires : Hôpital éphémère Saint-Pierre fondé vers 1328 par le prêtre Guérard de Warloy dans la maison qu'il possédait hors la porte Saint-Pierre, dans le faubourg situé au nord-est de la ville. Le 07/02/1378, sa nièce Englais de Villiers et son époux Jean le Huchier, se désistèrent d'un procès intenté à l'échevinage pour revendiquer une rente sur et hôpital. Ruiné par l'attaque des Navarrais en 1358, l'établissement périclita en raison de la diminution de ses revenus. Le 31/05/1384, l'échevinage d'Amiens acheta le manoir du sire de Mailly, situé à l'intérieur de l'enceinte urbaine près de la porte Saint-Pierre, a prix de 425 florins d'or, dans l'intention de renforcer la dotation de l'hôpital Saint-Pierre. Mais le projet de relèvement de l'établissement fut abandonné et ses biens furent affectés au nouveau couvent des Célestins, fondé par le roi Charles VI et son frère le Duc d'Orléans, qui fut installé en 1392 dans le manoir du sire de Mailly. Le 28/10/1404, le maire, Fremin Piédeleu, délivrait aux célestins la copie des actes de l'ancien hôpital Saint-Pierre.
HopitalSaintPierre (Formulaire de saisie HOFRAME), écrite par WikiAdmin
créée le 27.06.2020 à 19:24, mise à jour le 27.06.2020 à 19:24.

Hôpital Saint-Sauveur - Aix en Provence

Département : 13
Adresse postale : Mairie
Code postal : 13100
Ville : Aix en Provence
Date de première mention : 01.01.1099
Date de destruction : 01.01.1410
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Sources: Les hôpitaux d'Aix - Jean Pourrière (page 83)
Ordre religieux : Autres
HopitalSaintSauveurAixEnProvence (Saisie nouvel Hôpital)
créée le 27.10.2019 à 17:33, mise à jour le 27.10.2019 à 17:33.

Hôpital Saint-Thomas des pauvres clercs de Beauvais

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Oise (60)
Adresse postale : rue Saint-Pierre
Code postal : 60000
Ville : Beauvais
Ancien diocèse : Beauvais
Doyenné : Basse-Oeuvre de Beauvais
Ancienne paroisse : Basse-Oeuvre de Beauvais
Date de première mention : 01.01.1189
Certitude des dates de 1ère mention : Année confirmée, Jour et mois approximatifs
Date de dernière mention : 01.01.1791
Certitude des dates de dernière mention : Année approximative, Jour et mois approximatifs
Description des vestiges : Depuis la destruction des caves médiévales en 1963, au cours du chantier de construction du temple protestant, il n'existe plus de vestiges de l'hôpital Saint-Thomas médiéval, sauf peut-être un pan de mur rue de l'Ecole de chant. Les maisons à colombage des XV-XVIème siècle situées dans la partie ouest de la rue de l'Ecole de chant et dans la partie nord de la rue du Tourne Broche faisaient partie du complexe de l'école de chant qui a succédé à l'hôpital.
Fouilles archéologiques : Fouilles archéologiques en 1963 ont révélé que la chapelle avait une crypte cruciforme, d'abord voûtée de plein cintre, puis partiellement reconstruite aux XIII-XIVème siècle, avant d'être détruite et comblée après le siège de 1472.
Population de l'établissement : Clercs pauvres, en voyage ou malades.
Première reconnaissance ecclésiastique : Protection par l'êveque Philippe de Dreux en 1189
Etat du bâti : Bâtiment en ruines
Bibliographie : Dinet-Lecomte Marie-Claude et Montaubin Pascal Les hôpitaux de Picardie du Moyen Âge à la Révolution, Amiens, Encrage, 2014.
Commentaires : L'Hôpital Saint-Thomas des pauvres clercs était situé juste au sud du palais épiscopal et au nord de la collégiale Saint-Nicolas, à l'angle de la rue Saint-Pierre (qui menait à la porte du Limaçon depuis la cathédrale) et de la rue de l'École de Chant.

Il est attesté à partir de 1189, lorsque l'évêque Philippe de Dreux le prit sous la protection épiscopale. Il s'agissait d'une fondation toute récente, dédiée à saint Thomas Beckett, archevêque de Cantorbéry assassiné en 1170 et canonisé en 1173, dont l'hôpital porte le nom dès 1211. Sa vocation spécialisée consistait, comme son nom l'indique dès l'origine, à accueillir les clercs pauvres, en voyage ou malades. L'évêque Philippe de Dreux en était probablement le fondateur; en tout cas, il garantit la juridiction épiscopale sur l'établissement et le combla de sa bienveillance et de ses dons jusqu'à sa mort (1217). Dès 1210, la communauté hospitalière était composée d'un maître et de frères ; plus tard, 5 filles dites de la Vierge assuraient le service de la maison.

L'hôpital était doté d'une chapelle, attestée à partir de janvier 1237 mais existant vraisemblablement depuis l'origine. Son entrée latérale donnait sur la rue Saint-Pierre pour le public et à l'ouest pour la communauté. Elle était dédicacée à saint Thomas Beckett, mais possédait plusieurs autels, dont un dédié à saint Just (Josse), un à la Vierge et un au Saint-Esprit, comme l'atteste la fondation de messes et de chapellenies par Philippe, curé de Saint-André de Beauvais (janvier 1237). Des observations archéologiques en 1963 ont révélé que cette chapelle avait une crypte cruciforme, d'abord voûtée de plein cintre, puis partiellement reconstruite aux XIII-XIVe siècles, avant d'être détruite et comblée après le siège de 1472. Cette chapelle accueillait des sépultures, tel celle de Pierre Cande, prètre, chanoine de Saint-Barthélemy de Beauvais, administrateur de l'hôpital, mort en 1387. La tradition d'inhumation se poursuivit aux XVe-XVIe siècles dans la crypte remblayée,

L'hôpital s'agrandit en 1256 lorsqu'Enguerrand de Cuigy lui vendit son hôtel particulier situé au sud de la chapelle, le long de la rue de l'École de chant.

Le 3 avril 1218, le pape Honorius III accorda un privilège de protection à l'établissement et en confirma les biens et les droits. Grégoire IX fit de même le 12 avril 1237, tout comme Innocent IV le 12 avril 1244. Au cours des XIIe-XIV siècles, la dotation fut enrichie par les dons des évêques, des chanoines et d'autres membres du clergé qu cédaient des terres et maisons, des rentes seigneuriales, des objets, etc. Ainsi, par son testament vers 1194, Lancelin de l'Ile-Adam, doyen de Beauvais, lui laissa 40 s bréviaire et ses ustensiles de cuisine. Le testament de Philippe, évêque de Beauvais, le 2 novembre 1217, concédait une partie (le tiers de la moitié) de ses terres sises Beauvais à Beauvais et à Saint-Just-des-Marais, ainsi qu'une charrette à deux chevaux avec les harnais. Maître Eudes de Mareuil, chapelain perpétuel de la cathédrale de Beauvais, prévoyait dans testament du 13 octobre 1321 une donation de 30 sous pour fonder 3 messes dans la chapelle.

Cependant, les troubles de la Guerre de Cent Ans puis du conflit déclina gnon affectèrent et les bâtiments la prospérité eurent de besoin l'établissement. de réparations. Les revenus En 1383, diminuèrent, l'évêque Milon l'hospitalité de Dormans donna l'hôpital à l'abbaye Saint-Symphorien de Beauvais, à charge pour ces religieux de perpétuer l'ancienne hospitalité, tout particulièrement en faveur des pauvres clercs, pour héberger une nuit ceux qui voyageaient, pour garder jusqu'à leur guérison ceux qui tomberaient malades et pour inhumer ceux qui y mourraient. Le prélat prenait soin de conserver la juridiction sur l'hôpital à l'évêque de Beauvais. En 1439, par peur des troupes anglaises, les chanoines de Gerberoy se réfugièrent à Beauvais et furent accueillis dans la chapelle de Saint-Thomas des pauvres clercs.

La situation ne s'améliora pas suffisamment. En 1467, constatant que les revenus ne s'élevaient plus qu'à 30 livres par an et que l'hospitalité s'était perdue depuis longtemps à cause des guerres, le chapitre cathédral pensa unir l'hôpital Saint-Thomas à la prébende des enfants de choeur de la cathédrale après la mort de l'archidiacre Guillaume de Grumesnil, qui en était l'administrateur. À sa demande, Stefano Nardini, archevêque de Milan et nonce du pape, demanda une enquête à Jean de Villers, abbé de Saint-Lucien de Beauvais. Mais l'affaire traîna, alors que le chapitre offrit en vain 25 livres de rentes à l'administrateur pour qu'il accepte de démissionner. Le siège de 1472 occasionna des dégâts sur les bâtiments.

Le 13 janvier 1480, le légat Giuliano della Rovere, cardinal-évêque de Sabine, relança l'affaire et diligenta une enquête qu'il confia à l'abbé de Saint-Lucien, à l'abbé de Saint Quentin-lès-Beauvais et à l'official de Beauvais. L'évêque Jean de Bar et Guillaume de Grumesnil consentirent au projet, d'autant que les revenus, réduits à 24 livres, suffisaient à peine à entretenir l'administrateur. Guillaume céda son poste contre une rente viagère de 10 livres et les pains de sa prébende. Ainsi, le 5 avril 1480, Jean de Villers-Saint-Paul, abbé de Saint-Lucien de Beauvais, délégué du légat, procéda à l'union de l'hôpital à la prébende des enfants de chœur de Beauvais, tout en préservant la juridiction épiscopale et en réservant une chambre pour l'accueil des clercs indigents afin que la charité y soit toujours exercée.

Appuyé par le roi en 1497, Jean Standhondt, chanoine de Beauvais, convainquit ses confrères du chapitre cathédral le 2 novembre 1498 d'affecter le revenu de sa prébende pour financer l'enseignement à des étudiants à Beauvais qui seraient logés dans les bâtiments de l'ancien hôpital Saint-Thomas. Le chapitre cathédral décida en 1507 que les enfants de choeur auraient désormais leurs cours dans la maison de Saint-Thomas.

Le projet prit une autre ampleur à partir de 1545 grâce aux donations de Nicolas Pastour, chanoine de Beauvais. C'est l'origine du Collège de Beauvais.

En 1484, le chanoine Pierre le Découpeur donna sa maison, permettant ainsi au complexe de se développer au sud et d'occuper tout l'îlot, délimité par les rue Saint-Pierre, de l'École de Chant, du Tourne Broche et Saint-Nicolas. En 1489, la maison Saint-Thomas fut réparée, avec une chambre pour le nouvel administrateur, le chanoine Cabournel. L'école de chant des enfants de chœurs, sous le gouvernement du chapitre cathédral, Y prospéra jusqu'à la Révolution.
HopitalSaintThomasDesPauvresClercsDeBeau (Formulaire de saisie HOFRAME), écrite par WikiAdmin
créée le 29.06.2020 à 10:54, mise à jour le 29.06.2020 à 10:54.

Hôpital Sainte Marie Madeleine - Aix en Provence

Département : 13
Adresse postale : Mairie
Code postal : 13100
Ville : Aix en Provence
Date de première mention : 01.01.1251
Date de destruction : 02.04.1381
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Ainsi, grâce aux trois documents précédents il nous est possible, comme je l'indiquais il y a un instant, d'établir la liste de nos hôpi taux en 1251. Elle comprend huit noms ; Saint-Sauveur, Saint-Jean, Saint-Antoine, Saint-Lazare, l'Aumône ou Notre-Dame de Beauvezet, le Saint-Esprit, Saint-Jacques et la Madeleine.
Sources: Les hôpitaux d'Aix Jean Pourrière - page 21

Compte de l'archiprêtré de Aix en 1251: De hospitali Magdalene Pouillés d'Aix, Arles et Embrun de Clouzot (1923)

Hôpital détruit par une guerre civile et mentionné dans un acte. Sources: Hôpitaux d'Aix Jean Pourrière - page 24
Ordre religieux : Autres
HopitalSainteMarieMadeleineAixEnProvenc (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 28.10.2019 à 15:00, mise à jour le 11.05.2020 à 08:05.

Hôpital Sainte-Marthe - Avignon

Département : 84
Adresse postale : 70 Rue Louis Pasteur 84000 Avignon
Code postal : 84000
Ville : Avignon
Date de première mention : 01.01.1354
Date de destruction : 01.01.1994
Etat du bâti : Classement Monuments Historiques
Commentaires : Façade et chapelle : inscription par arrêté du 22 février 1927 ; Vestibule et grand escalier ; le jardin y compris la balustrade et les plantations : inscription par arrêté du 23 mai 1951 ; Hôpital en totalité à l'exception des parties contemporaines et des bâtiments situés au sud de la balustrade (cad. DN 875) : inscription par arrêté du 13 septembre 1988.

L’hôpital Sainte-Marthe d'Avignon est fondé par un juriste, Bernard Rascas, en 1353. Confié aux Trinitaires dès sa création, il devient, dès le XVème siècle le principal hôpital d'Avignon. La ville en reprend la gestion XVIème siècle. L'augmentation constante des malades le fréquentant, sous l'Ancien Régime, contraint à la reconstruction des bâtiments, par deux fois, au XVIIème siècle et au XVIIIème siècle. En 1845, lors de la fermeture de l'ancienne Aumône générale, les pensionnaires sont accueillis, un temps, à l'hôpital Sainte-Marthe, avant leur intégration aux hospice Saint-Louis. A la création du centre hospitalier d'Avignon, en 1982, les pensionnaires furent transférés dans les nouveaux locaux. L'hôpital Sainte-Marthe ferme définitivement en 1994, et les bâtiments rattachés à l'Université d'Avignon et des pays de Vaucluse.
Ordre religieux : Autres
HopitalSainteMartheAvignon2 (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 24.10.2019 à 10:13, mise à jour le 24.10.2019 à 10:13.

Hôpital Sainte-Marthe - Avignon

Département : 84
Adresse postale : Rue de la mairie
Code postal : 84000
Ville : Avignon
Date de première mention : 01.01.1354
Date de destruction : 31.10.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Bâtiment en cours de recherches
Ordre religieux : Autres
HopitalSainteMartheAvignon (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 22.10.2019 à 15:59, mise à jour le 22.10.2019 à 15:59.

Hôpital Sainte-Marthe - Cavaillon

Département : 84
Adresse postale : Chemin des Croix-Rouges
Code postal : 84300
Ville : Cavaillon
Date de première mention : 01.01.1289
Date de destruction : 31.10.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Actuel hôpital.

Dès 1289, les archives municipales mentionnent l’existence d’une Charité ou hôpital chargé d’accueillir les indigents et les déshérités.
Ordre religieux : Autres
HopitalSainteMartheCavaillon (Saisie nouvel Hôpital)
créée le 27.10.2019 à 11:07, mise à jour le 27.10.2019 à 11:07.

Hôpital Sancti Trinitatis - Callas

Département : 83
Adresse postale : Mairie
Code postal : 83830
Ville : Callas
Date de première mention : 01.01.1351
Date de destruction : 05.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Sources: Pouillés des provinces d'Aix, d'Arles et d'Embrun [Texte imprimé] / publiés, sous la direction de M. Maurice Prou,... par M. Étienne Clouzot,... page 68
Ordre religieux : Autres
HopitalSanctiTrinitatisCallas (Saisie nouvel Hôpital)
créée le 05.05.2020 à 17:26, mise à jour le 05.05.2020 à 17:26.

Hôpital de Beauval

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Somme (80)
Adresse postale : mairie
Code postal : 80630
Ville : Beauval
Ancien diocèse : Amiens
Doyenné : Doullens
Ancienne paroisse : Saint-Nicolas de Beauval
Date de première mention : 04.11.1341
Certitude des dates de 1ère mention : Année confirmée, Jour et mois approximatifs
Date de dernière mention : 01.01.1844
Certitude des dates de dernière mention : Année confirmé, Jour et mois confirmés
Localisation sur le terrain : Indéterminée
Description des vestiges : Aucun vestige
Première reconnaissance pontificale : Urbain III (1185-1187) le place sous sa protection.
Etat du bâti : Inexistant
Bibliographie : Dinet-Lecomte Marie-Claude et Montaubin Pascal Les hôpitaux de Picardie du Moyen Âge à la Révolution, Amiens, Encrage, 2014.
Commentaires : Maladrerie attestée à Beauval dès le pontificat d'Urbain III qui le plaça sous sa protection.
Hôpital connu à partir d 1341, lorsque Jehan de Louches, bailli de Beauval, y fonda une chapellerie avec obligation d'y célébrer une messe chaque jour et la dota de terres, ce qui fut confirmé par Bobert, sire de Beauval, et son épouse Mahaut de Diliève, le 04 novembre 1341, puis par le Roi Philippe VI en 1344.
HopitalDeBeauval (Formulaire de saisie HOFRAME), écrite par WikiAdmin
créée le 29.06.2020 à 16:53, mise à jour le 29.06.2020 à 16:53.

Hôpital de Caix

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Somme (80)
Adresse postale : mairie
Code postal : 80170
Ville : Caix
Ancien diocèse : Amiens
Doyenné : Fouilloy
Ancienne paroisse : sainte-Croix de Santerre
Date de première mention : 02.11.1252
Certitude des dates de 1ère mention : Année confirmée, Jour et mois confirmés
Certitude des dates de dernière mention : Non renseignée
Description des vestiges : Aucun vestige
Etat du bâti : Inexistant
Bibliographie : Dinet-Lecomte Marie-Claude et Montaubin Pascal Les hôpitaux de Picardie du Moyen Âge à la Révolution, Amiens, Encrage, 2014.
Commentaires : Attesté dans le testament d'Ade de Nesle qui lui réservé 20 sous le 02 novembre 1252 et dans celui d'Helvide d'Autrèche en semptebre 1260. Il fut sans doute détruit pendant la guerre de Cent ans.
HopitalDeCaix (Formulaire de saisie HOFRAME), écrite par WikiAdmin
créée le 03.07.2020 à 09:37, mise à jour le 03.07.2020 à 09:37.

