Hôtel-Dieu Sainte-Anne

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Loire (42)
Adresse postale : Avenue des Monts du Soir
Code postal : 42600
Ville : Montbrison
Date de première mention : 01.01.1090
Certitude des dates de 1ère mention : Année confirmée, Jour et mois approximatifs
Population de l'établissement : Pauvres et malades et femmes en couche.
Devenir de l'établissement : Hôpital actuel
Etat du bâti : Autres
Commentaires : 1 - La fondation :

Volonté et persévérance des comtes de Forez, un acte surtout religieux (le pauvre est une figure du Christ).

- En 1090, Guillaume dit l'Ancien, comte de Lyon et de Forez, fonde en l'honneur de Dieu, de la Sainte Vierge et de tous les saints un hôpital de 15 lits munis de draps et couvertures pour le repos des pauvres. Il le place dans l'enceinte de son château de Montbrison (aujourd'hui la colline du Calvaire).

- Guillaume l'Ancien part pour la croisade après le concile de Clermont (1095) et meurt au siège de Nicée, en Asie Mineure, en 1097.

- L'hôpital périclite pendant 30 ans jusqu'à ce que, en 1130, Guy 1er, un autre comte, lui assure un financement, grâce à une taxe perçue sur les marchandises vendues sur les marchés.

- Les comtes suivants, Guy II et Guy III d'Outremer, dote aussi l'hôpital.

2 - L'hôtel-Dieu près de Notre-Dame : foi et charité

- La deuxième fondation est à l'initiative de Guy IV. C'est un excellent administrateur qui encourage le développement de Montbrison, sa capitale comtale située sur le Grand chemin de Forez, une voie de communication nord-sud très importante.

- En 1220, il transfère l'hôpital sur la rive droite du Vizézy, près du chantier de la future collégiale Notre-Dame (commencée en 1223), la "chapelle" qu'il voulait faire construire pour son tombeau.

- L'hôtel-Dieu Sainte-Anne et la collégiale Notre-Dame seront donc côte à côte pendant 755 ans. Voisinage révélateur : d'un côté la louange de Dieu, de l'autre l'hospitalité au nom de Dieu ("hôtel-Dieu"). Pour les comtes de Forez (et les gens du Moyen Age) la foi et la charité sont bien liées. Foi et charité... et si l'on ajoute que la collégiale est sous le vocable de Notre-Dame d'Espérance, on retrouve les trois vertus théologales. Nous sommes au temps de Saint Louis - il devient roi en 1226 - qui reçoit des pauvres dans son palais...


Premières lignes de la charte de fondation

3 - Du 14e au 16e siècle
(période où l'on possède peu de documents) : il y a des hauts et des bas suivant la prospérité ou les malheurs du temps.

- En 1301, l'hôpital comprend 2 maisons : une de 25 lits pour les pauvres malades, une autre de 15 lits pour les femmes en couches (c'est la première mention de la maternité, la toute première de la région). La ville est prospère ; il y a de nombreux dons en terres, en argent, en lits garnis ; des "oblats" (donateurs) se retirent à l'hôpital pour finir leurs jours et lèguent leur fortune...

- A la veille de la grande épidémie de peste noire (1348-1350) qui tue 1/3 de la population de l'Europe occidentale il y a 30 lits de malades et 20 de femmes en couches.
Peste noire, pillage des grandes compagnies (c'est la guerre de Cent ans), mauvaise gestion, l'hôpital subit une crise grave à partir de 1348 : baisse de la moitié de ses revenus.

- En 1419, on rétablit péniblement 12 lits.