Hôtel-Dieu Sainte-Madeleine

Type d'Etablissement : Hôpital
Département : Oise (60)
Adresse postale : Rue de la Madeleine
Code postal : 60600
Ville : Clermont -de-l'Oise
Ancien diocèse : Beauvais
Doyenné : Saint-Samson de Clermont
Ancienne paroisse : Saint-Samson de Clermont
Date de première mention : 01.01.1192
Certitude des dates de 1ère mention : Année confirmée, Jour et mois approximatifs
Certitude des dates de dernière mention : Non renseignée
Devenir de l'établissement : Actuel Centre Hospitalier de Clermont
Etat du bâti : Changement de destination
Bibliographie : Dinet-Lecomte Marie-Claude et Montaubin Pascal Les hôpitaux de Picardie du Moyen Âge à la Révolution, Amiens, Encrage, 2014
Commentaires : Première mention en 1192, lorsque l'abbaye de Froidmont acquit une maison lui appartenant, sise rue Saint-André à Clermont. Il faut remettre en question la datation d'un acte du 13 juillet 1146 (sans doute pour 1196) par lequel Louis, comte de Blois et de Clermont (de 1191 à 1205), confirma la donation que Garnier, maître de Lierval, faisait à l'hôpital de toute sa terre située au-delà de la Brèche qu'il tenait en fief d'Eudes d'Angivillers.
Les comtes de Clermont se trouvaient vraisemblablement à l'origine de la fondation car ils en disposèrent en 1244 et en conservèrent la juridiction et le patronage jusqu'au XVIIIème siècle. L'établissement était installé dans le faubourg près de la Porte de Creil et une communauté formée par des frères dirigés par un maître s'en occupait dès 1228.
En juillet 1244, Alphonse de Portugal, comte de Boulogne, et son épouse Mahaut, comtesse de Clermont, y installèrent les Trinitaires (ou Mathurins), auparavant établis au bois de Saint-Jean, paroisse de Warty (aujourd'hui Fitz-James), avec la mission d'y poursuivre l'hospitalité. L'évêque de Beauvais, Robert de Cressonsacq, approuva en juin 1248.
Les Trinitaires assurèrent la gestion de l'hôpital jusqu'au XVème siècle. Le 17 mai 1406, en l'absence d'un ministère au couvent Saint-André de Clermont. A ce titre, il conclut un accord avec le chapitre collégial Notre-Dame du Château de Clermont, stipulant que le ministre de l'hôpital devait porter en personne la chasse de l'église paroissiale Saint-Samson de Clermont à la procession annuelle de l'Ascension. Mais il est probable que l'hôpital ait subi des dommages durant la guerre de Cent Ans, tout comme le couvent des Trinitaires (incendié en 1417 et 1429; ses bâtiments reconstruits en 1549, furent occupés par la sous-préfecture à partir de la Révolution). L'hospitalité était encore assurée par les Trinitaires en 1469, mais elle avait sans doute décliné.