Hôpital de Campsart

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Somme (80)
Adresse postale : Mairie
Code postal : 80140
Ville : Villers-Campsart
Ancien diocèse : Amiens
Doyenné : Airaines
Ancienne paroisse : Villers
Date de première mention : 14.08.1314
Certitude des dates de 1ère mention : Année confirmée, Jour et mois confirmés
Date de dernière mention : 01.01.1369
Certitude des dates de dernière mention : Année confirmé, Jour et mois approximatifs
Localisation sur le terrain : Hameau
Description des vestiges : Aucun vestige
Etat du bâti : Inexistant
Bibliographie : Dinet-Lecomte Marie-Claude et Montaubin Pascal Les hôpitaux de Picardie du Moyen Âge à la Révolution, Amiens, Encrage, 2014.
Commentaires : Fondation de l'hôpital et sa chapelle par Jean Hibon, avec 20 livres tournois de rente annuelle, fut confirmée par le roi Philippe IV le Bel le 14 août 1314. Le 04 juillet 1332, Philippe VI amortit une rente de 12 livres vendue par Guérard de Semicourt ou Selincourt aux exécuteurs testamentaires de Pierre de Cansaars.
Hôpital détruit en 1369 par les troupes de Jean de Gand, duc de Lancastre.
HopitalDeCampsart (Formulaire de saisie HOFRAME), écrite par WikiAdmin
créée le 03.07.2020 à 09:48, mise à jour le 03.07.2020 à 09:48.

Hôpital de Cappy

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Somme (80)
Adresse postale : mairie
Code postal : 80340
Ville : Cappy
Ancien diocèse : Noyon
Doyenné : Péronne
Ancienne paroisse : Saint-Nicolas de Cappy
Date de première mention : 01.01.1380
Certitude des dates de 1ère mention : Année approximative, Jour et mois approximatifs
Certitude des dates de dernière mention : Non renseignée
Localisation sur le terrain : mairie
Description des vestiges : Aucun vestige
Mention dans les pouillés : Pouillés de la province de Reims vers 1380
Etat du bâti : Inexistant
Bibliographie : Dinet-Lecomte Marie-Claude et Montaubin Pascal Les hôpitaux de Picardie du Moyen Âge à la Révolution, Amiens, Encrage, 2014.
Commentaires : Attesté que par le pouillé du diocèse de Noyon vers 1380. Il était placé sous la domination du seigneur temporel du lieu, le sire de Nesle. Desservi par des frères et des soeurs. Avait une chapelle Saint-Etienne. Hôpital détruit probablement lors de la guerre de Cent ans.
HopitalDeCappy (Formulaire de saisie HOFRAME), écrite par WikiAdmin
créée le 03.07.2020 à 09:59, mise à jour le 03.07.2020 à 09:59.

Hôpital de Chepoix

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Oise (60)
Adresse postale : mairie
Code postal : 60120
Ville : Chepoix
Ancien diocèse : Beauvais
Doyenné : Breteuil
Ancienne paroisse : Chepoix
Date de première mention : 01.01.1310
Certitude des dates de 1ère mention : Année approximative, Jour et mois approximatifs
Certitude des dates de dernière mention : Non renseignée
Localisation sur le terrain : Indéterminée
Description des vestiges : Aucun vestige
Première reconnaissance pontificale : Le 09/04/1311 par le pape Clément V - deux bulles pour la fondation de l'hôpital.
Etat du bâti : Inexistant
Bibliographie : Dinet-Lecomte Marie-Claude et Montaubin Pascal Les hôpitaux de Picardie du Moyen Âge à la Révolution, Amiens, Encrage, 2014.
Commentaires : Thibaud de Chepoix, chevalier du diocèse de Beauvais, passa sa vie au service du roi Philippe IV le Bel et de son frère Charles de Valois. Avec ses biens, il fonda à Chepoix un hôpital en l'honneur de la Vierge et de Saint-Jean Évangéliste vers 1310. Le 9 avril 1311, il obtint du pape Clément V deux bulles en faveur de sa fondation : l'une confirmait le droit de patronage de Thibaud et de ses successeurs sur l'hôpital (présentation du gardien) et sur les deux chapellenies (présentation des chapelains), avec le consentement de l'évêque de Beauvais; l'autre accordait des indulgences d'un an et 40 jours à ceux qui visiteraient l'établissement les jours des fêtes de la Vierge et de saint Jean l'Évangéliste.
HopitalDeChepoix (Formulaire de saisie HOFRAME), écrite par WikiAdmin
créée le 03.07.2020 à 11:42, mise à jour le 03.07.2020 à 11:42.

Hôpital de Chorges

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Hautes-Alpes (05)
Adresse postale : mairie
Lieu-dit : mairie
Numéro INSEE (code officiel géographique 2019) : 05040
Code postal : 05230
Ville : Chorges
Ancien diocèse : Diocèse d'Embrun
Date de première mention : 01.01.1382
Date de dernière mention : 07.06.2020
Mention dans les pouillés : Item, hospitale de Caturicis Compte de décimes de 1382. Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Etat du bâti : Autres
HopitalDeChorges (Formulaire de saisie HOFRAME), écrite par WikiAdmin
créée le 11.05.2020 à 14:03, mise à jour le 11.05.2020 à 14:03.

Hôpital de Jérusalem - Manosque

Département : 04
Adresse postale : Porte de la Saunerie
Code postal : 04100
Ville : Manosque
Date de première mention : 01.01.1149
Date de destruction : 30.11.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Compte de décimes de 1274: Preceptor hospitalis de Manuascha in Saunaria. Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Hospitale dau Camin situm Manuasce, juxta portam qua itur versus Forchalquerium
Ordre religieux : Saint-Jean de Jérusalem
HopitalDeJerusalemManosque (Saisie nouvel Hôpital)
créée le 12.11.2019 à 11:31, mise à jour le 11.05.2020 à 10:57.

Hôpital de l'Aumône - Aix en Provence

Département : 13
Adresse postale : Route de Sisteron
Code postal : 13100
Ville : Aix en Provence
Date de première mention : 01.01.1130
Date de destruction : 21.03.1289
Etat du bâti : Bâtiment en ruines
Commentaires : A Aix-en-Provence, en 1130, Douce, comtesse de Provence, fait construire à ses frais une Maison de l'Aumosne, reconnue comme hôpital, à l'entrée de la ville comtale. Les Frères de l'Aumône n'y sont pas les premiers : là, à un des portes fortifiées de la ville dite « comtale » ils sont proches d'un autre hôpital dit Notre-Dame de Beauvezet (c'est-à-dire de beau regard, déformation de bellegarde), les Templiers qui semblent y avoir des biens leur donnent une place devant l'église attenante à cette Maison de l'Aumosne en 1225. L'hôpital de Beauvezet était également attenant à une église Notre-Dame. Avant d'être restaurés par deux généreux donateurs Bérard et Rixende, au début du XIIIe siècle, il est possible que cette église et son hôpital aient été aux Templiers, assurant là une fonction de garde et de refuge pour la ville comtale. Une église Notre-Dame templière existe à Aix dans ces années-là, sans avoir pu être localisée, il est possible que ce soit cette église Notre-Dame de Beauvezet. A une date non déterminée les Templiers s'installent plus près du château, à l'intérieur de la ville comtale.
Ordre religieux : Les Templiers
HopitalDeLAumoneAixEnProvence (Saisie nouvel Hôpital)
créée le 27.10.2019 à 11:34, mise à jour le 11.11.2019 à 16:02.

Hôpital de la Caritat

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Aude (11)
Adresse postale : rue du four
Numéro INSEE (code officiel géographique 2019) : 11296
Code postal : 11120
Ville : Pouzols-Minervois
Date de première mention : 30.11.1362
Certitude des dates de 1ère mention : Année confirmée
Date de dernière mention : 30.11.1683
Description des vestiges : bâtiment barlong d'architecture type XIV ième
Etat du bâti : Changement de destination
CauquiL (Formulaire de saisie HOFRAME), écrite par Cauquil
créée le 24.05.2020 à 15:25, mise à jour le 24.05.2020 à 15:58.

Hôpital des Juifs - Aix en Provence

Département : 13
Adresse postale : mairie
Code postal : 13100
Ville : Aix en Provence
Date de première mention : 25.01.1453
Date de destruction : 31.10.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Sources: les hôpitaux à Aix en Provence - Jean Pourrière (page 35)
Ordre religieux : Autres
HopitalDesJuifsAixEnProvence (Saisie nouvel Hôpital)
créée le 28.10.2019 à 09:34, mise à jour le 28.10.2019 à 09:34.

Hôpital des Pauvres

Département : 04
Adresse postale : Mairie
Code postal : 04200
Ville : Chateauneuf-val-saint-donat
Date de première mention : 01.01.1100
Date de destruction : 31.12.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Le village de Châteauneuf-Val-Saint-Donat, situé sur la voie Domitienne, comportait au XIIe siècle un hôpital des pauvres
Ordre religieux : Autres
HopitalDesPauvres (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 22.12.2019 à 16:59, mise à jour le 22.12.2019 à 16:59.

Hôpital des pauvres

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83630
Ville : Aups
Date de première mention : 01.01.1351
Date de destruction : 06.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Sources: Pouillés des provinces d'Aix, d'Arles et d'Embrun [Texte imprimé] / publiés, sous la direction de M. Maurice Prou,... par M. Étienne Clouzot,... page 68
Ordre religieux : Autres
HopitalDesPauvres5 (Saisie nouvel Hôpital)
créée le 05.05.2020 à 17:18, mise à jour le 05.05.2020 à 17:18.

Hôpital des pauvres

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83340
Ville : Le Luc en Provence
Date de première mention : 01.01.1351
Date de destruction : 06.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Sources: Pouillés des provinces d'Aix, d'Arles et d'Embrun [Texte imprimé] / publiés, sous la direction de M. Maurice Prou,... par M. Étienne Clouzot,... page 68
Ordre religieux : Autres
HopitalDesPauvres4 (Saisie nouvel Hôpital)
créée le 05.05.2020 à 17:16, mise à jour le 05.05.2020 à 17:16.

Hôpital des pauvres

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83340
Ville : Le Cannet des Maures
Date de première mention : 01.01.1351
Date de destruction : 05.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Sources: Pouillés des provinces d'Aix, d'Arles et d'Embrun [Texte imprimé] / publiés, sous la direction de M. Maurice Prou,... par M. Étienne Clouzot,... page 68
Ordre religieux : Autres
HopitalDesPauvres3 (Saisie nouvel Hôpital)
créée le 05.05.2020 à 17:15, mise à jour le 05.05.2020 à 17:15.

Hôpital des pauvres

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83300
Ville : Draguignan
Date de première mention : 01.01.1351
Date de destruction : 06.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Sources: Pouillés des provinces d'Aix, d'Arles et d'Embrun [Texte imprimé] / publiés, sous la direction de M. Maurice Prou,... par M. Étienne Clouzot,... page 68
Ordre religieux : Autres
HopitalDesPauvres2 (Saisie nouvel Hôpital)
créée le 05.05.2020 à 17:14, mise à jour le 05.05.2020 à 17:14.

Hôpital des pauvres

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83510
Ville : Lorgues
Date de première mention : 01.01.1351
Date de destruction : 06.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Sources: Pouillés des provinces d'Aix, d'Arles et d'Embrun [Texte imprimé] / publiés, sous la direction de M. Maurice Prou,... par M. Étienne Clouzot,... page 68
Ordre religieux : Autres
HopitalDesPauvres8 (Saisie nouvel Hôpital)
créée le 05.05.2020 à 17:28, mise à jour le 05.05.2020 à 17:28.

Hôpital des pauvres

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83440
Ville : Callian
Date de première mention : 01.01.1351
Date de destruction : 06.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Sources: Pouillés des provinces d'Aix, d'Arles et d'Embrun [Texte imprimé] / publiés, sous la direction de M. Maurice Prou,... par M. Étienne Clouzot,... page 68
Ordre religieux : Autres
HopitalDesPauvres7 (Saisie nouvel Hôpital)
créée le 05.05.2020 à 17:24, mise à jour le 05.05.2020 à 17:24.

Hôpital des pauvres

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83590
Ville : Gonfaron
Date de première mention : 01.01.1351
Date de destruction : 06.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Sources: Pouillés des provinces d'Aix, d'Arles et d'Embrun [Texte imprimé] / publiés, sous la direction de M. Maurice Prou,... par M. Étienne Clouzot,... page 68
Ordre religieux : Autres
HopitalDesPauvres6 (Saisie nouvel Hôpital)
créée le 05.05.2020 à 17:20, mise à jour le 05.05.2020 à 17:20.

Hôpital des pauvres - Blieux

Département : 04
Adresse postale : mairie
Code postal : 04330
Ville : Blieux
Date de première mention : 01.01.1252
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : ERC n° 883 "Si aliquis prelatus..., non nec domus religiosa nisi ecclesia parrochialis dicti castri quam tenet ad mensam suam dominus episcopus Seneciensis et etiam est quodam hospitale pauperum in dicto castrum et est spitalerius R Maurellus.
Ordre religieux : Autres
HopitalDesPauvresBlieux (Saisie nouvel Hôpital)
créée le 13.05.2020 à 13:08, mise à jour le 13.05.2020 à 13:08.

Hôpital des pauvres - Castellane

Département : 04
Adresse postale : mairie
Code postal : 04120
Ville : Castellane
Date de première mention : 01.01.1252
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : ERC n° 850 "Si est aliquis prelatus ..., non nec aliqua domus religiosa est ibidem nisi ecclesia parrochialis dicti castri, cujus est prior dominus Robaudus et collatio ipsius ecclesie pertinet ad ecclesiam Senecensem et quedam domus hospitalis pauperum cujus est spitalarius J Audebertus.
Ordre religieux : Autres
HopitalDesPauvresCastellane (Saisie nouvel Hôpital)
créée le 13.05.2020 à 12:59, mise à jour le 13.05.2020 à 12:59.

Hôpital des pauvres - Châteauneuf de Gadagne

Département : 84
Adresse postale : mairie
Code postal : 84470
Ville : Châteauneuf-de-Gadagne
Date de première mention : 01.01.1363
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Compte de décimes de 1363: Item, deducuntur pro vij hospitalibus pauperum que sint in civitate et diocesi Cavallicensi, que non debent solvere Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
HopitalDesPauvresChateauneufDeGadagne (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.05.2020 à 13:35, mise à jour le 11.05.2020 à 13:35.

Hôpital des pauvres - Mornas

Département : 84
Adresse postale : mairie
Code postal : 84550
Ville : Mornas
Date de première mention : 01.01.1363
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Compte de décimes de 1363: Item, pro quatuor hospitalibus pauperum que non consuerunt solvere Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
HopitalDesPauvresMornas (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.05.2020 à 13:43, mise à jour le 11.05.2020 à 13:43.

Hôpital des pauvres - Peyruis

Département : 04
Adresse postale : mairie
Code postal : 04310
Ville : Peyruis
Date de première mention : 01.01.1351
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Compte royal de 1351: Precemptordomus hospitalis pauperum de Petrosio Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Saint-Lazare
HopitalDesPauvresPeyruis (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.05.2020 à 11:49, mise à jour le 11.05.2020 à 11:49.

Hôpital des pauvres - Saintes-Maries de la Mer

Département : 13
Adresse postale : mairie
Code postal : 13460
Ville : Saintes-Maries-de-la-Mer
Date de première mention : 01.01.1370
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Compte de synode de Saint-Luc de 1370: Hospitalerius hospitalis pauperum ville de Mari facit etiam pro annuali pentione unam libram candelis ceree Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
HopitalDesPauvresSaintesMariesDeLaMer (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.05.2020 à 12:16, mise à jour le 11.05.2020 à 12:16.

Hôpital du Saint-Esprit d'Abbeville

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Somme (80)
Adresse postale : Rue du Saint-Esprit
Code postal : 80100
Ville : Abbeville
Ancien diocèse : Amiens
Doyenné : Saint-Sépulcre d'Abbeville
Ancienne paroisse : Saint-Sépulcre d'Abbeville
Date de première mention : 01.04.1231
Certitude des dates de 1ère mention : Année confirmée, Jour et mois confirmés
Date de dernière mention : 01.01.1677
Certitude des dates de dernière mention : Année confirmé, Jour et mois approximatifs
Localisation sur le terrain : Près de l'angle avec la chaussée du Bois
Description des vestiges : Aucun vestige
Première reconnaissance pontificale : Alexandre IV en 17/06/1257.
Etat du bâti : Inexistant
Bibliographie : Dinet-Lecomte Marie-Claude et Montaubin Pascal Les hôpitaux de Picardie du Moyen Âge à la Révolution, Amiens, Encrage, 2014.
HopitalDuSaintEspritDAbbeville (Formulaire de saisie HOFRAME), écrite par WikiAdmin
créée le 23.06.2020 à 17:22, mise à jour le 23.06.2020 à 17:22.

Hôpital saint Jean l'Evangéliste

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Somme (80)
Adresse postale : Petite rue Notre-Dame
Code postal : 80100
Ville : Abbeville
Ancien diocèse : Amiens
Doyenné : Notre-Dame du Châtel d'Abbeville
Ancienne paroisse : Notre-Dame du Châtel d'Abbeville
Date de première mention : 01.01.1404
Certitude des dates de 1ère mention : Année confirmée, Jour et mois approximatifs
Date de dernière mention : 01.01.1579
Certitude des dates de dernière mention : Année confirmé, Jour et mois approximatifs
Localisation sur le terrain : Près du pont de Talance
Description des vestiges : Aucun vestige
Etat du bâti : Inexistant
Bibliographie : Dinet-Lecomte Marie-Claude et Montaubin Pascal Les hôpitaux de Picardie du Moyen Âge à la Révolution, Amiens, Encrage, 2014.
Commentaires : Fondé par un artisan d'Abbeville. attesté de 1404 à 1579, il disparut à une date inconnue.
HopitalSaintJeanLEvangeliste (Formulaire de saisie HOFRAME), écrite par WikiAdmin
créée le 24.06.2020 à 13:41, mise à jour le 24.06.2020 à 13:41.

Hôpital saint-Esprit - La Garde (83)

Département : 83
Adresse postale : Rue de la Brèche
Code postal : 83130
Ville : La Garde
Date de première mention : 01.01.1100
Date de destruction : 30.11.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : L’hôpital du Saint-Esprit
Vers la fin du XIIe siècle, le pape Innocent III fonda, à Rome, un hôpital pour les pauvres sous l’invocation du Saint-Esprit. La plupart des villes et villages de Provence eurent leur hôpital dès le début du XIIIe siècle. Les seigneurs de La Garde en firent construire un, l’hôpital du Saint Esprit, près de la rue de La Brèche. En 1657 la municipalité racheta l’hôpital pour en faire la maison commune. Il fut incendié par les troupes du duc de Savoie en 1707. Un autre hôpital fut construit ici-même. Défiguré par de nombreux remaniements il devint bureau de bienfaisance et une partie servit d’école jusqu’en 1839.
Source: Site de la Mairie
Ordre religieux : Saint-Esprit
HopitalSaintEspritLaGarde83 (Saisie nouvel Hôpital)
créée le 27.11.2019 à 16:31, mise à jour le 27.11.2019 à 16:31.

Hôpital sans vocable

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83670
Ville : Montmeyan
Date de première mention : 01.01.1274
Date de destruction : 06.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Pouillés des provinces d'Aix, d'Arles et d'Embrun [Texte imprimé] / publiés, sous la direction de M. Maurice Prou,... par M. Étienne Clouzot
Hospitalarii de Roqueta
Ordre religieux : Autres
HopitalSansVocable2 (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 05.05.2020 à 18:38, mise à jour le 05.05.2020 à 18:38.

Hôpital sans vocable - Barles

Département : 04
Adresse postale : Clue de Barles
Code postal : 04140
Ville : Barles
Date de première mention : 01.01.1351
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Compte de décimes de 1351: Rector hospitalis de Clusa Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
HopitalSansVocableBarles (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.05.2020 à 14:11, mise à jour le 11.05.2020 à 14:11.

Hôpital sans vocable - Bauduen

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83630
Ville : Bauduen
Date de première mention : 01.01.1274
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Compte de décimes de 1274: Hospitalarius de Bondonio Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
HopitalSansVocableBauduen (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.05.2020 à 10:29, mise à jour le 11.05.2020 à 10:29.

Hôpital sans vocable - Blauvac

Département : 84
Adresse postale : mairie
Code postal : 84570
Ville : Blauvac
Date de première mention : 01.01.1380
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Extraits de l'inventaire de 1380: Sequitur hic inventarium bonorum hospitalis de Blaudiaco et de Nometamiis factum et traditum per Anthonium Bruni (?) de Blaudiaco, gubernatorem et rectorem dictorum hospitamium ano Domini ... Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
HopitalSansVocableBlauvac (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.05.2020 à 13:17, mise à jour le 11.05.2020 à 13:17.

Hôpital sans vocable - Bras d'Asse

Département : 04
Adresse postale : mairie
Code postal : 04270
Ville : Bras-d'Asse
Date de première mention : 01.01.1274
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Compte de décimes de 1274: Hospitalarius de Brachio Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
HopitalSansVocableBrasDAsse (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.05.2020 à 10:24, mise à jour le 11.05.2020 à 10:24.

Hôpital sans vocable - Brunet

Département : 04
Adresse postale : mairie
Code postal : 04210
Ville : Brunet
Date de première mention : 01.01.1274
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Compte de décimes de 1274: Hospitalarius de Bruneto, Ridus Martinus, hospitalarius Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
HopitalSansVocableBrunet (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.05.2020 à 10:26, mise à jour le 11.05.2020 à 10:26.

Hôpital sans vocable - Digne les Bains

Département : 04
Adresse postale : mairie
Code postal : 04000
Ville : Digne-les-Bains
Date de première mention : 01.01.1351
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Compte de décimes de 1351: Hospitalerius Burgi Digne Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
HopitalSansVocableDigneLesBains (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.05.2020 à 14:07, mise à jour le 11.05.2020 à 14:07.

Hôpital sans vocable - Forcalquier

Département : 04
Adresse postale : mairie
Code postal : 04300
Ville : Forcalquier
Date de première mention : 01.01.1274
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Compte de décimes de 1274: Hospitale Forchalquerii quod est juxta ecclesiam Beate Marie Forchalquerii Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
HopitalSansVocableForcalquier (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.05.2020 à 10:43, mise à jour le 11.05.2020 à 10:43.

Hôpital sans vocable - Gréoux

Département : 04
Adresse postale : mairie
Code postal : 04800
Ville : Gréoux-les-Bains
Date de première mention : 01.01.1274
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Compte de décimes de 1274: Hospitalarius de Gresolis Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
HopitalSansVocableGreoux (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.05.2020 à 10:35, mise à jour le 11.05.2020 à 10:35.

Hôpital sans vocable - Les Omergues

Département : 04
Adresse postale : mairie
Code postal : 04200
Ville : Les Omergues
Date de première mention : 01.01.1274
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Compte de décimes de 1274: Commendator de Amenicis et ecclesia dicti loci et hospitale de Saumanna et ecclesia de Giron et ecclesia de Lariderio Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
HopitalSansVocableLesOmergues (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.05.2020 à 11:35, mise à jour le 11.05.2020 à 11:35.

Hôpital sans vocable - Les Salles

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83630
Ville : Les Salles-sur-Verdon
Date de première mention : 01.01.1274
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Compte de décimes de 1274: Hospitalarius de Saletis Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
HopitalSansVocableLesSalles (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.05.2020 à 10:33, mise à jour le 11.05.2020 à 10:33.

Hôpital sans vocable - Mane

Département : 04
Adresse postale : mairie
Code postal : 04300
Ville : Mane
Date de première mention : 01.01.1351
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Compte royal de 1351: Hospitale de Manna Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
HopitalSansVocableMane2 (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.05.2020 à 11:52, mise à jour le 11.05.2020 à 11:52.

Hôpital sans vocable - Mane

Département : 04
Adresse postale : mairie
Code postal : 04300
Ville : Mane
Date de première mention : 31.12.2019
Date de destruction : 31.12.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : A proximité se trouvait un hôpital accueillant passants et
pèlerins.
Ordre religieux : Autres
HopitalSansVocableMane (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 22.12.2019 à 17:05, mise à jour le 22.12.2019 à 17:05.

Hôpital sans vocable - Moustiers Sainte Marie

Département : 04
Adresse postale : mairie
Code postal : 04360
Ville : Moustiers-Sainte-Marie
Date de première mention : 01.01.1274
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Compte de décimes de 1274: Hospitalarius de Mosteriis Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
HopitalSansVocableMoustiersSainteMarie (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.05.2020 à 10:31, mise à jour le 11.05.2020 à 10:31.

Hôpital sans vocable - Néoules

Département : 83
Adresse postale : Mairie
Code postal : 83136
Ville : Néoules
Date de première mention : 01.01.1252
Date de destruction : 30.04.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Dans l’enquête sur les droits et revenus de Charles Ier d'Anjou en Provence de 1252 (ERC n° 359-362), on lit qu’un hôpital existe alors sur le territoire. La même année, une autre enquête indique que l’hôpital se situe hors du castrum et que l’enceinte possède un portail (AD13, B 347). Sources : Association Histoire Populaire Tourvaine (merci à son président)
"ferrago juxta opitale" (1252) ERC n° 360 reconnaissances des biens appartenant à la cour
usque ad ospitale, quod est extra castrum de Noulis (1252) AD13, B 347 enquête à la suite d'un meurtre à Néoules
Ordre religieux : Autres
HopitalSansVocableNeoules (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 12.04.2020 à 11:27, mise à jour le 05.05.2020 à 18:40.

Hôpital sans vocable - Ongles

Département : 04
Adresse postale : mairie
Code postal : 04230
Ville : Ongles
Date de première mention : 01.01.1274
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Compte de décimes de 1274: Rector hospitalis de Ungela Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
HopitalSansVocableOngles (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.05.2020 à 11:30, mise à jour le 11.05.2020 à 11:30.

Hôpital sans vocable - Peipin

Département : 04
Adresse postale : mairie
Code postal : 04200
Ville : Peipin
Date de première mention : 01.01.1274
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Compte de décimes de 1274: Rector hospitalis Podii Pini Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
HopitalSansVocablePeypin (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.05.2020 à 11:20, mise à jour le 11.05.2020 à 11:23.

Hôpital sans vocable - Pourrières

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83910
Ville : Pourrières
Date de première mention : 01.01.1400
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Sources: Cadastre AC Pourrières, CC 3
Ordre religieux : Autres
HopitalSansVocable3 (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 05.05.2020 à 18:42, mise à jour le 05.05.2020 à 23:16.

Hôpital sans vocable - Saint Donat

Département : 04
Adresse postale : mairie
Code postal : 04200
Ville : Château-Val-Saint-Donat
Date de première mention : 01.01.1274
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Compte de décimes de 1274: Magister hospitalis Guiraut Peis Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
HopitalSansVocableSaintDonat (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.05.2020 à 11:27, mise à jour le 11.05.2020 à 11:27.

Hôpital sans vocable - Saint Laurent du Var

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Alpes-Maritimes (06)
Adresse postale : mairie
Lieu-dit : mairie
Numéro INSEE (code officiel géographique 2019) : 06123
Code postal : 06700
Ville : Saint-Laurent-du-Var
Ancien diocèse : Vence
Date de première mention : 01.01.1351
Date de dernière mention : 07.06.2020
Mention dans les pouillés : Compte de décimes de 1351: Preceptor hospitalis de Varo Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Compte de procurations de 1376: Preceptor hospitalis de Varo impotens nec habet curam Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Etat du bâti : Autres
HopitalSansVocableSaintLaurentDuVar (Formulaire de saisie HOFRAME), écrite par WikiAdmin
créée le 11.05.2020 à 14:26, mise à jour le 11.05.2020 à 14:30.

Hôpital sans vocable - Trigance

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83840
Ville : Trigance
Date de première mention : 01.01.1274
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Compte de décimes de 1274: Hospitalarius de Trigantia Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
HopitalSansVocableTrigance (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.05.2020 à 10:40, mise à jour le 11.05.2020 à 10:40.

Hôpital sans vocable - Troins

Département : 04
Adresse postale : mairie
Code postal : 04170
Ville : Saint-André les Alpes
Date de première mention : 01.01.1252
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : ERC n° 863 "non nisi spitalerius dicti loci qui emit unam sestairatam terre a R Fulcone de Troyns sitam juxta ecclesiam Sancti Johannis
Ancienne commune de Troins
Ordre religieux : Autres
HopitalSansVocableTroins (Saisie nouvel Hôpital)
créée le 13.05.2020 à 13:32, mise à jour le 13.05.2020 à 13:32.

Hôpital sans vocable - Velleron

Département : 84
Adresse postale : mairie
Code postal : 84740
Ville : Velleron
Date de première mention : 01.01.1380
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Extrait de l'inventaire de 1380: Sequuntur bona hospitalis de Avellarone Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
HopitalSansVocableVelleron (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.05.2020 à 12:28, mise à jour le 11.05.2020 à 12:28.

Hôpital sans vocable - Venasque

Département : 84
Adresse postale : mairie
Code postal : 84210
Ville : Venasque
Date de première mention : 01.01.1380
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Extraits de l'inventaire de 1380: Et primo de hospitali dicti loci quod tenet et gubernat Raymundus Clariani dicti loci Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
HopitalSansVocableVenasque (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.05.2020 à 12:33, mise à jour le 11.05.2020 à 12:33.

Hôpital sans vocable - Vergons

Département : 04
Adresse postale : mairie
Code postal : 04170
Ville : Vergons
Date de première mention : 01.01.1252
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Bâtiment en ruines
Commentaires : ERC n° 840 "Item dicunt quod quidam spitalerius nomine Bermundus...
Ordre religieux : Autres
HopitalSansVocableVergons (Saisie nouvel Hôpital)
créée le 13.05.2020 à 13:25, mise à jour le 13.05.2020 à 13:25.

Hôpital sans vocable - le Pontet

Département : 84
Adresse postale : mairie
Code postal : 84130
Ville : Le Pontet
Date de première mention : 01.01.1455
Date de destruction : 07.06.2020
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Cotisations du clergé d'Avignon en 1455: Due cappellanie in hospitali de Ponte Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
HopitalSansVocableLePontet (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.05.2020 à 12:23, mise à jour le 11.05.2020 à 12:23.

Hôpital-hospice - Aubignan

Département : 84
Adresse postale : Avenue Joseph Vernet
Code postal : 84810
Ville : Aubignan
Date de première mention : 01.01.1412
Date de destruction : 31.10.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Bâtiment en cours de recherches
Ordre religieux : Autres
HopitalHospiceAubignan (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 24.10.2019 à 10:07, mise à jour le 24.10.2019 à 10:07.

Hôpital-hospice de Caderousse

Département : 84
Adresse postale : Brou
Code postal : 84860
Ville : Caderousse
Date de première mention : 01.01.1271
Date de destruction : 31.10.2019
Etat du bâti : Changement de destination
Commentaires : Ce bâtiment est actuellement un EHPAD.
Origine de l’hôpital de Caderousse
Si on ne trouve pas dans les documents de Caderousse, la date de création de cette première institution charitable. Aux archives d’Avignon par contre, des contrats concernant la maison d’Ancézune mentionnent dans des testaments et des legs rédigés en l’an 1271 au profit des lits des pauvres de l’hôpital de Caderousse, dont celui de Raimond Barrière, co-seigneur du Bourg, rédigé le 21 novembre 1271, par le moine clunisien Raimbaud de Vassione, prieur. Son emplacement devait se trouver non loin d’une maison claustrale et donc à l’emplacement actuel.

Historique
Moyen Âge
1271. Existence de l’institution.

1301 à 1399. - Tous les testaments retrouvés et exploités des archives du duché de Caderousse (Ad vaucl, 3e 54) détaillent la liste des œuvres versées pour les âmes des défunts : Au profit des pauvres de l’hôpital, pour le rachat des captifs au-delà des mers pour l’Église de Caderousse, pour les cierges etc.

Renaissance
1414. - Sur le cadastre de la co-seigneurie de Caderousse réalisée à partir de l’année, il apparaît que l’hôpital est situé : In Carreria Per Quam Itur De Platea Ad Hospitalem (Bât. Maison) qui peut se traduire par l’expression (chemin qui permet le passage à la grande rue ou à la place de l’hôpital.

1462, le 10 janvier, l’hôpital des pauvres de Paris offre des dons en espèces à celui de Caderousse.
Ordre religieux : Autres
HopitalHospiceDeCaderousse (Saisie nouvel Hôpital)
créée le 27.10.2019 à 10:57, mise à jour le 27.10.2019 à 10:57.

Hôtel-Dieu Saint-Antoine

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Aisne (02)
Adresse postale : mairie
Code postal : 02220
Ville : Braine
Ancien diocèse : Soissons
Doyenné : Vailly-sur-Aisne
Ancienne paroisse : Braine
Date de première mention : 30.04.1201
Certitude des dates de 1ère mention : Année confirmée, Jour et mois confirmés
Date de dernière mention : 01.11.1790
Certitude des dates de dernière mention : Année confirmé, Jour et mois confirmés
Localisation sur le terrain : jusqu'en 1768: dans le château comtal médiéval et ensuite rue des Juifs
Description des vestiges : Aucun vestige
Etat du bâti : Inexistant
Bibliographie : Dinet-Lecomte Marie-Claude et Montaubin Pascal Les hôpitaux de Picardie du Moyen Âge à la Révolution, Amiens, Encrage, 2014.
Commentaires : La Maison-Dieu de braine, avec un chapelain, fut fondée par Agnès de Baudiment, comtesse de Braine et veuve de Robert 1er, par lettre datée du 30 avril 1201. Établie dans le château, elle tirait ses revenus notamment des fours banaux du château et de vignes à Courcelles et à Orphigny, d'une rente notamment de 10 livres des provinoises fours banaux sur du le château, péage d'Arcy, etc
Sa chapelle était dédicacée à saint Antoine (dès 1572) et se trouvait, tout comme l'établissement lier, sous le patronage des comtes de Braine. En février 1250, Marie, comtesse de Dreux et dame de Braine, nomma Adam comme chapelain pour remplacer Roger, son prédécesseur décédé en Terre sainte. Les revenus du chapelain étaient estimés à 16 livres dans le compte des décimes de 1362 (en fait 1371). Dès mars 1265, l'hôpital était régi par un maître, entouré de frères et de soeurs, puis la direction fut confiée, peut-être au XVe siècle (après 1428), à des administrateurs laïques qui se substituèrent au maître jusqu'au XVII, siècle. Le comte de Braine nommait ces administrateurs; en 1506, la reine Marguerite d'Angoulême, en sa qualité de duchesse du Valois, chercha à la lui Marck, disputer comte cette de prérogative, avant de renoncer par considération envers Robert III de et duc de Bouillon.
HotelDieuSaintAntoine (Formulaire de saisie HOFRAME), écrite par WikiAdmin
créée le 29.06.2020 à 17:28, mise à jour le 29.06.2020 à 17:28.

Hôtel-Dieu Saint-Antoine

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Oise (60)
Adresse postale : 3, rue Sadi Carnot
Code postal : 60240
Ville : Chaumont-en-Vexin
Ancien diocèse : Rouen
Doyenné : Chaumont-en-Vexin
Ancienne paroisse : Laillerie
Date de première mention : 27.08.1204
Certitude des dates de 1ère mention : Année confirmée, Jour et mois confirmés
Certitude des dates de dernière mention : Non renseignée
Localisation sur le terrain : Faubourg de Laillerie, le long de la route de Paris
Description des vestiges : Détruit première moitié du XIXème siècle
Première reconnaissance ecclésiastique : Acte de Gautier, archevêque de Rouen le 27/08/1204
Etat du bâti : Inexistant
Bibliographie : Dinet-Lecomte Marie-Claude et Montaubin Pascal Les hôpitaux de Picardie du Moyen Âge à la Révolution, Amiens, Encrage, 2014.
Commentaires : L'hôpital historique de Chaumont se trouvait dans le un faubourg de Laillerie, le long de de Rouen la route de Paris Attesté dans un acte le 27/08/1204 qui tranche un litige entre le prieur de Laillerie et le chapelain art et les frères de l'hôpital d'autre part au sujet de la chapelle hospitalière. Il fut décidé que l'hôpital avait le droit de posséder une chapelle (qui fut dédiée patron de la paroisse, et devait respecter les droits de la paroisse.

Cette chapelle n'avait ni cloche, ni cimetière et on devait pas en sortir pour organiser des procession; en revanche, les frères de l'hôpital en choisissaient le chapelain ; la chapelle percevait intégralement ses oblations et les legs en sa faveur et demeurait immune face à toute pension. Toutefois, le curé de la paroisse visitait les malades, écoutait leurs confessions et donnait le viatique si nécessaire. Lors d'un décès à l'hôpital, le chapelain de l'hôpital y célébrait la messe la pour les défunts, puis les frères transportaient le corps jusqu'à l'église de Laillerie, où le curé disait à son tour la messe pour le défunt et lui donnait une sépulture. La sonnerie des cloches des moines à cette occasion était réalisée gratuitement.
L'archevêque de Rouen conserva sa juridiction sur l'Hôtel-Dieu mais il dut la défendre à plusieurs reprises face entre autres au Grand Aumônier de France en 1544 (car le roi était comte de Chaumont). Les visites pastorales étaient réalisées par l'archidiacre au nom de l'archevêque, ainsi le 16 septembre et le 20 novembre 1254. Son rapport précise à cette époque que le prêtre-chapelain n'avait pas la cure des frères de l'hôpital ; il partageait en revanche leurs repas et les frères lui fournissaient le nécessaire pour vivre. L'établissement disposait de moyens modestes : il possédait 80 jugères de terres, 9 vaches, 140 moutons, 240 béliers, 6 chevaux, 20 porcs. Ses revenus s'élevaient à 50 sous parisis, mais il avait 12 livres parisis de dettes. La laine de ses moutons lui rapportait 35 livres parisis par an.Il percevait 2 muids de blé chaque année sur un moulin sis Chaumont.
L'archevêque avait donné ordre à Guillaume, prêtre de cette maison, de rendre compte aux frères des dépenses et recettes et des biens de l'établissement, en présence du curé et du maire de Chaumont, afin qu'il n'oublie pas. L'hôpital entretenait 3 à 4 lits pour les pauvres passants en 1513-1550 et il semble que 3 frères hospitaliers y résidaient.
HotelDieuSaintAntoine2 (Formulaire de saisie HOFRAME), écrite par WikiAdmin
créée le 03.07.2020 à 11:19, mise à jour le 03.07.2020 à 11:19.

Hôtel-Dieu Saint-Jean de Beauvais

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Oise (60)
Adresse postale : Rue Gambetta
Code postal : 60000
Ville : Beauvais
Ancien diocèse : Beauvais
Doyenné : Saint Laurent de Beauvais
Ancienne paroisse : Saint Laurent de Beauvais
Date de première mention : 01.01.1035
Certitude des dates de 1ère mention : Année confirmée, Jour et mois approximatifs
Date de dernière mention : 01.01.1986
Certitude des dates de dernière mention : Année confirmé, Jour et mois approximatifs
Population de l'établissement : Pauvres et malades.
Règle, statut, règlement : Règle inspirée de l'Hôtel-Dieu de Noyon (elle-même issue de l'Hôtel-Dieu de Mondidier, dès septembre 1246. Puis règle de Saint-Augustin à partir de 1316
Première reconnaissance pontificale : Bulle d'Alexandre III du 06 mars 1172 (hôpital passant sous sa protection), bulle de Lucuis III du 07/05/1183, bulle de Jean XXIII du 08/10/1319, bulle de Alexandre IV du 13/11/1259 confirmant la règle.
Etat du bâti : Bâtiment en ruines
Bibliographie : Dinet-Lecomte Marie-Claude et Montaubin Pascal Les hôpitaux de Picardie du Moyen Âge à la Révolution, Amiens, Encrage, 2014
Commentaires : L'hôpital lié à l'église cathédrale de Beauvais remonte sans doute à la période carolingienne. Pierre Louvet, historien dans la première moitié du XVIIe siècle, estimait que sa fondation datait de 840, mais sans avancer de preuve ; sans doute parce qu'Hincmar, archevêque de Reims (845-882) invita son suffragant de Beauvais à recevoir les pauvres dans des hôpitaux auxquels le personnel nécessaire devait être affecté. Mais l'établissement n'est pour la première fois mentionné qu'en 1035, lorsque l'évêque Dreux affecta la dîme qui le finançait pour doter le monastère Saint-Symphorien qu'il venait de fonder.

L'institution fut réorganisée à partir des années 1170, sous l'épiscopat de Barthélemy de Montcornet (1162-1175). La meilleure conservation des archives traduit les changements, marqués par la structuration de la communauté hospitalière et l'accroissement du temporel. Ainsi, une donation de Raoul, comte de Clermont, et d'Alix, son épouse, en 1171 semble être la plus ancienne de celles indiquées dans la liste des biens confirmée par la bulle d'Alexandre III du 6 mars 1172. Le pape prenait l'hôpital sous la protection apostolique et plusieurs de ses successeurs réitérèrent. Plusieurs rois prirent aussi l'Hôtel-Dieu sous leur garde : Charles V (1365), Louis XI (1463), François Ier (1546), Charles IX (1561), Henri 111 (1587), Louis XIII (1640) et Louis XIV (1643).

On ignore la localisation du premier établissement charitable sous tutelle de l'évêque. Sans doute était-il à l'intérieur de l'enceinte gallo-romaine, près de la cathédrale. Mais selon un récit de miracles de saint Vaast, l'hôpital des pauvres de tout le diocèse (pauperum hospitale totius episcopatus) se trouvait juste à côté de l'église Saint-Vaast de Beauvais (actuelle église Saint-Étienne). Si l'on accepte l'historicité de ce récit, l'hôpital, dans la seconde moitié du IXe siècle, se serait alors trouvé à une centaine de mètres au sud-est du castrum, c'est-à-dire à un endroit inhabituel pour un hôpital cathédral, mais cela peut s'expliquer par le fait que cette zone offrait plus de commodités qu'aux abords encombrés de la cathédrale et c'est d'ailleurs dans ce nouveau quartier que se développa la place du marché, futur cœur de la ville bourgeoise. C'est à ce texte que faisait allusion Robert de Gynès en rédigeant le cartulaire de 1677. Certains historiens locaux ont proposé de voir dans l'hôtel dit des Trois Piliers, situé sur la place Jeanne Hachette, presque à l'angle de rue de la Madeleine, la localisation originelle de l'hôpital, mais rien ne vient justifier cette assertion, sinon que l'Hôtel-Dieu possédait cet immeuble dès 1210 et que l'obituaire e la collégiale Saint-Michel évoque de manière vague une Domus Dei sur la grand place l'appellation pouvant renvoyer au propriétaire ou à une activité hospitalière annexe celle des bâtiments principaux). Quoi qu'il en soit, à partir de 1179 et jusqu'en 1346, l'Hôtel-Dieu est clairement localisé en dehors de la nouvelle enceinte au nord de la cité, juste au delà de la porte Saint-Laurent, au départ de l'importante route vers Amiens. Cette implantation dans le dynamique faubourg Gaillon marquait un nouveau départ prometteur.

La communauté hospitalière apparaît à cette époque déjà bien organisée. Elle se compose de frères dès 1172 et de soeurs, affectées au soin des pauvres et des malades, dès 1210 et sans doute déjà présentes à la fin du XIIe siècle, mais sans reconnaissance dans les actes officiels. Tous étaient placés sous l'autorité d'un maître mentionné dès 1183. Une certaine spécialisation distinguait les frères; un chapelain est attesté dès 1186 et en 1190, on mentionne au moins six frères : le maître, deux prêtres, un frère preceptor (sans doute responsable de la gestion temporelle) et un frère elemosinarius (sans doute chargé des malades et des pauvres). L'institution du maître apparaît récente lorsqu'une bulle de Lucius III, le 7 mai 1183, permit aux frères d'admettre parmi eux des clercs ou des laïcs libres qui chercheraient à fuir le siècle, mais après avoir fait profession ; il est stipulé qu'un frère ne pouvait partir sans la permission du maître, sauf pour mener une vie religieuse plus difficile.

Jusqu'en 1246, la communauté hospitalière n'avait pas de règle et n'appartenait aucun ordre. Elle en réclama une au cardinal-légat Eudes de Châteauroux qui délégua la tâche à Garin, archidiacre de Beauvais, et au frère Vincent, sous-prieur des Dominicains de la ville (le célèbre lettré Vincent de Beauvais). En septembre 1246, le légat promulguait la règle qu'ils avaient compilée et qui s'inspirait largement de la règle de l'Hôtel-Dieu de Noyon (elle-même issue de celle de l'Hôtel-Dieu de Montdidier). Les aspects de la vie commune (dortoir, réfectoire, office) étaient organisés et les voeux d'obéissance, de chasteté et de pauvreté individuelle étaient exaltés, mais certains usages locaux anciens étaient préservées, tel l'habit. Les soeurs portaient une robe de laine blanche, à manches étroites, un rocher de toile blanche avec une ceinture blanche, un voile noir doublé d'un blanc (il était tout blanc pour les novices), une guimpe barbette et des souliers blancs; elles revêtaient une chape noire pour le chœur et la ville (leur apparence était alors proche du costume masculin, sinon que les hommes ne portaient pas de voile et étaient tonsurés). Les frères assuraient le service divin, administraient les sacrements aux malades et aux religieuses et gouvernaient le temporel. Désormais, la communauté dans les documents hospitalière pontificaux était assimilée au groupe de celles qui suivaient la règle de saint Augustin. Le 13 novembre 1259, le Alexandre IV confirmait la nouvelle règle de l'hôpital dans une bulle qui s'adressait conjointement au maître, aux frères et aux sœurs, qui figuraient désormais officiellement à part entière dans les actes. Le chapitre hospitalier élisait le maître à vie parmi les responsable frères prêtres.
En raison de l'accroissement inconsidéré de la communauté hospitalière causé par les ingérences des grands, des amis et des parents, l'évêque Simon de Clermont fixa pour la première soit 23 personnes. fois l'effectif Mais du ce personnel chiffre dut en s'adapter 1308: 11 à frères la conjoncture, (3 prêtres particulièrement et 8 laïcs) et 12 soeurs, défavorable durant la guerre de Cent Ans. Les comptes ne laissent apparaître que 15 frères et sœurs en 1377, 7 en 1379 et seulement 6 en 1404. Quand les frères vinrent à se raréfier à partir des XIV-XV siècles, il arriva que les sœurs élisent un maître choisi parmi les clercs réguliers extérieurs à l'hôpital.

En 1646, Mgr Augustin Potier, évêque soucieux des institutions charitables s'il en fut et fondateur du premier Bureau des pauvres, souhaita réformer la communauté hospitalière; les sources indiquent en effet parfois un certain relâchement. Il ajouta un règlement pour les sœurs, insistant tout particulièrement sur l'assistance à la prière, la méditation et l'obéissance. Il fit venir trois soeurs augustines de l'Hôtel-Dieu d'Abbeville pour les instruire de leur mode de vie. Elles changèrent d'habit pour signifier leur nouveau statut de sœurs cloîtrées; le costume des frères et des sœurs avait changé au XVIe siècle, celui des femmes consistant en une robe de laine noire non teinte (en fait rousse) avec un rochet blanc et un tablier noir, recouverts, pour le chœur et la ville, par une chape noire ; à partir de 1646, l'habit des soeurs devint entièrement noir comme celui des religieuses d'Abbeville. En juillet 1651, l'établissement comptait la mère supérieure, 21 religieuses et encore 3 religieux, mais les derniers frères disparurent en 1664. Vers 1789, l'Hôtel-Dieu avait 21 professes, 4 novices, 7 tourières et données ; y travaillaient aussi 3 prêtres, 2 chantres, un clerc, un agent, 2 domestiques et un jardinier.

De fondation épiscopale comme le rappelle un acte émanant de la chancellerie royale en 1368, l'Hôtel-Dieu n'en a pas moins gagné une grande autonomie à partir du XIIIeme siècle et les évêques de Beauvais essayèrent périodiquement de faire peser leur tutelle. En 1035, il est évident que la dotation était à la disposition de l'évêque Dreux qui choisit de la diminuer au profit de sa fondation : le monastère Saint-Symphorien. En 1183, le privilège de Lucius III sauvegardait la juridiction épiscopale sur la communauté hospitalière. Le maître se trouvait sous l'autorité de l'évêque-comte de Beauvais, mais ce dernier n'intervenait pas dans son choix. La règle promulguée par le cardinal-légat en 1246 garantissait l'élection du maître par la communauté. En 1308, en concertation avec les frères et les sœurs, l'évêque Simon de Clermont fixait un numerus clausus ; il reconnaissait à la communauté son droit d'élire le maître et la maîtresse, et d'une enquête, mais il le subordonnait à son approbation finale. À la suite d'un nouveau litige et d'une enquête, l'évêque Jean de Marigny, le 31 mars 1328, dut admettre que le droit d'élire le maître appartenait aux religieux et religieuses, tout comme celui de recevoir de nouvelles recrues et d'exercer la correction sur les membres de la communauté en fonction des règles. Par qui conséquent,auraient été reçus en habit séculier, pour approbation au bout d'un an n'avait qu'une juridiction majeure qui ne s'exerçait que par voie d'appel ; la juridiction spirituelle immédiate sur les frères et les sœurs relevait du maître, ainsi que le choix des confesseurs et de la maîtresse des religieuses. Le pape Jean XXII ratifia ces dispositions le 19 décembre 1321. Et encore après la réforme de 1646, les religieuses conservèrent leur privilège d'élire leur supérieur, qui fut toujours un chanoine régulier de saint Augustin, voire un Prémontré à une occasion.

Au cours du XIV siècle, de nombreux procès opposèrent l'évêque et la communauté hospitalière qui cherchait à s'émanciper. En 1358, le Parlement reconnut à la communauté hospitalière le droit d'examiner les comptes rendus par le procureur (choisi par le maître) sans la présence de l'évêque qui prétendait avoir un droit de regard. Mais le 9 janvier 1394, le Parlement confirmait à l'évêque le droit de visite et de correction sur l'Hôtel-Dieu que lui contestaient les frères et les sœurs. Par conséquent, l'évêque réussit à s'ingérer quelque peu dans la vie de l'établissement. Ses représentants furent présents en 1401 lors de la reddition des comptes réalisée devant la communauté hospitalière. Mais en 1458, le Parlement débouta l'évêque qui prétendait que les comptes soient rendus en sa présence et non devant le chapitre hospitalier seul...

La tutelle de l'évêque sur l'Hôtel-Dieu fut de plus en plus disputée par la municipalité, le roi et le chapitre cathédral (à qui l'on avait demandé de participer aux frais de reconstruction en 1366). D'une manière générale, la recherche de contrôle royal sur l'administration des hôpitaux se fit plus pressante au XV ème siècle. Le 25 juillet 1561, un édit de François II tenta pour la première fois de mettre l'hôpital en la main du roi par l'intermédiaire d'administrateurs devant être commis par le corps de Ville (les maire et pairs). Mais cette décision se heurta à la résistance de l'Hôtel-Dieu et resta sans exécution malgré un arrêt du Parlement du 25 janvier 1563. Une crise aiguë s'ensuivit. Le 30 avril 1565, un arrêt du Parlement ordonna que le maire et les pairs de Beauvais instituent 5 administrateurs, mais la communauté hospitalière répliqua que leur maison n'étant pas mal administrée, la disposition royale ne pouvait s'appliquer à eux. Un arrêt du 26 juillet 1565 confiait l'administration de l'Hôtel-Dieu à la municipalité et au chapitre cathédral, mais ce dernier recula devant l'hostilité des frères et des sœurs et le 2 octobre 1565, un arrêt de la chambre des vacations du Parlement exemptait le chapitre de l'administration de l'hôpital et réduisait son intervention à la présence de 2 chanoines à la rédaction des baux à terme. En février 1566, la municipalité chercha à effectuer une visite de l'Hôtel-Dieu, mais les sœurs se révoltèrent. Par conséquent, un nouvel arrêt du Parlement, le 17 mai 1566, accordait aux sœurs le droit de participer au gouvernement de leur maison. Mais la situation restait conflictuelle, au détriment de la bonne marche de l'établissement. Un accord plus stable déboucha sur l'arrêt du Parlement du 29 novembre 1570, qui confiait de nouveau l'administration spirituelle et la gestion temporelle au maître (élu par les frères et les soeurs) et à sa communauté, mais les administrateurs gardaient un droit de contrôle. En effet, le maître conservait la gestion des revenus, mais il ne pouvait faire des baux ou constituer des rentes sans en rendre compte aux Trois-Corps: l'évêque' le chapitre cathédral et le Corps de Ville, dont les représentants se réunissaient en bureau tous les premiers lundis du mois et avaient le droit de visite dans l'établissement.

En 1346, les troupes du roi d'Angleterre Edouard III, après avoir nargué le Valois Philippe VI en approchant Paris, remontèrent vers le nord. Devant le danger, le capitaine de la garnison de Beauvais fit détruire l'hôpital, afin qu'il ne puisse constituer un refuge pour les Anglais. Le roi Plantagenet, pressé par les hommes du roi de France, se contenta de brûler le faubourg Gaillon avant de se diriger vers Amiens. Ayant perdu leurs bâtiments, les frères et sœurs de l'Hôtel-Dieu se replièrent avec les malades à l'intérieur de l'enceinte urbaine, dans diverses maisons qui leur appartenaient (comme celle des Trois-Piliers) et d'autres qui leur étaient prêtées ou louées. L'emplacement du nouvel hôpital fut vite une maison avec cellier, qui servait à l'entrepôt de leur vin, située sur l'importante rue menant à la Porte Saint-Laurent et juste en face de l'église collégiale Saint-Laurent. juin 1367, l'évêque-comte Jean de Dormans autorisa la communauté à avancer sur la voirie les cinq piliers de fondation de sa nouvelle chapelle. Les travaux de reconstruction des bâtiments s'étalèrent sur un tiers de siècle. En 1379, on apportait les cloches. L'ensemble immobilier s'étirait le long de la chaussée d'Amiens et était cloisonné à l'ouest l'hôpital par la butte était Sainte-Marguerite circonscrit par une et au maison, nord par donnée le rempart en 1235 et par la porte Pierre Saint-Laurent. de la Fromenterie, Au sud,et par l'hôtel des religieux de Breteuil, qui longeaient tous les deux la rue de la porte de Grez (actuelle rue Gui Patin). Le bâti présentait la structure qu'il conserva en grande partie jusqu'au XIXème siècle. La grande salle des malades se trouvait au nord de l'ensemble, contre le rempart; cette situation trop exposée aux dangers explique le repli des malades dans le réfectoire pendant le siège de 1472. Elle était éclairée côté nord par 4 baies qui donnaient malheureusement sur le mur de l'enceinte; en 1548, un verrier réalisa un vitrail représentant une apparition de la Madeleine et une Vierge à l'Enfant Jésus. Des plans de l'époque moderne montrent que cette salle avait deux nefs, avec des planches de bois qui séparaient les hommes et les femmes. Elle donnait aussi sur la cuisine des pauvres et, à son extrémité orientale, sur une chapelle. Une entrée, constituée d'un vestibule, jouxtait aussi la chapelle et la salle des malades et donnait sur la rue principale. À l'ouest de la salle des malades se trouvait une cour peu étendue avec les bâtiments utilitaires (foulerie, fournil, pressoir, grange à bois), dont la disposition et la destination ont sans aucun doute évolué au fil du temps. Ainsi, en 1483, on aménagea un dortoir pour les nourrices dans une ancienne étable. La partie sud de l'îlot était réservée à la communauté (le « moùtier» du XVe siècle), connu par des plans qui ne sont pas antérieurs au XVIIIe siècle. On y trouvait le dortoir et le réfectoire et, donnant sur la rue principale, la chapelle de l'Hôtel-Dieu (qui bénéficia sans doute d'une reconstruction au début du XVIe siècle, car un testament la nomme «église neuve» en 1512). Elle était dédiée à saint Jean-Baptiste dès 1197 et comportait un autel Saint-Eustache dès 1269. La prière pour les morts occupait une place importante dans les offices dès le début du XIIIe siècle. Source de revenus pour la communauté hospitalière et les malades, elle donna lieu à la confection d'obituaires. Le cimetière particulier de l'Hôtel-Dieu resta après 1346 à son ancien emplacement extramuros.

Les personnes accueillies à l'Hôtel-Dieu de Beauvais étaient dès l'origine diverses: malades, pèlerins, orphelins et toutes personnes dépendantes. Toutes étaient logées dans la grande salle des malades. Dès 1471, on établit à part les accouchées et les orphelins (« maison des enfants», on en comptait 16 en 1521), de même que les pestiférés étaient isolés dans une maison à part au XVIe siècle. En 1522, 240 pauvres étaient hébergés l'Hôtel-Dieu. Dans les périodes normales, la capacité d'accueil était d'une centaine de personnes. En effet, un plan du XVIIIème siècle permet de compter 48 lits dans la grande salle des malades, sachant qu'on pouvait coucher deux personnes par lit. Un autre plan de la même époque désigne l'église comme « salle militaire » ; en effet, depuis Louis XIV, l'hôpital se plaignait de recevoir de nombreux soldats qui monopolisaient les lits d'hommes. Toutefois, depuis la création du Bureau des pauvres en 1653, une partie des assistés n'avait plus à solliciter l'Hôtel-Dieu qui, vers 1789, accueillait 800 malades par an, sans compter les externes. La médicalisation avait progressé au cours du XVIIème siècle, quand est attestée une apothicairerie administrée par une « sœur apothicairesse» qui fournissait en « drogues » auprès des apothicaires de la ville mais préparait également les confitures, onguents et autres huiles utilisés pour le soulagement des malades.

Soutenir autant de malades et de pauvres impliquait une solide dotation. Son noya était sans doute à l'origine issu de la mense épiscopale, ce qui expliquerait pourquoi l'évêque Dreux retira une dîme en 1035. Mais les sources conservées attestent d'un afflux de dons à partir de la fin du XIIe siècle, provenant de la générosité des évêques et des chanoines de Beauvais, de l'aristocratie régionale, des bourgeois de la cité, etc., de leur vivant ou par testament: maisons et terres, cens et loyers, récoltes agricoles, rentes seigneuriales, objets (livres, literie, tonneaux, etc.). Il faut aussi compter les petites aumônes manuelles anonymes. Un tronc pour l'Hôtel-Dieu est attesté à la Porte de Grez en 1261


L'hôpital traversa la Révolution, mais les soeurs augustines furent remplacées par des hospitalières libres en 1792. En vertu de la loi du 16 vendémiaire an V (7 octobre 1796), l'Hôtel-Dieu et le Bureau des Pauvres furent unis et renommés Hospices Civils de Beauvais. Les Augustines y firent leur retour en 1817. Les bâtiments furent reconstruits au XIXe siècle et l'activité hospitalière s'y poursuivit jusqu'en 1986.
HotelDieuSaintJeanDeBeauvais (Formulaire de saisie HOFRAME), écrite par WikiAdmin
créée le 29.06.2020 à 16:14, mise à jour le 29.06.2020 à 16:14.

Hôtel-Dieu Saint-Jean de Béthisy-Saint-Pierre

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Oise (60)
Adresse postale : mairie
Code postal : 60320
Ville : Béthisy-Saint-Pierre
Ancien diocèse : Soissons
Doyenné : Saint-Pierre de Béthisy-Saint-Pierre
Ancienne paroisse : Saint-Pierre de Béthisy-Saint-Pierre
Date de première mention : 01.01.1206
Certitude des dates de 1ère mention : Année approximative, Jour et mois approximatifs
Certitude des dates de dernière mention : Non renseignée
Localisation sur le terrain : Indéterminée
Description des vestiges : Aucun vestige en 1836 déjà.
Devenir de l'établissement : Ecole au milieu du XIXème siècle
Etat du bâti : Inexistant
Bibliographie : Dinet-Lecomte Marie-Claude et Montaubin Pascal Les hôpitaux de Picardie du Moyen Âge à la Révolution, Amiens, Encrage, 2014.
Commentaires : Aurait été fondé en 1206. Disposait d'une chapelle dédié à Saint Jean, dont le revenu était estimé à 15 livres, 12 sous et 6 deniers selon les comptes de décimes de 1362 (en fait 1371).
HotelDieuSaintJeanDeBethisySaintPierre (Formulaire de saisie HOFRAME), écrite par WikiAdmin
créée le 29.06.2020 à 17:00, mise à jour le 29.06.2020 à 17:00.

Hôtel-Dieu Saint-Jean-Baptiste

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Somme (80)
Adresse postale : 43, rue Saint-Leu
Code postal : 80000
Ville : Amiens
Ancien diocèse : Saint-Firmin-le-Confesseur (1169-1181 / 1236-1241)
Doyenné : Saint-Firmin-le-Confesseur
Ancienne paroisse : Saint-Firmin-le-Confesseur
Date de première mention : 01.01.1203
Certitude des dates de 1ère mention : Année approximative, Jour et mois approximatifs
Date de dernière mention : 01.05.1940
Certitude des dates de dernière mention : Année confirmé, Jour et mois approximatifs
Mobilier archéologique : Les bâtiments de l'Hôtel-Dieu d'Amiens ont brûlé dans les bombardements allemands de 1940. Par arrêté du Ministère d'État char des Affaires culturelles en date du 9 Février 1965, '(z inscrits sur l'inventaire supplémentaire Monuments historiques les vestiges de la • Salle Jean » située rue Saint Leu (figurant au cadastre dans la section G, quartier de l'Hôtel-Dieu, parcelle 12 p, contenance 615 mi).

4.1.1 Amiens, Musée de Picardie

M.P.998.5.1 : Cloche de l'Hôtel-Dieu — Datation: 1715. Matériau: fonte de fer. Dimensions: diamètre 0,58 m. ; hauteur 0,64 m. ; circonférence de la base = 1,76 m. ; circonférence au le plus haut 1 m. Mode et date d'acquisition : dépôt par la commune d'Amiens en 1998.

Les trois objets suivants on été donnés par la commission des hospices au Musée de Picardie sans que l'établissement qui jadis en était propriétaire ne soit précisé dans les inventaires du musée M.P,554: Bas-relief représentant la Nativité Datation : s.d. Matériau: pierre. Dimensions: hauteur s 0,35 m, ; longueur = 0,89 m, ; profondeur = 0,13 m. Mode et date d'acquisition: don de la commission des hospices, en 1887 ?

M.P.555: Sculpture représentant la Circoncision — Datation: s.d. Matériau: pierre. Dimensions: hauteur s 0,35 m, ; longueur 0,85 m. ; profondeur = 0,13 m. Mode et date d'acquisition: don de la commission des hospices en 1887.

P.992.4.41: Sculpture représentant la Présentation au temple — Datation : XVIème siècle. Matériau: chêne, Dimensions: hauteur 0,30 m. ; longueur 0,35 m. Mode et date d'acquisition: don de la commission des hospices, en 1875
Première reconnaissance pontificale : Confirmation de Innocent IV le 9 février 1245
Etat du bâti : Bâtiment en ruines
Bibliographie : Dinet-Lecomte Marie-Claude et Montaubin Pascal Les hôpitaux de Picardie du Moyen Âge à la Révolution, Amiens, Encrage, 2014.
Commentaires : Il devait y avoir à Amiens une institution d'assistance liée à l'église cathédrale depuis la fin de l'Antiquité, mais rien ne l'atteste avant le XIIe siècle. Une maladrerie existait hors les murs dès 1152 et portait le vocable de Saint-Lazare dès 1221. Les origines de l'Hôtel-Dieu d'Amiens restent mal connues. L'évêque Thibaud Briton (1169-1204), issu par sa mère des seigneurs d'Heilly et grand réformateur des établissements religieux de son diocèse, en apparaît le fondateur principal. Entre 1169 et 1181, avec le consentement des prêtres de la cité, puis la confirmation du pape Alexandre III, il affecta la caritas (sans doute des revenus gérés par les curés et redistribués aux pauvres dans le cadre paroissial) pour doter le nouvel hôpital, ce qui expliquerait l'absence à Amiens de tables des pauvres ailleurs fréquentes dans les villes de la France du Nord. Thibaud fournit aussi le terrain pour la construction, aux abords nord-ouest du groupe cathédral situé dans L'établissement à l'angle nord est du vieux castrum gallo-romain, à proximité de la rivière du Hocquet.

Placé sous le vocable de Saint-Jean, attesté dès juin 1223, resta la seule institution charitable connue de la cité avant 1233. Il ne reste aucune trace de cette première qui comprenait une chapelle, une aula (grande salle) et qui fut abandonnée malgré la résistance d'une partie de la communauté en 1236-1241 pour laisser place à la construction de la nouvelle église collégiale et paroissiale Saint-Firmin-le-Confesseur, elle-même transférée en raison de l'élévation de la cathédrale gothique, décidée après l'incendie de 1218 et décision qui impliquait de l'évêque une complète Évrard restructuration de Fouilloy (1211-1222), du quartier suivi par ses successeurs, et en concertation avec les autres partenaires ecclésiastiques et les autorités civiles (roi, commune), l'hôpital fut déménagé 450 mètres plus au nord sur le côté ouest de l'ancienne romaine, ici dénommée Chaussée Saint-Leu, dans un quartier dynamique de fonds de vallée parcouru par une douzaine de bras de la Somme et protégé par la nouvelle enceinte de la fin du XIV siècle. Il fallut trouver un arrangement en 1238, puis en 1248 avec le monastère Saint-Martin-aux-Jumeaux, patron de la paroisse Saint-Leu, sur le territoire de laquelle s'installait l'institution, ce qui n'empêcha pas des litiges par la suite (par exemple en 1249-1279, 1396). L'établissement se développa à cet emplacement, récupérant au fil des ans maisons et parcelles limitrophes pour s'agrandir au nord et à l'ouest, jusqu'aux bombardements allemands de mai 1940 qui le ruinèrent totalement.

L'aménagement des nouveaux bâtiments reste méconnu avant l'époque moderne. Une porte donnait sur la rue Saint-Leu. Selon les statuts de 1233, il faut supposer la juxtaposition de pièces spécifiques pour le personnel : trois dortoirs (pour les prêtres, les frères, les sœurs), deux réfectoires (pour les frères et pour les soeurs). La salle de réunion du chapitre et la chapelle Saint-Jean étaient communes. Une seconde chapelle, dédiée à Saint Nicolas (dite aussi de la Conception à partir du XVe siècle) fut construite peu avant 1279 aux frais d'Isabelle et Marie de Béthisy dans le cimetière. Elle fut démolie en 1851. La salle des malades longeait un bras de la Somme ; elle fut réparée après l'incendie de 1386 et se trouvait de nouveau en piteux état vers 1527. Elle fut reconstruite en style gothique flamboyant de 1529 à 1531, grâce en particulier au mécénat d'Adrien de Hénencourt, doyen du chapitre cathédral, et de Jeanne de May, veuve de l'échevin Jean du Gard. On peut encore voir sa carcasse ruinée depuis 1940. En raison de la multiplication des épidémies, la municipalité finança la construction d'une salle pour les pestiférés en 1520, dans les jardins de l'Osière sur l'île du béguinage, à l'ouest; la municipalité autorisa à la démolir le 4 décembre 1675.

La communauté hospitalière apparaît structurée dès la fondation en 1169-1181 : elle comptait un maître (magister), Osbertus étant le premier connu, et des frères. Un chapelain est attesté dès 1199. La première mention des soeurs ne date que de mars 1221, mais cette apparition plus tardive tient sans doute à la nature des sources conservées. Pour régler les affaires temporelles, un provisor était pris parmi les frères ou les dignitaires du chapitre cathédral. En juin 1233, l'évêque Geoffroy d'Eu accorda des statuts, dont le modèle aurait été pris à l'hôpital de Montdidier. Le pape Innocent IV les confirma le 9 février 1245. La communauté hospitalière comptait 15 personnes: 2 prêtres, 1 clerc, 4 convers laïcs, 8 soeurs,

Outre les serviteurs laïques dans l'hôpital et ses domaines ruraux. Ils élisaient parmi les prêtres le magister, qui détenait le pouvoir de correction sur tout le personnel; les hommes désignaient une sœur chargée de commander aux autres sœurs et aux servantes. Ils élisaient aussi un procurator exteriorum (frère, sœur ou tiers), chargé pour un an de traiter les affaires externes et de garder l'argent. Les postulants étaient soumis à un noviciat d'un an, avant d'être éventuellement cooptés par la communauté et de prononcer les trois vœux d'obéissance, de chasteté et de renonciation à la propriété Personnelle. Frères et soeurs vivaient séparément, au rythme des prières, des repas et du repos en commun selon le modèle augustin. Les frères disparurent au XVIème siècle.

Pour faire face à ses obligations, l'institution disposait d'une solide dotation économique commencée dès sa fondation, comme en témoigne le privilège de confirmation des biens délivré par Alexandre III en 1169-1181, qui accordait quelques exemptions fiscales. Rapidement et tout au long des siècles, l'Hôtel-Dieu bénéficia de la générosité de multiples donateurs de tout rang: évêques, chanoines, rois, princes, seigneurs bourgeois, etc. Il accumula ainsi une grande quantité de biens fonciers, s, qui étaient gérés de dynamique comme en témoignent le chartrier (à partir de 1169-1181), les deux cartulaires (XIIIe siècle) et cueilloirs (avant 1238, 1277, 1416), les séries de comptes et de baux à
Cet enrichissement traduit l'intérêt des donateurs pour les prières des malades pauvres et de la communauté hospitalière, qui se manifeste dès la fin du XII' des fondations de chapellenies, d'obits, de messes, et des dons de diverses natures par recensent les chartes et les obituaires. Une confrérie des archers Saint-Sébastien était établie à l'Hôtel-Dieu dès 1695, 1439. enregistrée S'ajouta par au arrêt Parlement du Conseil le 3 du mars roi 1696, du 13 le juillet rattachement 1695 et lettre patente de septembre maladreries de la Madeleine d'Amiens, de celles de Villers-Bocage, Béhencourt, pont.

Noyelle, Bussy-lès-Daours, Flesselles, Hébécourt, Tronville, de Bonnay décembre et de 1697, Boves, enregistrées puis par arrêt du Conseil du roi du 22 juin 1697 et lettres patentes au Parlement le 6 mars 1698, le rattachement de l'hôpital de Boves.

L'Hôtel-Dieu d'Amiens fut dès l'origine sous le contrôle de l'évêque, comme l'indiquent le privilège pontifical de 1169-1181 et encore les statuts de 1233, qui réclament du maître une obéissance totale au prélat. Toutefois, en 1219, l'évêque Évrard de Fouilloy délégua la supervision de l'hôpital au pénitencier, nouveau dignitaire créé dans le chapitre cathédral. La commune et le roi cherchèrent à maintes reprises, surtout à partir du XIVe siècle, à s'ingérer dans l'administration de l'Hôtel-Dieu, sans réussir à évincer l'évêque. Néanmoins, l'hôpital dut reconnaître devant le bailli en 1326 que la police appartenait au roi et à la commune (titulaire de la prévôté depuis 1292) à l'intérieur de [112] son enceinte hormis la chapelle. En 1343, l'échevinage obtint de l'établissement qu'il accueille les enfants trouvés de la ville. Il entretint dès 1447 un chirurgien à l'Hôtel-Dieu, nommant alors maître Jean de Dury, avec un salaire de 8 livres par an, en remplacement de feu maître Robert de Rieu. Plus pressantes à la fin du XVe siècle et durant tout le XVIt siècle, les ingérences de l'échevinage débouchèrent sur de longs procès devant le bailliage et le Parlement de Paris. Mais, les évêques et, en particulier Geofroy de la Marthonie, proche de la Ligue, résistèrent. Ainsi, le statut de l'Hôtel-Dieu resta inchangé jusqu'à la Révolution pour le plus grand déplaisir de Jean Colombier, inspecteur général des hôpitaux qui ne manqua pas de relever cet «archaïsme» lors de sa visite en décembre 1784. Or, loin d'être une simple survivance du passé, la tutelle épiscopale profita de la Réforme catholique pour s'imposer davantage aux XVIle et XVIlle siècles. À la faveur de la refondation de la communauté religieuse, l'évêque appliqua avec zèle les prescriptions hospitalières du concile de Trente. François Faure et ses successeurs réformèrent, visitèrent et confièrent la totalité du gouvernement des pauvres à la supérieure des religieuses sans que le maître en prenne ombrage, puisque élu par les religieuses, il apparaissait comme l'homme de confiance de la communauté et de l'évêque. À l'image des autres communautés religieuses, l'oraison y était très pratiquée, mais elle ne devait pas gêner le service des malades.

Désormais, la supérieure qui cumulait la fonction d'économe, veillait à la bonne marche de l'établissement. Elle présentait les comptes à l'évêque, aux receveurs de la ville et, le cas échéant, à l'intendant. Elle prenait soin d'alimenter une caisse subsidiaire' appelée « coffre fort » dans les comptes depuis 1708 où elle déposait dons et dots de façon à compenser les déficits en cas de crise. Avec l'aide des « dépensières » et du prêtre revenus procu-en reur, elle gérait un patrimoine Comme dans foncier la plupart et immobilier des hôtels-Dieu, qui fournissait le tiers les restant 2/3 des était assuré

argent et en nature. rapport entre des dons, 30 et des dots du et total des des pensions. dépenses. Selon Les les gages années, des le domestiques poste alimentaire et la pharmacie ne représentaient qu'une part infime des dépenses alors que le paiement de rentes et le montant des réparations des bâtiments grevaient davantage le budget ; à tel point que la supérieure demanda d,aliéner si 72 l'affaire maisons, n'aboutit devenues pas, trop car onéreuses, contraire selon pour Calonne acquérir des aux biens dispositions plus intéressants des édits de 1749 et 1780 relatifs aux biens de mainmorte, elle témoigne néanmoins d'une volonté de rentabiliser le patrimoine (estimé à la fin de l'Ancien Régime à 85 maisons et plus de 1800 hectares de terres ou de bois) pour servir les intérêts des pauvres malades. En 1792, on estimait les revenus de l'établissement à 86116 livres avant la Révolution.

Depuis longtemps, l'hôpital accueillait un public important. Aux dires de la communauté en 1434, 300 pauvres y trouvaient logement et nourriture chaque jour. Les comptes de 1459-1460 révèlent une aire d'attraction des malades qui couvre l'ensemble du diocèse d'Amiens, voire un peu au-delà. À quelques nuances près, les effectifs, variables selon la conjoncture, des sont familles comparables bourgeoises.
HotelDieuSaintJeanBaptiste (Formulaire de saisie HOFRAME)
créée le 28.06.2020 à 14:00, mise à jour le 28.06.2020 à 14:10.

Hôtel-Dieu Saint-Jean-Baptiste d'Albert

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Somme (80)
Adresse postale : Rue Gambetta
Code postal : 80300
Ville : Albert
Ancien diocèse : Amiens
Doyenné : Saint-Gervais-Saint-Protais-d'Albert
Ancienne paroisse : Saint-Gervais-Saint-Protais-d'Albert
Date de première mention : 28.01.1197
Certitude des dates de 1ère mention : Année confirmée, Jour et mois confirmés
Date de dernière mention : 01.01.1932
Certitude des dates de dernière mention : Année confirmé, Jour et mois approximatifs
Population de l'établissement : Pauvres de la paroisse à partir du XVIIème siècle
Mention dans les pouillés : Pouillé de 1301.
Première reconnaissance pontificale : Bulle de Célestin III du 28 janvier 1197 autorisant à avoir un chapelain prêtre dans l'oratoire de l'hôpital
Etat du bâti : Bâtiment en ruines
Bibliographie : Dinet-Lecomte Marie-Claude et Montaubin Pascal Les hôpitaux de Picardie du Moyen Âge à la Révolution, Amiens, Encrage, 2014.
Commentaires : Léproserie en fonction dès 1175 à Encre (devenue Albert en 1620), l'hôpital est quant à lui attesté à partir de la bulle du pape Célestin III, le 28 janvier 1197, qui l'autorisait à avoir un chapelain prêtre dans son oratoire. Cette chapelle, taxée de 10 sous dans le pouillé de 1301, était dédicacée à saint jean (Baptiste) dès 1202. A cette date, une soeur (pauper hospitalaria) se rendit à la curie romaine pour se plaindre des exactions du curé d'Encre qui extorquait le paiement d'une dîme à l'hôpital. La communauté hospitalière était aussi formée par un maître et des frères qui sont connus à partir de 1281.
Les seigneurs d'Albert étaient considérés comme les fondateurs de l'Hôtel-Dieu, soit au XIIème siècle les comtes de Saint-Pol, puis à l'époque moderne le duc d'Humières, le comte de Toulouse, puis le duc de Penthièvre.
L'établissement développa une politique d'acquisition de biens temporels que l'on repère à partir de 1227.
HotelDieuSaintJeanBaptisteDAlbert (Formulaire de saisie HOFRAME), écrite par WikiAdmin
créée le 27.06.2020 à 16:00, mise à jour le 27.06.2020 à 16:00.

Hôtel-Dieu Saint-Martin de Chambly

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Oise (60)
Adresse postale : mairie
Code postal : 60230
Ville : Chambly
Ancien diocèse : Beauvais
Doyenné : Beaumont-sur-Oise
Ancienne paroisse : Saint-Martin de Chambly
Date de première mention : 01.01.1320
Certitude des dates de 1ère mention : Année approximative, Jour et mois approximatifs
Date de dernière mention : 01.01.1803
Certitude des dates de dernière mention : Année confirmé, Jour et mois approximatifs
Description des vestiges : Aucun vestige
Mention dans les pouillés : Pouillés de Beauvais vers 1320
Première reconnaissance ecclésiastique : Evêque de Beauvais dès 1320.
Etat du bâti : Inexistant
Bibliographie : Dinet-Lecomte Marie-Claude et Montaubin Pascal Les hôpitaux de Picardie du Moyen Âge à la Révolution, Amiens, Encrage, 2014.
Commentaires : Aurait été fondé par Pierre de Chambly au XIIIème siècle et aurait reçu des dons de Saint Louis. Chapelle érigée en 1292. Il est attesté dans le pouillé du diocèse de Beauvais vers 1320. Il est sous la garde et jurisprudence de l'évêque de Beauvais jusqu'à la Révolution. Une chapellenie y avait déja été fondée par Philippe de Letrasson avant 1320. Taxe de 16 livres de revenus et se trouvait placée sous le patronage de l'évêque de Beauvais.
HotelDieuSaintMartinDeChambly (Formulaire de saisie HOFRAME), écrite par WikiAdmin
créée le 03.07.2020 à 10:12, mise à jour le 03.07.2020 à 10:12.

Hôtel-Dieu Saint-Nicolas

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Somme (80)
Adresse postale : Avenue du rivage
Code postal : 80100
Ville : Abbeville
Ancien diocèse : Amiens
Doyenné : Saint-Nicolas d'Abbeville
Ancienne paroisse : Saint-Nicolas d'Abbeville
Date de première mention : 26.03.1155
Certitude des dates de 1ère mention : Année confirmée, Jour et mois confirmés
Date de dernière mention : 01.05.1940
Certitude des dates de dernière mention : Année confirmé, Jour et mois approximatifs
Première reconnaissance pontificale : Urbain III 26 mai 1186-1187 confirma à l'évêque d'Amiens la juridiction
Etat du bâti : Bâtiment en ruines
Bibliographie : Dinet-Lecomte Marie-Claude et Montaubin Pascal Les hôpitaux de Picardie du Moyen Âge à la Révolution, Amiens, Encrage, 2014.
Commentaires : Le principal hôpital d'Abbeville apparaît dans les sources au milieu du XIIe siècle et sa création ne semble pas être antérieure. L'institution est attestée à partir du 26 mars 1155: une charte du comte Jean de Ponthieu montre que cette maison des malades était
tenue par des frères, qu'elle accumulait des revenus (en l'occurrence la dime de la forêt de Gaden que lui concédait le comte) et qu'elle était placée sous la haute juridiction de l'évêque d'Amiens (Thierry fut sollicité pour confirmer le transfert de propriété et ce type de démarche fut aussi réalisé par ses successeurs). Le pape Urbain III, par une bulle du 26 mai 1186-1187, confirma à l'évêque d'Amiens la juridiction (tuitio et ordinatio) sur la communauté hospitalière, un privilège que lui avait déjà accordé le pape Alexandre III (en1181 au plus tard).
La générosité des comtes de Ponthieu se manifesta encore da vantes. En 1158, le comte Jean donna un terrain contigu à la maison ns les des décennies frères construire une chapelle en l'honneur de la Vierge, de saint Nicolas sui ce que l'évêque Thierry confirma en 1160. L'établissement porta désormais ln saint Nicolas, dont l'effigie figure sur son sceau dès le siècle. Le de p fut un des grands bienfaiteurs de l'établissement, il en assura le premier
La communauté hospitalière se développa et s'organisa. En 1158, il d, confrérie (fraternitas), dite de Saint-Nicolas, constituée d'un prévôt et de frères novembre 1164, et l'un d'entre chargé protection, de gérer à la condition les revenus de de lui la verser communauté. cinq sous En le 1176, jour de l'évêque la Saint-Firmin. .d'Amiens la prit sous sa le droit d'élire son prévôt. ce dernier était aussi parfois appelé provisor (1197), puis habituellement maitre (dès 1201 et jusqu'à la Révolution). Les frères tenaient un 1184. Quant aux sœurs, elles n'apparaissent dans les sources qu'à partir de 1233, est probable que leur présence à l'hôpital ait été bien antérieure ; elles étaient placées sous le patronage de Sainte Marthe dès 1646.
L'établissement fit rapidement confirmer ses droits et ses biens par la papauté, qui les prit sous sa protection : bulles d'Alexandre III (12 mai 1160-1176, 29 novembre 1164), Urbain III (26 mai 1186-1187), Célestin III (2 juin 1193), Innocent III (1er juin 1201), Grégoire IX, (22 avril 1233, 27 janvier 1237), etc. Les rois de France apportèrent aussi leur protection à l'hôpital : lettres d'amortissement de Philippe IV (mai 1295), de Charles VI (16 décembre 1407), de confirmation des droits et biens par Louis XI (février 1476), etc,
L'évêque d'Amiens Arnould de la Pierre donna des statuts à l'Hôtel-Dieu d'Abbeville en avril 1243 (ancien style), qui fixaient la discipline interne et la composition de la communauté : deux prêtres (dont un était élu maître), un clerc, quatre frères lais et cinq sœurs. Le noviciat devait durer un an au bout duquel étaient prononcés les trois vœux (chasteté, obéissance, renoncement aux biens) ; l'habit était fait de laine écrue avec une croix verte. La propriété était collective et un procureur, homme ou femme, était chargé des affaires temporelles, de la garde de l'argent et devait présenter les comptes au maitre et au conseil au moins sept fois par an. Ce règlement de 1243 fut confirmé par l'évêque Guillaume de Mâcon en 1285. Mais après une visite, ce prélat apporta quelques modifications aux statuts le 13 mai 1296. Pour assurer l'équilibre économique de l'hôpital, il limita la communauté à 15 personnes (deux prêtres, un clerc, quatre convers lais, six sœurs, deux servantes) et le nombre des malades hébergés à 12 en même temps, hommes ou femmes, les convalescents ne pouvant rester plus de sept jours. Une maîtresse des sœurs est attestée dès 1246 ; elle était élue parmi les sœurs pour trois ans, avec possibilité d'être réélue une fois.
La juridiction épiscopale s'exerça sur l'établissement jusqu'à la Révolution, mais elle fut contestée à plusieurs reprises. Les registres de la municipalité d'Abbeville montraient que cette dernière faisait des dons à l'Hôtel-Dieu aux Xve et XVIe siècles
HotelDieuSaintNicolas (Formulaire de saisie HOFRAME)
créée le 26.06.2020 à 13:36, mise à jour le 27.06.2020 à 10:12.

Hôtel-Dieu Saint-Nicolas

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Somme (80)
Adresse postale : rue Victor Hugo
Code postal : 80440
Ville : Boves
Ancien diocèse : Amiens
Doyenné : Fouilloy
Ancienne paroisse : Saint-Nicolas de Boves
Certitude des dates de 1ère mention : Non renseignée
Description des vestiges : Aucun vestige
Première reconnaissance pontificale : Grégoire IX le place sous sa protection le 01/07/1240
Etat du bâti : Inexistant
Bibliographie : Dinet-Lecomte Marie-Claude et Montaubin Pascal Les hôpitaux de Picardie du Moyen Âge à la Révolution, Amiens, Encrage, 2014.
Commentaires : L'Hôtel-Dieu de Boves, situé dans la vallée de l'Avre près du pont et d'une écluse (attestée en 1569), fut fondé par les seigneurs de Boves au début du XIIIe siècle. Ils lui firent plusieurs dons, à commencer par Robert de Boves qui confirma une donation de son père en 1224. L'hôpital mena une active politique d'acquisition foncière au cours du XIIème siècle. Le 1er juillet 1240, le pape Grégoire IX prit l'établissement, dédié à saint Nicolas, le maître (attesté dès 1231) et les frères sous la protection apostolique, ce que le pape Urbain IV renouvela le 12 décembre 1263. Le 19 décembre 1263, ce même pontife permit la construction d'une chapelle avec un cimetière et une cloche.

L'établissement fut incendié, sans doute à la fin de la guerre de Cent Ans ou durant le conflit franco-bourguignon et sa vocation à accueillir les pauvres et les malades ne semble plus être régulièrement respectée aux XVIe et XVIle siècles. Gilles Dufour avait reçu du duc de Lorraine et sire de Boves, René II (1473-1508), l'administration de l'hôpital pour en jouir avec sa femme et ses enfants à titre viager, mais avec la charge de tout réédifier. Il avait ainsi fait bâtir un dortoir et une chapelle.
HotelDieuSaintNicolas2 (Formulaire de saisie HOFRAME), écrite par WikiAdmin
créée le 29.06.2020 à 17:16, mise à jour le 29.06.2020 à 17:16.

Hôtel-Dieu Saint-Nicolas

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Oise (60)
Adresse postale : Rue Jean Jaurès
Code postal : 60120
Ville : Breteuil
Ancien diocèse : Beauvais
Doyenné : Breteuil
Ancienne paroisse : Breteuil
Date de première mention : 01.01.1171
Certitude des dates de 1ère mention : Année confirmée, Jour et mois approximatifs
Date de dernière mention : 01.01.1945
Certitude des dates de dernière mention : Année approximative, Jour et mois approximatifs
Description des vestiges : Aucun vestige. Détruit lors de la Seconde Guerre Mondiale. Il subsiste la chapelle du XVIIIème siècle.
Mention dans les pouillés : Vers 1320
Etat du bâti : Bâtiment en ruines
Bibliographie : Dinet-Lecomte Marie-Claude et Montaubin Pascal Les hôpitaux de Picardie du Moyen Âge à la Révolution, Amiens, Encrage, 2014.
Commentaires : Attesté à partir de 1171, se situait dans le bourg, le long de la route d'Amiens. La tradition historiographique en fait la fondation du seigneur et des habitants de Breteuil, mais d'après le pouillé vers 1320, il est certain que le patron de cet établissement, aux revenus estimés à 100 livres était l'évêque de Beauvais et cette tutelle institutionnelle perdura jusqu'à jusqu'à la Révolution.
HotelDieuSaintNicolas3 (Formulaire de saisie HOFRAME), écrite par WikiAdmin
créée le 02.07.2020 à 17:56, mise à jour le 02.07.2020 à 17:56.

Hôtel-Dieu Saint-Nicolas d'Airines

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Somme (80)
Adresse postale : mairie
Code postal : 80270
Ville : Airaines
Ancien diocèse : Amiens
Doyenné : Saint-Denis d'Airaines
Ancienne paroisse : Saint-Denis d'Airaines
Date de première mention : 01.01.1199
Certitude des dates de 1ère mention : Année confirmée, Jour et mois approximatifs
Date de dernière mention : 01.01.1792
Certitude des dates de dernière mention : Année confirmé, Jour et mois approximatifs
Devenir de l'établissement : Actuellement une maison de retraite.
Etat du bâti : Bâtiment en ruines
Bibliographie : Dinet-Lecomte Marie-Claude et Montaubin Pascal Les hôpitaux de Picardie du Moyen Âge à la Révolution, Amiens, Encrage, 2014.
Commentaires : L'hôpital d'Airaines, attesté dès 1199, était placé sous la juridiction des comtes de Ponthieu.
HotelDieuSaintNicolasDAirines (Formulaire de saisie HOFRAME), écrite par WikiAdmin
créée le 27.06.2020 à 10:40, mise à jour le 27.06.2020 à 10:40.

Hôtel-Dieu Sainte-Anne

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Loire (42)
Adresse postale : Avenue des Monts du Soir
Code postal : 42600
Ville : Montbrison
Date de première mention : 01.01.1090
Certitude des dates de 1ère mention : Année confirmée, Jour et mois approximatifs
Population de l'établissement : Pauvres et malades et femmes en couche.
Devenir de l'établissement : Hôpital actuel
Etat du bâti : Autres
Commentaires : 1 - La fondation :

Volonté et persévérance des comtes de Forez, un acte surtout religieux (le pauvre est une figure du Christ).

- En 1090, Guillaume dit l'Ancien, comte de Lyon et de Forez, fonde en l'honneur de Dieu, de la Sainte Vierge et de tous les saints un hôpital de 15 lits munis de draps et couvertures pour le repos des pauvres. Il le place dans l'enceinte de son château de Montbrison (aujourd'hui la colline du Calvaire).

- Guillaume l'Ancien part pour la croisade après le concile de Clermont (1095) et meurt au siège de Nicée, en Asie Mineure, en 1097.

- L'hôpital périclite pendant 30 ans jusqu'à ce que, en 1130, Guy 1er, un autre comte, lui assure un financement, grâce à une taxe perçue sur les marchandises vendues sur les marchés.

- Les comtes suivants, Guy II et Guy III d'Outremer, dote aussi l'hôpital.

2 - L'hôtel-Dieu près de Notre-Dame : foi et charité

- La deuxième fondation est à l'initiative de Guy IV. C'est un excellent administrateur qui encourage le développement de Montbrison, sa capitale comtale située sur le Grand chemin de Forez, une voie de communication nord-sud très importante.

- En 1220, il transfère l'hôpital sur la rive droite du Vizézy, près du chantier de la future collégiale Notre-Dame (commencée en 1223), la "chapelle" qu'il voulait faire construire pour son tombeau.

- L'hôtel-Dieu Sainte-Anne et la collégiale Notre-Dame seront donc côte à côte pendant 755 ans. Voisinage révélateur : d'un côté la louange de Dieu, de l'autre l'hospitalité au nom de Dieu ("hôtel-Dieu"). Pour les comtes de Forez (et les gens du Moyen Age) la foi et la charité sont bien liées. Foi et charité... et si l'on ajoute que la collégiale est sous le vocable de Notre-Dame d'Espérance, on retrouve les trois vertus théologales. Nous sommes au temps de Saint Louis - il devient roi en 1226 - qui reçoit des pauvres dans son palais...


Premières lignes de la charte de fondation

3 - Du 14e au 16e siècle
(période où l'on possède peu de documents) : il y a des hauts et des bas suivant la prospérité ou les malheurs du temps.

- En 1301, l'hôpital comprend 2 maisons : une de 25 lits pour les pauvres malades, une autre de 15 lits pour les femmes en couches (c'est la première mention de la maternité, la toute première de la région). La ville est prospère ; il y a de nombreux dons en terres, en argent, en lits garnis ; des "oblats" (donateurs) se retirent à l'hôpital pour finir leurs jours et lèguent leur fortune...

- A la veille de la grande épidémie de peste noire (1348-1350) qui tue 1/3 de la population de l'Europe occidentale il y a 30 lits de malades et 20 de femmes en couches.
Peste noire, pillage des grandes compagnies (c'est la guerre de Cent ans), mauvaise gestion, l'hôpital subit une crise grave à partir de 1348 : baisse de la moitié de ses revenus.

- En 1419, on rétablit péniblement 12 lits.
HotelDieuSainteAnne (Formulaire de saisie HOFRAME), écrite par WikiAdmin
créée le 24.06.2020 à 15:09, mise à jour le 24.06.2020 à 15:09.

Hôtel-Dieu Sainte-Madeleine

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Oise (60)
Adresse postale : Rue de la Madeleine
Code postal : 60600
Ville : Clermont -de-l'Oise
Ancien diocèse : Beauvais
Doyenné : Saint-Samson de Clermont
Ancienne paroisse : Saint-Samson de Clermont
Date de première mention : 01.01.1192
Certitude des dates de 1ère mention : Année confirmée, Jour et mois approximatifs
Certitude des dates de dernière mention : Non renseignée
Devenir de l'établissement : Actuel Centre Hospitalier de Clermont
Etat du bâti : Changement de destination
Bibliographie : Dinet-Lecomte Marie-Claude et Montaubin Pascal Les hôpitaux de Picardie du Moyen Âge à la Révolution, Amiens, Encrage, 2014
Commentaires : Première mention en 1192, lorsque l'abbaye de Froidmont acquit une maison lui appartenant, sise rue Saint-André à Clermont. Il faut remettre en question la datation d'un acte du 13 juillet 1146 (sans doute pour 1196) par lequel Louis, comte de Blois et de Clermont (de 1191 à 1205), confirma la donation que Garnier, maître de Lierval, faisait à l'hôpital de toute sa terre située au-delà de la Brèche qu'il tenait en fief d'Eudes d'Angivillers.
Les comtes de Clermont se trouvaient vraisemblablement à l'origine de la fondation car ils en disposèrent en 1244 et en conservèrent la juridiction et le patronage jusqu'au XVIIIème siècle. L'établissement était installé dans le faubourg près de la Porte de Creil et une communauté formée par des frères dirigés par un maître s'en occupait dès 1228.
En juillet 1244, Alphonse de Portugal, comte de Boulogne, et son épouse Mahaut, comtesse de Clermont, y installèrent les Trinitaires (ou Mathurins), auparavant établis au bois de Saint-Jean, paroisse de Warty (aujourd'hui Fitz-James), avec la mission d'y poursuivre l'hospitalité. L'évêque de Beauvais, Robert de Cressonsacq, approuva en juin 1248.
Les Trinitaires assurèrent la gestion de l'hôpital jusqu'au XVème siècle. Le 17 mai 1406, en l'absence d'un ministère au couvent Saint-André de Clermont. A ce titre, il conclut un accord avec le chapitre collégial Notre-Dame du Château de Clermont, stipulant que le ministre de l'hôpital devait porter en personne la chasse de l'église paroissiale Saint-Samson de Clermont à la procession annuelle de l'Ascension. Mais il est probable que l'hôpital ait subi des dommages durant la guerre de Cent Ans, tout comme le couvent des Trinitaires (incendié en 1417 et 1429; ses bâtiments reconstruits en 1549, furent occupés par la sous-préfecture à partir de la Révolution). L'hospitalité était encore assurée par les Trinitaires en 1469, mais elle avait sans doute décliné.
HotelDieuSainteMadeleine (Formulaire de saisie HOFRAME), écrite par WikiAdmin
créée le 05.07.2020 à 15:32, mise à jour le 05.07.2020 à 15:32.

Hôtel-Dieu Sainte-Radegonde

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Somme (80)
Adresse postale : mairie
Code postal : 80200
Ville : Athies
Ancien diocèse : Noyon
Doyenné : Athies
Ancienne paroisse : Athies
Date de première mention : 01.01.1380
Certitude des dates de 1ère mention : Année approximative, Jour et mois approximatifs
Certitude des dates de dernière mention : Non renseignée
Description des vestiges : Aucun vestige
Etat du bâti : Bâtiment en ruines
Bibliographie : Dinet-Lecomte Marie-Claude et Montaubin Pascal Les hôpitaux de Picardie du Moyen Âge à la Révolution, Amiens, Encrage, 2014.
Commentaires : Aucune information précise sur cet établissement si ce n'est qu'une mention vers 1380 (aucune source) "Domus hospitalis Sancte Radegundis"
HotelDieuSainteRadegonde (Formulaire de saisie HOFRAME), écrite par WikiAdmin
créée le 29.06.2020 à 09:44, mise à jour le 29.06.2020 à 09:44.

Hôtel-Dieu d'Acy-en-Multien

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Oise (60)
Adresse postale : Rue de la Libération
Code postal : 60620
Ville : Acy-en-Multien
Ancien diocèse : Meaux
Doyenné : Saint Pierre et Saint Paul d'Acy-en-Multien
Ancienne paroisse : Saint Pierre et Saint Paul d'Acy-en-Multien
Date de première mention : 01.01.1238
Certitude des dates de 1ère mention : Année confirmée, Jour et mois approximatifs
Date de dernière mention : 01.01.1836
Certitude des dates de dernière mention : Année confirmé, Jour et mois approximatifs
Etat du bâti : Inexistant
Bibliographie : Dinet-Lecomte Marie-Claude et Montaubin Pascal Les hôpitaux de Picardie du Moyen Âge à la Révolution, Amiens, Encrage, 2014.
Commentaires : L'Hôtel-Dieu existait dès octobre 1238, lorsqu'il est mentionné avec la maladrerie d'Acy comme affectataire de dons de la part de l'aristocratie locale. Son histoire demeure obscure jusqu'au XVII ème siècle.
HotelDieuDAcyEnMultien (Formulaire de saisie HOFRAME), écrite par WikiAdmin
créée le 27.06.2020 à 10:20, mise à jour le 29.06.2020 à 10:42.

Hôtel-Dieu de Bazoches

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Aisne (02)
Adresse postale : mairie
Code postal : 02220
Ville : Bazoches
Ancien diocèse : Soissons
Doyenné : Bazoches
Ancienne paroisse : Bazoches
Date de première mention : 01.01.1243
Certitude des dates de 1ère mention : Année confirmée, Jour et mois approximatifs
Certitude des dates de dernière mention : Non renseignée, Année confirmé, Jour et mois approximatifs
Etat du bâti : Inexistant
Bibliographie : Dinet-Lecomte Marie-Claude et Montaubin Pascal Les hôpitaux de Picardie du Moyen Âge à la Révolution, Amiens, Encrage, 2014.
Commentaires : Date et conditions de fondation de l'hôpital inconnues. Première mention en 1263 lorsque Robert, chevalier et châtelain de Bazoches, y fonda une chapellenie dotée d'une rente de deux muids de blé par an.
HotelDieuDeBazoches (Formulaire de saisie HOFRAME), écrite par WikiAdmin
créée le 29.06.2020 à 10:23, mise à jour le 29.06.2020 à 10:23.

Hôtel-Dieu de Bruyères

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Aisne (02)
Adresse postale : Rue des Etuves
Code postal : 02860
Ville : Bruyères-et-Montbérault
Ancien diocèse : Laon
Doyenné : Notre-Dame de Bruyères
Ancienne paroisse : Notre-Dame de Bruyères
Date de première mention : 01.01.1195
Certitude des dates de 1ère mention : Année confirmée, Jour et mois approximatifs
Date de dernière mention : 01.01.1894
Certitude des dates de dernière mention : Année confirmé, Jour et mois approximatifs
Localisation sur le terrain : A l'angle de la rue de la porte-de-Reims et de la rue des Etuves (emplacement de l'actuelle pharmacie)
Description des vestiges : Aucun vestige.
Population de l'établissement : Pestiférés
Etat du bâti : Inexistant
Bibliographie : Dinet-Lecomte Marie-Claude et Montaubin Pascal Les hôpitaux de Picardie du Moyen Âge à la Révolution, Amiens, Encrage, 2014.
Commentaires : Fondation sur l'initiative des notables locaux à la fin du XIIème siècle. Une commission fut créée pour récolter les dons. Elle se composait de Clarembaud II, maire de la commune, de Jean Noveschère son adjoint ou lieutenant, du doyen de la paroisse, d'Arnoud des Montagnes, religieux du monastère du Colinet, d'Evenimard de Chevregny et le Soissonnais, et rassemblèrent les sommes nécessaires en quelques mois. Inauguration en 1195 sous les hospices de l'évêque de Laon, Roger de Rozoy, avec la participation du chapitre de Laon, du clergé de la paroisse et des environs. Le marie de Bruyères, les seigneurs de Monchâlons, de Parfondru, de Monampteuil, de Laval, de Chevregny, d'Urcel et de Chaillevois,... étaient présents.
Construit en dehors des fortifications, il se composait d'un rez de chaussée avec une chapelle éclairée par deux fenêtres en ogive, l'une donnant sur la rue des étuves, l'autre sur la rue Porte-de-Reims, et une salle pour les malades. Des cellules furent ajoutées par la suite pour accueillir les personnes atteintes de la peste. A l'étage deux salles, l'une pour les religieuses et l'autre pour les convalescents et au dessus, sur toute la surface, un grenier. De chaque côté du portail, deux statues détruites, détruites à la révolution. A l'arrière du bâtiment, une cour communiquait avec les Hauts-Monts, les vastes jardins dits des Normands et la prairie des Chanteraines.
HotelDieuDeBruyeres (Formulaire de saisie HOFRAME), écrite par WikiAdmin
créée le 02.07.2020 à 18:37, mise à jour le 02.07.2020 à 18:37.

Hôtel-Dieu de Chauny

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Aisne (02)
Adresse postale : mairie
Code postal : 02300
Ville : Chauny
Ancien diocèse : Noyon
Doyenné : Saint-Martin de Chauny
Ancienne paroisse : Saint-Martin de Chauny
Date de première mention : 01.01.1253
Certitude des dates de 1ère mention : Année confirmée, Jour et mois approximatifs
Date de dernière mention : 01.01.1917
Certitude des dates de dernière mention : Année confirmé, Jour et mois approximatifs
Localisation sur le terrain : Actuelle mairie
Cimetière proche : Le 07 mai 1398, l'hôtel-dieu acquiert un terrain pour établir son cimetière, près de celui de l'église Saint-Martin.
Population de l'établissement : Les pauvres de la ville.
Devenir de l'établissement : Actuelle mairie
Etat du bâti : Changement de destination
Bibliographie : Dinet-Lecomte Marie-Claude et Montaubin Pascal Les hôpitaux de Picardie du Moyen Âge à la Révolution, Amiens, Encrage, 2014.
Commentaires : Dès 1270 et jusqu'à la Révolution, le maire et les jurés de Chauny étaient les administrateurs des pauvres de la ville ; ils recevaient par conséquent les legs destinés aux pauvres et étaient chargés de leur verser les secours. Ils avaient l'administration et le gouvernement de l'Hôtel-Dieu (dès 1447), mais aussi de la maladrerie Saint-Lazare. C'est en vain que les bourgeois et le curé de Saint-Martin cherchèrent à entrer dans l'administration de l'hôpital en 1698 et au milieu du XVIlle siècle.

L'Hôtel-Dieu de Chauny existait peut-être déjà en 1281, car des frères et sœurs de la Maison-Dieu sont attestés, mais cela peut aussi désigner la maladrerie. Les dons aux pauvres allaient sans doute à la dotation de l'Hôtel-Dieu dès le XIIIe siècle, dans la mesure où on les retrouve dans la dotation et les charges de l'établissement dans les siècles suivants. L'hôpital était doté d'une chapelle dès 1398, mais il est possible qu'une chapellenie y ait été fondée déjà en 1253. Le 7 mai 1398, il acquit un terrain pour établir son cimetière, près de celui de l'église Saint-Martin.
HotelDieuDeChauny (Formulaire de saisie HOFRAME), écrite par WikiAdmin
créée le 03.07.2020 à 11:29, mise à jour le 03.07.2020 à 11:29.

Hôtel-Dieu de Château-Thierry

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Aisne (02)
Adresse postale : 11, rue du Château
Code postal : 02400
Ville : Château
Ancien diocèse : Soissons
Doyenné : Saint-Crépin de Château-Thierry
Ancienne paroisse : Saint-Crépin de Château-Thierry
Date de première mention : 01.01.1195
Certitude des dates de 1ère mention : Année confirmée, Jour et mois approximatifs
Certitude des dates de dernière mention : Non renseignée
Première reconnaissance pontificale : Honorius III le place sous sa protection en novembre 1217.
Devenir de l'établissement : Musée depuis 2010 retraçant l'histoire de l'hôtel-dieu depuis le moyen âge.
Etat du bâti : Changement de destination
Bibliographie : Dinet-Lecomte Marie-Claude et Montaubin Pascal Les hôpitaux de Picardie du Moyen Âge à la Révolution, Amiens, Encrage, 2014.
Commentaires : La première attestation de la maison-Dieu de Château-Thierry remonte à 1195, lorsqu'Aliénor, comtesse de Vermandois, lui fit don d'une rente. L'hôpital se situait dans l'angle sud-est de l'enceinte urbaine, le long d'un des axes principaux (la route Troyes-Soissons respectivement qui traversait attestés la ville). Son personnel se composait d'un et maître, de frères de soeurs respectivement attestés à partir de 1203, novembre 1217 et juin 1232. En juillet 1214, la comtesse Blanche de Troyes lui fit de grandes libéralités et se présenta comme la refondatrice de l'établissement. Il était régulièrement choyé par les comtes et comtesses de champagne au cours du XIIIe siècle. Le pape Honorius III le plaça sous la protection épistolique en novembre 1217. Par conséquent, Jeanne, héritière des rois de Navarre et des comtes de Champagne, reine de France par son mariage avec Philippe IV le Bel, n'est pas la fondatrice, mais une autre refondatrice de cet établissement, qui demeura sans doute sur le même site, même si une relocalisation depuis un ilot initialement hors les murs n'est pas à exclure totalement. Dans son testament du 25 mars 1305 (nouveau style), la reine-comtesse prévoyait la mise en place d'une nouvelle institution hospitalière, avec une chapelle sous le patronage de la Vierge, saint Jean-Baptiste, saint Louis et tous les saints, qui devait être réalisée dans un délai de trois ans après sa mort par ses exécuteurs testamentaires (entre autres Jean des Granges, de l'ordre du Val-des-Écoliers, aumônier du roi). La dotation économique était de 12000 livres tournois, afin de dégager une rente annuelle de 1000 livres tournois. Le codicille du 26 mars 1305 précisa les statuts dans le détail; la règle de vie et le vêtement étaient empruntés à l'Hôtel-Dieu de Paris. La fondation fut approuvée le jour-même par son époux Philippe IV et leur fils le futur Louis X le 31 mars, juste avant la mort de Jeanne le 2 avril 1305.

Les exécuteurs testamentaires acquirent des terres et des rentes pour constituer le temporel en 1308-1310. Quelques dons importants s'ajoutèrent dans les décennies suivantes. Cependant, la dotation prévue ne fut jamais atteinte en totalité (seules 7335 livres avaient été déboursées sur les 12000). Les difficultés économiques étaient telles en 1463 que la prieure Gillette d'Herbeline se plaignait au roi que ses revenus étaient tombés à 24 livres par an.

L'institution comptait 10 lits au XIVe siècle pour l'accueil des pauvres, des infirmes, des pèlerins, des orphelins et des misérables. La communauté hospitalière prévue par Jeanne en 1305 devait être composée de 4 prêtres (dont un prieur choisi par le patron), 2 clercs, 12 soeurs et 5 frères lais (tonsurés comme les Templiers). Mais dès ses débuts, l'hôpital ne fut desservi que par un seul prêtre chapelain et dirigé par une prieure, instituée en 1317 par les exécuteurs testamentaires. Les tentatives de certains hommes de prendre la direction de l'établissement échouèrent en 1463, 1467, 1562. Les rois de France, comme héritiers du comté de Champagne, étaient les patrons de l'hôpital ; ils exerçaient un droit de visite et de correction, ils instituaient voire destituaient les frères et les sœurs par l'intermédiaire du grand aumônier royal.

La règle de 1305 impliquait une chapelle, des réfectoires et des infirmeries séparés Pour les hommes et les femmes de la communauté. Il subsiste une grande salle des malades (27 x 9 mètres), superposée à un cellier, remontant aux premières décennies du XIVe siècle et noyée dans les constructions postérieures. L'Hôtel-Dieu avait été ruiné par les guerres et l'obligation d'héberger des soldats. Les sœurs n'avaient plus les moyens de rétribuer un chapelain.
HotelDieuDeChateauThierry (Formulaire de saisie HOFRAME), écrite par WikiAdmin
créée le 03.07.2020 à 10:53, mise à jour le 03.07.2020 à 10:53.

Infirmerie - Pignans

Type d'Etablissement : Infirmerie
Département : Var (83)
Adresse postale : mairie
Lieu-dit : mairie
Numéro INSEE (code officiel géographique 2019) : 83092
Code postal : 83790
Ville : Pignans
Ancien diocèse : Aix en Provence en 1274 puis Fréjus en 1351.
Date de première mention : 01.01.1274
Date de dernière mention : 01.01.1351
Mention dans les pouillés : Compte de décimes de 1274 et 1363: Infirmarius Piniacensis Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Etat du bâti : Autres
InfirmeriE (Formulaire de saisie HOFRAME), écrite par WikiAdmin
créée le 11.05.2020 à 14:44, mise à jour le 11.05.2020 à 14:46.

Istres - sans vocable

Département : 13
Adresse postale : mairie
Code postal : 13800
Ville : Istres
Date de première mention : 01.01.1300
Date de destruction : 30.11.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Taxe synodale vers 1300: Hospitale Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
IstresSansVocable (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.11.2019 à 11:10, mise à jour le 11.05.2020 à 08:55.

Jonvel

Prénom : Richard
JonveL (Contributeurs), écrite par WikiAdmin
créée le 11.05.2020 à 17:13, mise à jour le 11.05.2020 à 17:13.

La Barben - sans vocable

Département : 13
Adresse postale : mairie
Code postal : 13330
Ville : La Barben
Date de première mention : 01.01.1300
Date de destruction : 30.11.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Taxe synodale vers 1300: Hospitale Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
LaBarbenSansVocable (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.11.2019 à 10:24, mise à jour le 11.05.2020 à 08:50.

La Bastide des Jourdans - sans vocable

Département : 84
Adresse postale : Mairie
Code postal : 84240
Ville : La Bastide des Jourdans
Date de première mention : 01.01.1300
Date de destruction : 30.11.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Probabilité que l'hôpital ait été construit par les Templiers. (A vérifier).
Taxe synodale vers 1300: Hospitale pro synodo Sancte Luce Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
LaBastideDesJourdansSansVocable (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 09.11.2019 à 17:17, mise à jour le 11.05.2020 à 09:07.

La Tour d'Aigues - sans vocable

Département : 84
Adresse postale : rue viany
Code postal : 84240
Ville : La Tour d'Aigues
Date de première mention : 01.01.1300
Date de destruction : 30.11.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Taxe synodale vers 1300: Hospitale Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
LaTourDAiguesSansVocable (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 09.11.2019 à 18:09, mise à jour le 11.05.2020 à 09:09.

Lançon-Provence - sans vocable

Département : 13
Adresse postale : mairie
Code postal : 13680
Ville : Lançon-Provence
Date de première mention : 01.01.1300
Date de destruction : 30.11.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Taxe synodale vers 1300: Hospitale Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
LanconProvenceSansVocable (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.11.2019 à 10:37, mise à jour le 11.05.2020 à 08:54.

Lauris - sans vocable

Département : 84
Adresse postale : Mairie
Code postal : 84360
Ville : Lauris
Date de première mention : 01.01.1300
Date de destruction : 30.11.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Taxe synodale vers 1300: Hospitale Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
LaurisSansVocable (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 09.11.2019 à 17:24, mise à jour le 11.05.2020 à 09:14.

Le Puy Saint Réparade - sans vocable

Département : 13
Adresse postale : mairie
Code postal : 13610
Ville : Puy-Saint-Réparade
Date de première mention : 01.01.1300
Date de destruction : 30.11.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Taxe synodale vers 1300: Hospitale Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
LePuySaintReparadeSansVocable (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 10.11.2019 à 10:06, mise à jour le 11.05.2020 à 08:45.

Le Thor - sans vocable

Département : 84
Adresse postale : 41 rue Voltaire
Code postal : 84250
Ville : Le Thor
Date de première mention : 01.01.1216
Date de destruction : 30.11.2019
Etat du bâti : Changement de destination
Commentaires : L’Hôpital : cité dès 1216, il offre l’assistance aux indigents, grâce aux legs et donations qu’il reçoit, et au rôle caritatif des différentes confréries existant alors dans le village : les Pénitents blancs, les Pénitents noirs, dont les chapelles ont disparu. Il abrite aujourd’hui une maison de retraite, EHPAD les Cigales d’une centaine de lits. Son escalier intérieur majestueux est couvert d’un plafond à décor de gypserie.
Ordre religieux : Autres
LeThorSansVocable (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 17.11.2019 à 16:21, mise à jour le 17.11.2019 à 16:21.

Léproserie Saint-Cler

Type d'Etablissement : Léproserie
Département : Saône-et-Loire (71)
Adresse postale : Rue de Lyon
Lieu-dit : Levée de Saint-Clément, jouxte le chemin de Mâcon à Saint-Clément du côté du couchant
Numéro INSEE (code officiel géographique 2019) : 71270
Code postal : 71000
Ville : Macon
Date de première mention : 01.01.1314
Certitude des dates de 1ère mention : Année confirmée, Jour et mois approximatifs
Certitude des dates de dernière mention : Non renseignée
Localisation sur le terrain : A peu près sur l'emplacement de la cité des Blanchettes. Aux abords de la ville (quelques centaines de mètres), près de la grande route de Mâcon à Lyon.
Première reconnaissance autorité laïque : Ordonnance du bailli Karados des Quesnes, prise en 1402, défend au recteur de la maladrerie de recevoir aucun lépreux qui ne soit de la ville sans l'agrément des magistrats municipaux.
Etat du bâti : Autres
Bibliographie : Henri Renaudier " Maladies, Médecine et hôpitaux à Mâcon aux XIII et XIVème siècle" 1998
LeproserieSaintCler (Formulaire de saisie HOFRAME)
créée le 04.06.2020 à 17:23, mise à jour le 04.06.2020 à 17:23.

Léproserie de Chateau-Thierry

Type d'Etablissement : Léproserie
Département : Aisne (02)
Adresse postale : mairie
Lieu-dit : la Charité
Code postal : 02400
Ville : Château-Thierry
Ancien diocèse : Soissons
Doyenné : Saint-Martin de Château-Thierry
Ancienne paroisse : Saint-Martin de Château-Thierry
Date de première mention : 01.01.1167
Certitude des dates de 1ère mention : Année confirmée, Jour et mois approximatifs
Certitude des dates de dernière mention : Non renseignée
Localisation sur le terrain : Située sur une colline au Nord-Est, à 700 mètres hors les murs au bord de la route qui mène à Soissons.
Etat du bâti : Changement de destination
Bibliographie : Dinet-Lecomte Marie-Claude et Montaubin Pascal Les hôpitaux de Picardie du Moyen Âge à la Révolution, Amiens, Encrage, 2014.
Commentaires : Léproserie attestée dès 1167. Elle se situait sur une colline au Nord-Est, à 700 mètres hors les murs au bord de la route menant à Soissons.
LeproserieDeChateauThierry (Formulaire de saisie HOFRAME), écrite par WikiAdmin
créée le 03.07.2020 à 10:22, mise à jour le 03.07.2020 à 10:22.

Maladrerie Saint-Nicolas d'Evreux

Type d'Etablissement : Léproserie
Département : Eure (27)
Adresse postale : 15 rue du Carmel
Lieu-dit : Néant
Numéro INSEE (code officiel géographique 2019) : 27299
Code postal : 27930
Ville : Gravigny
Ancien diocèse : Evreux
Doyenné : Doyenné de la Croix-Saint-Leufroy. Archidiaconé d'Evreux.
Ancienne paroisse : Gravigny (Saint-Sulpice). Patronage de l'abbaye de la Sainte-Trinité-du-Mont de Rouen.
Date de première mention : 01.01.1137
Certitude des dates de 1ère mention : Année approximative
Localisation sur le terrain : Voir travaux de B. Tabuteau dans la bibliographie.
Coordonnées Lambert : Coordonnées Lambert 93 en km, au centre de l'enclos : X = 565,45 ; Y = 6883,76.
Topographie du site actuel : Alt. 57,65 m au centre de l'enclos. Vallée de l'Iton, en aval et au nord d'Evreux. Espace périurbain, encore en partie champêtre. Voir travaux de B. Tabuteau dans la bibliographie.
Microtoponymie : Néant
Description des vestiges : Voir travaux de B. Tabuteau dans la bibliographie.
Mobilier archéologique : Néant
Fouilles archéologiques : Néant
Cimetière proche : Cimetière mentionné au XVIe siècle. Voir travaux de B. Tabuteau dans la bibliographie.
Population de l'établissement : Voir travaux de B. Tabuteau dans la bibliographie.
Centre d'examen de la lèpre : Néant
Règle, statut, règlement : Règlement des bourgeois d'Evreux pour la léproserie. Ordonnance du bailli royal, XIVe siècle, ms. français inédit, Arch. dép. Eure. En cours d'étude pour édition par B. Tabuteau.
Sceau : Mention en 1276 d'un sceau du chapitre, vraisemblablement de la léproserie. Disparu avec l'acte original. Copie du XVe siècle dans le troisième cartulaire du chapitre épiscopal d'Evreux, fol. 83 v°. Arch. départ. Eure, G 124.
Mention dans les pouillés : Néant
Première reconnaissance pontificale : Bulle du pape Innocent III. Confirmation du droit de foire des lépreux. 1206. Arch. départ. Eure, H-dépôt Evreux G 9 (pièce n° 61). Editée par B. Tabuteau dans sa thèse de doctorat d'histoire (voir bibliographie).
Première reconnaissance ecclésiastique : Chirographe. 1165-1170. Pacte entre Dreux, abbé de la Sainte-Trinité du Mont de Rouen, et Milon, maître des lépreux d'Evreux, en présence de Rotrou de Warwick, archevêque de Rouen, et de Gilbert Foliot, évêque de Londres. Voir prochaine édition en ligne du cartulaire de Saint-Nicolas par B. Tabuteau.
Première reconnaissance autorité laïque : Charte de Richard d'Evreux en faveur des lépreux d'Evreux. Avec le consentement d'Amaury III de Montfort et de son fils Simon, comtes d'Evreux, et d'Etienne, seigneur de Huest, et de son fils Hugues. Ca 1137. Voir prochaine édition en ligne du cartulaire de Saint-Nicolas par B. Tabuteau.
Temporel : Voir travaux de B. Tabuteau dans la bibliographie.
Pratiques Religieuses : Procession à la léproserie le lundi de Pâques. Voir travaux de B. Tabuteau dans la bibliographie.
Mutation institutionnelle : Voir travaux de B. Tabuteau dans la bibliographie.
Devenir de l'établissement : Réunion au Bureau des pauvres d'Evreux en 1557. Ferme jusqu'aux années 1980. Voir travaux de B. Tabuteau dans la bibliographie.
Etat du bâti : Classement Monuments Historiques
Bibliographie : Voir la bibliographie et les travaux de Bruno Tabuteau consacrés à cet établissement sur Academia.edu : https://independent.academia.edu/BrunoTabuteau
Commentaires : Fiche en cours d'élaboration.
MaladrerieSaintNicolasDEvreux (Formulaire de saisie HOFRAME), écrite par Baudimus
créée le 20.05.2020 à 20:01, mise à jour le 26.05.2020 à 20:56.

Meyrargues - sans vocable

Département : 13
Adresse postale : mairie
Code postal : 13650
Ville : Meyrargues
Date de première mention : 01.01.1300
Date de destruction : 30.11.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Taxe synodale vers 1300: Hospitale Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
MeyrarguesSansVocable (Saisie nouvel Hôpital)
créée le 11.11.2019 à 10:17, mise à jour le 11.05.2020 à 08:38.

Mirabeau - sans vocable

Département : 84
Adresse postale : mairie
Code postal : 84120
Ville : Mirabeau
Date de première mention : 01.01.1189
Date de destruction : 30.11.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Ordre à vérifier
Taxe synodale vers 1300: Hospitale, in synodo Sancti Luce Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
MirabeauSansVocable (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 09.11.2019 à 18:37, mise à jour le 11.05.2020 à 09:06.

Montjustin - Sans vocable

Département : 04
Adresse postale : Mairie
Code postal : 04110
Ville : Montjustin
Date de première mention : 01.01.1300
Date de destruction : 30.11.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Taxe synodale vers 1300: Hospitale Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
MontjustinSansVocable (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 09.11.2019 à 17:11, mise à jour le 11.05.2020 à 09:05.

Notre-Dame de Pitié - Marseille

Département : 13
Adresse postale : Prado
Code postal : 13000
Ville : Marseille
Date de première mention : 01.01.1477
Date de destruction : 30.11.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : En 1477, fut édifié Rue Radeau, un premier lazaret connu sous le nom de "Notre-Dame de Pitié". Il se révélera insuffisant suite aux épidémie de peste de 1484,1505 et 1506.
Sources: Comité du Vieux Marseille - La santé à Marseille - Histoire des Lieux et des Hommes - Page 8.
Ordre religieux : Autres
NotreDameDePitieMarseille (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 09.11.2019 à 12:02, mise à jour le 09.11.2019 à 12:02.

Puyricard - sans vocable

Département : 13
Adresse postale : mairie
Code postal : 13540
Ville : Puyricard
Date de première mention : 01.01.1300
Date de destruction : 30.11.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Taxe synodale vers 1300: Hospitale Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
PuyricardSansVocable (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 11.11.2019 à 10:39, mise à jour le 11.05.2020 à 08:39.

Pélissanne - sans vocable

Département : 13
Adresse postale : mairie
Code postal : 13330
Ville : Pélissanne
Date de première mention : 01.01.1300
Date de destruction : 30.11.2019
Etat du bâti : Autres
Commentaires : Taxe synodale vers 1300: Hospitale Pouillés d'Aix, Arles et Embrun - Clouzot - 1923
Ordre religieux : Autres
PelissanneSansVocable (Saisie nouvel Hôpital), écrite par WikiAdmin
créée le 10.11.2019 à 10:49, mise à jour le 11.05.2020 à 08:53.

Rians - sans vocable

Département : 83
Adresse postale : mairie
Code postal : 83560
Ville : Rians
Date de première mention : 01.01.1251
Date de destruction : 30.11.2019
Etat du